Mise à niveau du PSE: Le FMI regrette la hausse de la dette publique

Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) a salué, mardi, à Dakar, les « bons progrès » économiques faits par l’Etat du Sénégal, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), au terme d’une mission effectuée du 7 au 19 septembre dans la capitale sénégalaise.
La mission conduite par Ali Michael Mansoor recommande au gouvernement sénégalais de poursuivre ses réformes économiques pour « préserver la dynamique de la croissance et la viabilité de la dette » publique.
« Le Sénégal fait de bons progrès avec la mise en œuvre du PSE (…) grâce aux efforts du gouvernement, avec le soutien du FMI, en utilisant l’Instrument de soutien à la politique économique », a dit M. Mansoor en faisant allusion à ce mécanisme de coopération mis en place par le Fonds monétaire international pour sa coopération avec les Etats.
 
« La dette publique continue à augmenter »
Le FMI appelle par ailleurs le Sénégal à poursuivre sa politique d’ »assainissement budgétaire ».
« La dette publique a continué à augmenter. Le service de la dette, qui était égal à 24% des recettes en 2014, pourrait atteindre 30% en 2017 », a précisé M. Mansoor, soulignant que, compte tenu de cette hausse du niveau de la dette, « l’assainissement budgétaire doit se poursuivre ».
« Il sera essentiel de réduire les exonérations fiscales, d’intégrer les recettes quasi budgétaires dans le Budget et d’assurer l’évaluation de tous les nouveaux projets d’investissement financés sur ressources intérieures », recommande le chef de la délégation du FMI aux autorités sénégalaises.
« Il faut s’assurer que l’argent dépensé a un impact socioéconomique fort. »
Il espère que « si ces mesures sont appliquées en 2018, elles devraient contribuer à ramener le service de la dette au niveau de 2014 au cours des 10 prochaines années ».
« Nous saluons l’initiative du gouvernement de revoir les exonérations accordées pour voir si le résultat socioéconomique est atteint. Il y a beaucoup d’exonérations. (…) Si elles sont en train d’atteindre les objectifs, il faut les continuer. Si le contraire est noté, il faut les revoir », a poursuivi M. Mansoor.
« Il faut s’assurer que l’argent dépensé a un impact socioéconomique fort. Il faut s’assurer que les dépenses d’investissement sont bien préparées », a-t-il souligné.
Le FMI salue en outre le recours, par le gouvernement du Sénégal, à « la réserve de précaution », qui exige le décaissement des financements destinés aux projets seulement si des études démontrent qu’il y a de bons résultats de faisabilité.
Avec APS

Comments are closed.