More

    Mimi Touré :  » La traque des biens mal acquis est une expression journalistique(…)Il faut qu’on dépassionne tout cela »

    Première invitée de l’émission « Sans détour », coproduite par Le Quotidien et le site SenePlus, l’ex-Premier ministre, Mimi Touré a donné ses opinions sur l’actualité nationale. L’envoyée spéciale du chef de l’État est revenue sur l’épineuse question de la traque des biens supposés mal acquis.

    De l’avis de Mimi Touré, la Cour de répression de l’enrichissement illicite doit continuer ce qui a été commencé. « Je suis pour que ce qui a été commencé continue et l’on doit rendre cette démarche banale et normale. Cela doit être un processus normal et la justice doit continuer à faire son travail. La traque des biens mal acquis est une expression journalistique alors qu’il s’agit d’une simple reddition des comptes. Il faut qu’on dépassionne tout cela », souligne-t-elle.

    Pour l’envoyée spéciale du chef de l’État, la traque des biens supposés mal acquis est une opération judiciaire assez complexe. « Lorsqu’on pille des milliards, il y a des techniques très sophistiqués comme les sociétés-écrans, les comptes à l’étranger. Il faut du temps à la justice pour délier les fils. Or, si on veut respecter les standards, on ne peut pas condamner des gens sur des on a dit », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « On a des signes de vie ostentatoires, des gens avec des jets privés. Mais, il faut une expertise très pointue et donner des preuves ».

    A lire également  Dr. Abdoulaye Bousso sur la dengue au Sénégal: "Pour l'instant, il n'y a que Louga et Dahra qui ont été touchées"
    A lire également  Santé: Hypertension, diabète, cancer à l'origine de 85℅ des décès au Sénégal

    S’agissant des contempteurs de cette juridiction spéciale qui dénoncent le renversement de la charge de la preuve, son adéquation avec l’évolution démocratique, Mimi Touré admet : « Il faut faire évoluer la Crei vers des normes beaucoup plus conformes à la démocratie. La Crei est en parfaite harmonie avec les textes et règlements parce qu’elle est conforme à la loi qui l’a créée et le Code pénal. Il y a une réflexion qui est en cours ». Malgré cette suggestion, Aminata Touré soutient : « On ne peut changer l’institution quand vous avez des dossiers en cours. La réflexion va se faire ultérieurement ».

    Seneweb

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles