More

    Modernité: Les studios de photos à l’épreuve des TIC

    Avant, se photographier valait la peine d’aller dans les studios de photos. Soit après la toilette ou encore en périodes de fêtes. De nos jours, les nouvelles technologies ont renversé cette tendance qui a rendu les photos en support papier presque ringardes. Beaucoup utilisent les téléphones portables précisément les smartphones pour immortaliser les beaux moments. Une situation qui menace sérieusement les gérants de studios de photos. Dans ce reportage, Dakar7 jette un regard sur l’avenir du métier de photographe à l’aune de la modernité. 

     

    Devant sa maison, Sokhna Mbow manipule tranquillement son téléphone portable smartphone. Vêtue d’un jean bleu et d’une chemise blanche, cette fille âgée de 22 ans, habitante de Pikine, semble être au diapason des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Des photos en support papier, Sokhna ne le fait presque pas. Pour elle, son téléphone portable répond  à toutes ses attentes. « Quand je veux me photographier, je n’ai pas besoin d’aller dans les studios photos encore moins dépenser de l’argent. J’utilise mon téléphone pour prendre des photos. Cependant, j’ai fait des photos en support papier que je garde en souvenirs ».

    Ousmane Sy, partage la même vision. Rencontré dans le quartier de Mermoz, ce garçon  d’une vingtaine d’années affirme que le développement des nouvelles technologies fait que les studios photos ne marchent presque plus. « Économiquement, ça peut être néfaste pour les gérants de studios mais avec la mondialisation, ceci est normal. Le monde évolue et de nouvelles techniques sont inventées. », dit-il.

    Toutefois, à l’instar de Sokhna, Ousmane pense que les photos en support papier ont plus de garantie si on veut les garder comme souvenirs. Ce qui n’est pas le cas avec le téléphone portable. « Une fois qu’on perd son téléphone, les photos disparaissent », dit-il.

    A lire également  Urgent- Gambie: Le déploiement militaire a débuté à l'instant

     Le désarroi des gérants de studios photos

    Chez les gérants de studio de photos, c’est l’incertitude et l’inquiétude totale. Confrontés à la rareté des clients, de nombreux photographes ne vivent plus de leur métier. Mamadou Ndiaye, gérant du labo « Mondiale Photo » à Pikine Tally bou mak, ne cache pas son désarroi. « Durant les périodes de fêtes, les studios de photos étaient envahis particulièrement par les filles pour immortaliser ces moments. Le nombre était si important qu’elles faisaient la queue. Aujourd’hui, à part les photos d’identités, rien ne marche », fulmine-t-il.

    A lire également  Macky Sall sur la tuerie de Boffa : "Ceci est inacceptable et on ne l'acceptera jamais"

    Actuellement, la situation est d’autant plus difficile pour les gérants de studios de photos qu’ils sont obligés de s’adapter à cette nouvelle donne pour s’en sortir. En effet, avec les appareils numériques, le tirage d’une photo en support papier se fait, actuellement, en quelques minutes, là où elle pouvait prendre 48 heures ou plus.

    Madiaw Bousso laborantin dans un autre studio de photo à Pikine, vit les mêmes difficultés. Selon lui, les choses ne sont plus comme avant. « Au temps, je pouvais gagner jusqu’à 250 000 F Cfa la journée. Mais aujourd’hui, on gagne le quart », indique-t-il.

    En plus de la baisse de leur chiffre d’affaires, les studios photos sont de moins en moins  visibles à Dakar. Beaucoup d’entre eux ont mis la clé sous le paillasson.

    Toutefois, la disparition des photos en support papier n’est pas pour demain car tout le monde n’est pas connecté aux technologies nouvelles. Les nostalgiques restent encore  attacher aux photos-souvenirs à l’occasion des  baptêmes et mariages. Evénements durant lesquels les photographes se retrouvent en masse pour se disputer les clients.

    Marième Sarr(Stagiaire)

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles