More

    Monnaie unique africaine ou décrochage du FCfa de l’Euro, quel avenir ?

    F CFADe nos jours, il est de plus en plus agité l’idée pour les états de la Cémac et de l’Uémoa d’acquérir leur ‘’souveraineté monétaire’’ et de rompre les liens monétaires d’un autre âge avec la France ; le FCFA étant relié à l’EURO par une parité fixe qui lui confère de facto un pouvoir d’achat international en contrepartie de la détention par le trésor français de 50% des réserves de change de la BCEAO et de la BEAC. Le Président du Tchad Idris Deby est le porte étendard des pourfendeurs actuels du système tel qu’il existe actuellement, non pas pour préconiser une révision des accords de coopération monétaire, mais, pour envisager une rupture avec l’EURO et créer une monnaie unique africaine autonome : ‘’Il faut réellement que cette monnaie soit la notre, une monnaie qui permette à tous ces pays qui utilisent encore le FCFA de se développer’’, disait le Président Idriss Deby Itno, lors de la célébration de la date anniversaire de l’indépendance du Tchad ,le 11 Aout dernier.

    L’arrimage du FCFA à l’EURO a été depuis plusieurs décennies au cœur des débats entre l’hexagone et l’Afrique qui, du reste, ne pèse pour le moment que pour 2% dans le commerce mondial avec des exportations constituées pour la plupart de produits primaires agricoles et de matières premières. Déjà, en 1972, le Président Eyadema avait demandé une révision des accords monétaires et plusieurs révisions eurent lieu, notamment, le transfert des sièges des banques centrales, l’africanisation dans les institutions, les changements progressifs obtenus sur les taux de couverture des émissions monétaires etc. Mais, une position maximaliste de rupture n’a jamais été envisagée par un chef d’état en exercice appartenant à la Zone, comme nous le constatons, aujourd’hui, avec le Président du Tchad.

    En réalité, les états appartenant à la zone CFA étaient conscients du poids faible des exportations des pays de la zone CFA vers le reste du monde, laquelle situation ne leur permettait pas d’avoir des devises suffisantes pour couvrir leurs importations stratégiques avec des balances commerciales déficitaires pour la majorité. Cette situation n’est pas favorable à battre une monnaie qui n’aura en conséquence aucun pouvoir d’achat international. La situation économique des états africains a-t-elle évolué au point d’envisager, aujourd’hui, le décrochage du FCFA  de l’EURO?

    A ce niveau, il faut faire la différence de situation entre les états de l’UEMOA et ceux de la CEMAC. Si, cinq des six états membres de la CEMAC sont producteurs de pétrole et ont des économies de rente qui en sont tributaires pouvant créer des réserves en devises pour battre monnaie, tel n’est pas le cas des états de l’UEMOA qui essaient de développer tant bien que mal les systèmes productifs nationaux, non pas à partir de situations de rente vulnérable aux variations exogènes, mais, par le développement des facteurs pour améliorer la compétitivité des entreprises et par l’adoption de politiques vertueuses et rigoureuses pour une véritable intégration des économies.

    D’ailleurs, en dépit du fait que les neuf états de l’UEMOA ne sont pas producteurs de pétrole, la croissance économique globale au niveau de l’union a été de 5,7% et de 6% en 2013 et 2014 et reste prévue à 7% en 2015, tandis qu’au niveau de la zone Cémac, elle a été de 1,4% et 2,9% en 2013 et 2014. C’est dire que les états de la CEMAC rencontrent des difficultés économiques ces dernières années, aggravées par la chute drastique des cours du pétrole qui les met, aujourd’hui, dans de sérieuses difficultés financières, à partir du moment où l’accumulation du capital générée par les pétro dollars quand le cours était élevé, n’a pas servi à financer véritablement le développement économique local.

    Le Tchad qui est le principal producteur de pétrole des états de la CEMAC et qui se confronte à des défis énormes en matière d’engagements militaires sur plusieurs fronts en Afrique, a longtemps attendu en vain un appui financier de la BEAC en lorgnant sur ses réserves , lesquelles réserves servent de garantie monétaire pour la couverture des émissions, mais aussi, assurent la stabilité macro économique par le maintient du taux d’inflation en dessous de 2% pour éviter les dérégulations et perturbations majeures .

    A lire également  Le secteur privé israélien disposé à investir au Sénégal, îlot clé de la stabilité

    Le président Idris Déby ne peut pas admettre l’ostracisme de la BEAC et des autorités de la Cémac, en raison du fait que son pays reste le principal contributeur des réserves de la BEAC et qu’ il ne puisse pas en disposer pour financer son important déficit budgétaire, mais, cette solution de facilité favoriserait l’inflation et l’instabilité macro économique et participerait à une création monétaire sans cause par l’utilisation de la planche à billets pouvant conduire à des situations inextricables.

    Le mal développement de la plupart des pays africains vient plus de la faiblesse des structures productives nationales le plus souvent extraverties que par rapport à l’existence d’une monnaie commune reliée à l’Euro par une parité fixe qui, outre mesure, peut être dévaluée comme en 1994, s’il est avéré que le FCFA est surévalué; des ajustements peuvent toujours s’opérer. Les avantages d’avoir une monnaie commune africaine ayant un pouvoir d’achat international ne sont plus à démontrer en raison de la nécessité pour nos états de parachever l’intégration économique régionale avec des marchés domestiques peu viables (balkanisation). A ce titre, l’avènement à l’horizon 2020 d’une monnaie commune africaine au niveau de la CDEAO, à la suite de l’entrée en vigueur r du TEC, est une initiative salutaire.

    A lire également  Affaire PetroTim-Aliou Sall: La Chambre africaine de l’énergie accable BBC

    Mais ne confondons pas monnaie commune africaine et souveraineté monétaire, telle que la préconise le Président Déby pour régler des problèmes consécutifs à une mauvaises planification des ressources et à de mauvaises politiques économiques, car, il faut se prémunir de chocs exogènes liés aux variations des cours du pétrole, du dollar et des taux d’intérêt et autres catastrophes écologiques qui peuvent agir sur la variation des prix internationaux et conduire à des perturbations. Gouverner, c’est prévoir ! A cet effet, les banques centrales africaines au sein des unions économiques mènent des politiques monétaires prudentes dont l’objectif principal est d’assurer la stabilité des prix dans des économies encore fragiles et seules des réserves substantielles pourront leur permettre dans la solidarité de se prémunir de chocs exogènes et d’avoir une monnaie crédible acceptée dans les plus grandes places financières du monde.

    Dans une économie mondiale de plus en plus diversifiée et ouverte, les avantages liés à l’appartenance à des zones monétaires fortes sautent aux yeux, en termes de gain de liquidité et de stabilité financière, dépassant de loin les couts d’ajustements et les couts de transactions qu’entraine l’existence de monnaies souveraines n’ayant aucun lien avec les monnaies fortes internationales. Les orgueils nationaux ne doivent nous conduire à sortir du réalisme, étant entendu qu’il ne sert à rien de battre monnaie nationale ou même régionale peu convertible internationalement, à l’image des pays comme la Gambie, le Ghana, le Nigéria ou la Guinée qui passent tout leur temps à constituer des encaisses de précaution et de transaction au moyen du FCFA.

    Le récent sommet de Paris des ministres des Finances et des gouverneurs de la zone franc, tenu les 02 et 03 Octobre, n’a pas annoncé de rupture dans leur communiqué final en dépit du lobbying des partisans de la rupture, mais au contraire, il a été noté une consolidation des acquis pour le renforcement de la coopération monétaire avec, peut-être, la révision de certaines clauses des accords monétaires.

    Kadialy Gassama, Economiste

     

    Articles récents

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Entretien explosif avec un ex-pensionnaire des centres de redressement de Kara

    Il se nomme Moustapha Mbaye, un ex-pensionnaire des centres de redressement de Serigne Modou Kara Noreyni. Âgé seulement de 25 ans, ce...

    BRT : LES IMPACTÉS REÇOIVENT PLUS DE 4 MILLIARDS F CFA

    Les personnes affectées par le projet (PAP) Bus rapid transit (BRT) ont reçu plus de quatre milliards F CFA, en guise d’indemnisation....

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles