Monsieur le Président de la République : libérez les énergies, dépolitisez l’administration,…(Par Mamadou FAYE )

.
Monsieur le Président de la République, 35 ans après la fameuse maxime du juge Kéba
MBAYE, prononcée à l’occasion du discours d’investiture du Président DIOUF : « les
sénégalais sont fatigués », rien n’a changé sous les cieux. Les sénégalais sont aujourd’hui plus
qu’hier fatigués. Monsieur le Président, cette maxime avait fait l’écho d’une bombe dans les
oreilles des sénégalais y compris certainement les vôtres, si ce n’est une des motivations de
votre entrée en politique.
Aussi, Monsieur le Président, au nom de ce qui précède et pour tous les sacrifices que vous
avez consentis en sillonnant pendant trois bonnes années tout le Sénégal, de contrée à contrée,
de village à village, d’hameau à hameau, pour s’enquérir de la situation économique de vos
compatriotes, il ne devrait en aucun cas, venir à l’esprit des sénégalais, que votre intention, en
accédant à la magistrature suprême, était de vous servir et non de servir le Sénégal.
Monsieur le président, sous ce rapport, nous ne doutons point de votre volonté d’amener le
Sénégal vers l’émergence. Cependant, pour les trois raisons susvisées, permettez-nous,
Monsieur le Président de douter de la pertinence des stratégies mises en œuvre jusqu’ici pour
amener le pays vers l’émergence.
Monsieur le Président, tout jeunes, nous avions très vite compris, à travers la «fenêtre»
consacrée à la vie politique intérieure française que nous gratifiait notre télévision nationale
dans les années 80, pourquoi la France était et continue d’être créditée de la première place en
démocratie et de deuxième économie européenne derrière l’Allemagne. Nous comprenions
également à travers cette même « fenêtre » toute la quintessence du discours du Président
François Mitterrand a la Baule, teinté d’injonctions, adressé à ses hôtes africains.
Monsieur le Président, les « batailles » épiques d’idées auxquelles, nous assistions à travers
cette «fenêtre» entre la droite et la gauche françaises, sur fond de respect de l’autre, de la
majorité à la minorité de gauche, dénotait de la vitalité démocratique en vigueur dans ce pays.
Dans le même temps, nous y trouvions les raisons qui faisaient du citoyen français, le « roi » et
les dirigeants, ses serviteurs qui, à chacun de leurs « faux pas », n’hésitaient pas à rendre le
tablier. A tout cela, s’ajoutait la liberté d’expression que nous arrivions à décortiquer à
travers les colonnes du journal, « le monde » qui servait d’exutoire à l’opposition française et à
nous, d’abreuvoir pour alimenter notre culture générale sans compter les manifestations de rue
systématiquement autorisées, bien encadrées par la police française.

Monsieur le Président, ce n’est que dans la confrontation d’idées, pour ne pas dire la
contradiction, que naissent les solutions qui feront du Sénégal de demain un havre de paix, un
pays émergent où pourront s’accomplir les générations futures par un recul du chômage.
Fortement imprégnés de cette logique et convaincus de l’impact de l’application des principes
de la démocratie, définie comme étant : « un régime politique, un système de gouvernement
dans lequel, le pouvoir est exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens », dans la
marche vers l’émergence, nous ne pouvons-nous empêcher de prendre notre plume pour
apporter notre modeste contribution, à chaque fois que de besoin, sur les sujets dignes
d’intérêt qui agitent notre pays.
Aussi, pour cette fois-ci, le prétexte est vite trouvé avec votre sortie sur les dépenses
d’investissement et de fonctionnement que vous avez trouvées trop exorbitantes.
Sur cette question également, Monsieur le Président, votre volonté est démontrée à travers le
courage que vous avez de l’apprendre aux sénégalais et de prendre très rapidement des
mesures allant vers la rationalisation de ces dépenses. Cependant, Monsieur le Président,
l’atteinte de votre objectif global d’émergence suppose que vous alliez au-delà de ces mesures
en attaquant le mal à la racine. Ce qui suppose que vous procédiez à libération des énergies
par un affranchissement de vos cadres, à la dépolitisation de l’administration et à la mise en
place d’une cellule de contrôle budgétaire placée directement sous votre contrôle.
Il faut « libérer » les énergies.
Monsieur le Président, la capacité de vos hommes à traduire en acte votre volonté ne peut
résider que dans la possibilité qui leur sera offerte d’apporter leur touche personnelle dans la
mise en œuvre des politiques publiques dont vous en êtes constitutionnellement le responsable
et le garant.
Monsieur le Président, il ne fait l’ombre d’aucun doute que vous disposez des meilleurs parmi
les cadres de ce pays. L’approche méthodologique, la pertinence des idées et la dextérité avec
lesquelles, ils dirigent certains « travaux mixtes » auxquels nous avions eu la chance de
partager avec eux, témoignent de leur compétence. Malheureusement, ce visage dont ils font
montre à l’occasion de ces « travaux mixtes » contraste avec l’autre face affichée devant les
plateaux de télévision, qui renvoie aux sénégalais, l’image de cadres plus enclins à s’aplatir
devant l’autorité politique plutôt qu’à assumer leur propre conviction, gage d’efficacité dans
les conseils et de prise de décision voire de succès dans la conduite des politiques publiques
que vous avez tracées.

Monsieur le Président, la forte propension qu’ont la plupart de vos ministres et directeurs
généraux à ramener tout à votre personne fait que les citoyens sénégalais attendent de vous la
solution à leurs problèmes et les ravalent au rang d’exécutants plutôt que de décideurs. Cette
posture est totalement contreproductive. En matière de gouvernance publique, aucun résultat
ne saurait être garanti sans l’acceptation, la participation et l’appropriation de la mise en
œuvre des politiques publiques par les citoyens en leur double qualité d’acteurs et de
bénéficiaires, que seuls vos ministres peuvent susciter en eux.
Alors, Monsieur le Président, les bases de l’émergence qu’il vous revient de poser eu égard
aux contraintes de mandats, ne pourront être jetées et consolidées que si vous affranchissez
vos ministres, en leur donnant plus de pouvoir et d’initiatives gages de confiance auprès des
populations.
Dépolitiser l’administration
Monsieur le Président, la pire des forces d’inertie contre l’efficacité et l’efficience tant
recherchées dans la mise en œuvre des politiques publiques est sans doute la politisation de
l’administration comme en disent long les deux assertions qui suivent. L’une venant de
Geneviève Kourbi, professeur agrégé de Droit Public : « Le principe de neutralité des
services publics est un corollaire à la modernisation de l’Etat » et l’autre de J. F. Lachaume, Professeur de droit à l’université de Poitiers : « le premier aspect de la neutralité du service
public consiste à ne faire aucune discrimination entre les usagers publics en fonction de
leurs opinions, portiques, religieuses, philosophiques, de leur race… ».
Au-delà de la portée de la substance que renferment ces deux assertions, une simple réponse
aux questions relatives à l’efficacité et à l’efficience de l’action publique devrait amener à
bannir à jamais la politisation de l’administration publique.
Monsieur le Président de la République, il est de notoriété publique que la mesure de l’apport
politique d’un militant repose sur sa capacité à s’octroyer une base (groupe d’individus). Cette
base s’acquérant et s’entretenant au moyen de fonds, l’on peut légitimement s’interroger sur
la provenance de ces derniers distribués à tour de bras par des agents de l’administration,
fussent-ils des directeurs qui ne disposent de leur salaire comme source de revenu ?
L’administration publique reposant entre autres sur l’exercice de pouvoirs de commandement
sur les citoyens, l’on peut également s’interroger comment cette personne à qui vous avez
dévolu cette charge arrivera-t-elle à l’exercer correctement sur ces derniers (citoyens) dont
elle devra aller solliciter le suffrage, pour vous faire élire ou réélire et bénéficier des
retombées de votre éventuelle élection ou réélection ?

