More

    Mon opinion sur le référendum (Par Demba Arame Ndiaye)

    C’est officiel depuis le 30 Mars 2016. La victoire du « OUI »  au référendum vient d’être confirmée par le conseil constitutionnel.  Ce test majeur soumis au Peuple sénégalais donne les résultats suivants :

    • Nombre d’électeurs inscrits : 5 709 582
    • Nombre de votants : 2 203 062
    • Suffrages valablement exprimés : 2 183 247
    • OUI : 1 367 592
    • NON : 815 655

    Sans un brin provocateur, c’est seul à ce moment précis que les analystes les plus thuriféraires doivent délier leur langue. Mais, hélas, dans notre pays, les champions de la parlotte et de la redite aiment souvent s’épancher en de pareilles circonstances pour montrer à la face du monde (avant l’heure) qu’ils sont les premiers « à le dire » ou à « le proclamer ». Peu importe, car chaque chose à son temps au regard du calendrier de la proclamation des résultats de toutes les échéances électorales.

    Au demeurant, ma conviction est faite que ce n’est point un « Oui » massif, encore moins un « Non » négligeable. Par contre, ma religion est faite sur un simple constat : le Peuple sénégalais sait écouter, analyser, comprendre et trancher dans la sérénité. Malgré tout le tintamarre orchestré par les deux camps à travers une campagne sans relâche, l’électeur que je suis, que vous êtes, au soir de la clameur a malgré tout dit « Oui » aux réformes du Chef de l’Etat.

    Les deux camps se bombent la poitrine et crient victoire. A mon avis, le débat devrait être clos, mais sous nos cieux, il ne l’est pas pour autant, au regard des éléments sous-jacents suscités par le texte soumis au référendum. En clair, le mandat en cours du Président est de 7 ans et s’il est réélu, son dernier mandat sera de 5 ans. Il n’est indiqué nulle part et juridiquement attesté que ce mandat de 7 ans en cours fait partie des nouvelles réformes. Cela pourrait susciter d’autres polémiques stériles dans le camp du pouvoir, s’il gagne la prochaine élection présidentielle et réclame urbi et orbi vouloir prétendre à deux mandats de 5ans, en plus de ce mandat en cours.

    C’est le moment fatidique d’éclairer la lanterne de l’opinion sur cet état de fait pour éviter des interpellations et démonstrations politico-juridiques fallacieuses, comme ce fut le cas en 2012 au summum du règne de Wade. Les juristes nous ont habitués à ces genres de débats pompeux, sans issue. Il est temps qu’on marque une certaine rupture sur cette gouvernance juridique en tranchant clairement le débat. Le Peuple a besoin d’être édifié.

    A lire également  les candidats à l’émigration invités à s’investir pleinement dans leur pays

    Par contre, je reste sur ma faim parceque paradoxalement, les conclusions des assises nationales n’ont pas adouci les mœurs politiques au sens de la quintessence des propositions sur les réformes. Des propositions révolutionnaires ont été faites sur la base d’une consultation à la base, mais hélas, certains points auraient pu être soumis à l’amendement du Peuple. C’est peut être le cas de la lancinante question du Parti/Etat.

    Le Président de la République franchira-t-il le rubicond d’enlever son manteau de chef de parti. Cette question est d’actualité et mérite qu’on s’y attarde. De mon point de vue, je pense qu’il faut aller dans le sens de dissocier ces deux fonctions pour assoir une gouvernance équitable et vertueuse.

    La seule alternative est l’émergence d’un Président sans parti politique élu aux suffrages universels pour un mandat de 7 ans non renouvelable. Cela devait suffire. On peut fermement s’opposer, garder ses convictions républicaines, défendre ses idées sans imposer la suprématie d’une idéologie politique sur les intérêts moraux et civiques des sénégalais. Cela est possible si la classe politique, les organisations de la société civile, les intellectuels, les indépendants se consacrent suffisamment au travail et créent des conditions de développement économiques. Manifestement, la certitude est qu’on semble traîner le pas sur l’essentiel alors qu’on est un pays dynamique et intelligent.

    Malgré l’euphorie du camp du « oui », la bataille n’est pas terminée. Les résultats du référendum et le fort taux d’abstention renseignent que les citoyens manifestent une certaine phobie de la chose politique et aspirent à un changement radical du mode de gouvernance qui prend des allures de prise d’otage des hommes politiques sur eux. Le pays ne peut pas continuer à vivre et à subir une campagne électorale permanente.

    Je n’ai pas besoin de citer des philosophes comme Sarte, Nietzsche et autres, mais je donne en exemple le mode de gouvernance et de pensées de nos ancêtres et érudits qui, soucieux de l’intérêt national ont su nous donner un legs si précieux de la manière de concevoir la conduite des affaires de la cité.

    En définitive, qui a perdu ? Qui a gagné ? Personne. Je renvoie dos à dos les deux camps à un proverbe : « si tu ne sais où tu vas, alors retourne d’où tu viens ». Mais en tout cas, le pied gauche marche toujours à gauche.

    Demba Arame Ndiaye

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles