Migrants : la Grèce se fait une nouvelle fois taper sur les doigts

Réunis à Amsterdam, les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne ont mis encore une fois la pression sur la Grèce, lui demandant de mieux contrôler sa frontière avec la Turquie. Et c’est l’Autriche qui, une fois de plus, a mené la charge. «C’est un mythe que la frontière gréco-turque ne peut pas être protégée, la marine grecque a suffisamment de capacités pour sécuriser cette frontière», a déclaré sans détours, la ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner. Et d’avertir, que « si la Grèce n’agit pas, la frontière extérieure de l’Europe va se déplacer vers l’Europe centrale». Samedi dernier, déjà, Vienne avait menacé Athènes d’une « exclusion provisoire » de l’espace Schengen. Ce lundi à Amsterdam, le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière a également appelé la Grèce à « faire ses devoirs », mais sans employer le ton offensif de son homologue autrichienne et sans menacer Athènes d’exclusion de Schengen.

Athènes en attente de garde-frontières

Le ministre grec chargé de la Politique migratoire, Ioannis Mouzalas, s’est défendu vigoureusement : «Selon la loi internationale, le droit de la mer, la convention Genève, la loi européenne, la loi grecque, la seule façon d’agir à une frontière maritime c’est de faire des opérations de sauvetage quand c’est nécessaire ». Il s’est aussi demandé « si certains pays estimaient qu’il faille laisser les migrants se noyer». La Grèce fait valoir également que des Etats membres de l’Union tardent à lui envoyer les garde-frontières et le matériel qu’ils devaient lui fournir, pour mieux faire face à cet afflux sans précédent de migrants.

Rfi.fr

Comments are closed.