Monsieur le Président, le militantisme des hauts fonctionnaires au sein des partis, et plus
largement celui au pouvoir, ne peut que mettre à mal la tradition de neutralité politique de la
haute fonction publique et restreint vos pouvoirs de sanction à l’égard de vos collaborateurs et
employés. Monsieur le Président, l’état de dénuement total dans lequel, se trouve plus de la moitié de
vos concitoyens et le niveau de chômage qui ne cesse de croitre avec les milliers de diplômés
déversés par les universités publiques comme privées devraient vous amener à bannir toute
considération politique dans vos nominations et mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il
faut, « the right man at the right place » come disent nos amis anglais, archétypes de la bonne
gouvernance.
Mettre en place une cellule de contrôle budgétaire.
Monsieur le Président, votre révélation sur les dépenses d’investissement et de
fonctionnement a à la fois suscité ahurissement et espoirs auprès de vos compatriotes. En
effet, au vu de la faiblesse de l’offre de services sociaux et des possibilités d’insertion des
jeunes diplômés de l’enseignement supérieur dans le marché de l’emploi, autant
d’insuffisances auxquelles le pays est confronté, dépenser autant d’argent pour l’acquisition
de véhicules (sans compter les charges induites de carburant et d’entretien) et en téléphonie
est une aberration pure et simple. Cependant, les mesures qui ont suivi votre sortie laissent
entrevoir l’espoir que rien ne sera plus avant.
Cependant, Monsieur le Président, votre volonté de rationaliser les dépenses publiques ne
saurait se concrétiser sans que vous rendiez effective la Gestion Axée sur les Résultats (GAR)
et concrets les contrats de performances.
La concrétisation de ces deux outils va induire forcément une rationalisation des dépenses, en
ce sens qu’elle va imposer d’une part, le respect du principe de la soutenabilité de la
programmation budgétaire et la qualité de la comptabilité budgétaire et d’autre part, la mise
en place d’une bonne politique des achats avec tout ce qu’elle comporte comme principes à
respecter. Lesquels concepts, étant sous-tendus primordialement par un arbitrage sur
l’inscription au budget des types de dépenses et un contrôle budgétaire dont la quintessence
est l’analyse des écarts entre les prévisions et les réalisations. La détermination des écarts
auront le double avantage de : réorientation des dépenses mais d’explication sur les écarts par
les responsables budgétaires.
Monsieur le Président, les objectifs qui sous-tendent la mise en place d’un budget étant : la
maîtrise des dépenses, le respect des échéances de paiement et l’économie d’argent, il ne serait plus question, avec la mise en place de tels outils, de dépenser entièrement les montants
budgétisés au nom de « c’est l’Etat qui paye ». Monsieur le Président, en vertu des pouvoirs qui vous sont conférés par la Constitution à
travers la Loi organique des Finances, nous suggérons que vous vous dotiez, nonobstant le
rôle de la Direction du Budget et ses structures d’appui et de relais, d’une cellule placée sous
votre autorité pour renforcer le contrôle, vous conseiller sur les arbitrages par rapport aux
opportunités de dépenses et organiser sous votre égide des séances trimestrielles d’évaluation
des engagements budgétaires.
Monsieur le Président, les passes d’armes et divergences qui se sont révélées au grand jour,
entre le ministère des finances et celui de l’enseignement supérieur sur la dette due aux
universités privées, sont l’illustration parfaite que la règle fondamentale de l’exhaustivité des
recettes et des dépenses n’a pas été respectée. Il est inconcevable qu’en matière de budget que
la forfaitisation des dépenses prenne place dans une rubrique dont les unités et les coûts
unitaires sont connus d’avance, surtout quand ces facteurs font l’objet de contrat ou d’accord.
Monsieur le Président, il n’existe pas deux types de sénégalais ; les résultats obtenus au
niveau du secteur privé ne sont que la résultante de leur émancipation et de la culture de
sanction adoptées comme mode de gestion des ressources humaines.
Monsieur le Président, vos compatriotes sont fatigués, ils croulent sous le poids de la cherté
du coût de la vie et d’un chômage endémique.
Le Programme de Modernisation de l’Administration (PAMA), le « fast track », le
« cleanning day », ne sont pas une fin en soi mais bien des moyens pour arriver à une fin
(l’émergence). Le préalable à leur effectivité demeure leur appropriation par vos concitoyens.
Dans un pays où le taux d’analphabétisme se situerait autour de 54,6% (Rapport de 2013
ANDS), cette appropriation ne saurait s’obtenir sans une véritable campagne de
sensibilisation.
Au-delà de ces préalables, nous pensons à notre humble avis de simple citoyen, Monsieur le
Président, que pour installer notre pays qui regorge de talents incalculables, sur les rampes de
l’émergence, il importe de : – poser ces ruptures fortes qui passent par une réponse concrète aux différentes
problématiques susvisées, objet du présent article ; – mettre en place des institutions fortes et stables par un verrou constitutionnel afin que
nul ne puisse plus en faire usage à sa guise.
Mamadou FAYE
Grand Yoff

Commentaires

commentaires