Mort de 4 jeunes par la dosette « Jakarta » : JAMRA avait pourtant alerté


Quand les médias rapportent qu’un drame poignant, à l’actif de la terrible dosette alcoolisée,
dénommée «Jakarta», vient de s’abattre sur la commune des HLM, en faisant quatre (4) morts,
des adolescents à la fleur de l’âge, c’est naturellement le cœur en peine que l’on constate que
l’histoire a, malheureusement, donné raison à l’alerte que JAMRA, «qui a l’art de tout gonfler»,
avait lancée depuis le mois de juin 2011, sur les dangers de cette démocratisation à outrance
de l’accès aux boissons alcoolisées, aujourd’hui accessibles pour la modique somme de 100
fcfa ! Classés «Quartier rouge» par les services de sécurité urbaine, les HLM, très affectés par
le fléau de la délinquance juvénile, sont d’autant plus exposés que les débits de boissons
alcoolisées y poussent comme des champignons, au point de tenir la dragée haute à des
quartiers voisins, comme Niary-Tally et Castor. Sans toutefois arrivés à la cheville au populeux
quartier de Grand-Yoff, qui trône toujours au sommet du podium, avec pas moins de 400 bars !
Dans une déclaration remise à la Presse, le 14 février 2011, le Bureau Exécutif de l’ONG
Islamique JAMRA dénonçait la commercialisation, aux abords des écoles, de cette nouvelle
liqueur, qui s’avéra porteuse d’une forte teneur en alcool. Trois mois plus tard, JAMRA se
réjouissait que sa légitime préoccupation ait eu un écho favorable auprès du vice-président
de l’Assemblée nationale, le député Iba Der Thiam qui, à travers une «question d’actualité»,
en date du 7 mai 2011, a interpellé le Gouvernement, relativement à la vente libre, au détail,
de ces sachets alcoolisés, accessible à tous âges.
En «gadgétisant» les emballages de ce breuvage, l’intention commerciale est manifestement
d’exploiter sans scrupule la naïveté des enfants, contournant ainsi aisément les alertes
préventives que les éducateurs n’ont de cesse de prodiguer à ces frêles esprits, pour leur
fortification morale. Ces nouvelles dosettes de boissons au contenu douteux, mais dont le
trait commun est d’empester l’alcool, connues sous les labels de «Salañ-Salañ» et «Namp-
bi», avaient ainsi, dès 2011, acquis leurs lettres de noblesse, auprès d’une jeunesse dont
ces marchands de mirages semblent avoir pris le parti de détruire systématiquement ses
repères.
Cette nouvelle liqueur, savamment manufacturée, avait ainsi réussi, insidieusement, à
s’établir dans le marché, sans éveiller le moindre soupçon, neuf mois seulement après son
lancement. Poursuivant ses investigations, JAMRA réussit à démontrer comment le
mercantilisme de certains industriels, exclusivement préoccupés à se remplir les poches,
détruisent nos enfants et nuisent à la santé public. En effet, on avait longtemps subodoré
que ces dosettes alcoolisées, accessibles à tous, au prix modiques de 100 frs, étaient
importées. Après quatre mois d’investigation, la conviction de JAMRA était
définitivement acquise que c’était ici, au Sénégal, précisément à Rufisque que ces
breuvages étaient conditionnés. JAMRA avait même invité les autorités compétentes à
se promener au premier quartier situé à l’entrée de Rufisque (à droite, en revenant de
Thiès, après l’usine Sococim), précisément à Colobane 2 Sud. C’est là qu’effectivement
opéraient les exploitants véreux de ces sachets d’alcool. Qui, curieusement, disposaient
d’une autorisation en bonne et due forme, dont il nous revint que ni le Préfet, ni le Maire
n’étaient impliqués dans la délivrance de ce sésame. Alors, question à mille dosettes : qui
protégeait le fabriquant de ce maudit breuvage, qui poursuivait allégrement ses activités
destructrices, au vu et au su de tous ?

Les populations de Rufisque prirent le relais de ce légitime combat. Coordonnée par le brave
Imam de cette localité, Abdou Aziz Ndoye, cette levée de bouclier devait avoir raison de la
distillerie, qui ferma ses portes, sur injonction des autorités étatiques. Mais c’était
apparemment un recul stratégique pour mieux sauter ! Car la célèbre dosette alcoolisée,
popularisée sous le nom de «Namp-bi», à Rufisque, refit «miraculeusement» son apparition,
trois mois plus tard, simultanément à Thiès et à Louga, respectivement sous les nouveaux
labels de «Salañ-Salañ» et «Jakarta». Ainsi, se poursuivait ce jeu de cache-cache avec ces
«whisky du pauvre», devenus de véritables fléaux sociaux, causant de sérieux ravages au
niveau des couches vulnérables, tout en constituant une réelle préoccupation pour la Santé
et la Sécurité publiques.
JAMRA et MBAÑ GACCE apprécièrent à sa juste valeur l’acte de salubrité publique
que posa alors le Gouvernement, à travers l’Arrêté ministériel n°018757 du 18
septembre 2015, portant interdiction de la fabrication, de l’importation et de la vente, sur
toute l’étendue du territoire national, de tout breuvage comportant plus 18 degrés d’alcool et
au contenant inférieur à 50 cl. La mesure était d’autant plus salutaire que l’Arrêté ministériel
avait un effet rétroactif, déjouant ainsi le «Plan B» des distilleries, qui avaient manœuvré
ferme pour qu’une dérogation de deux mois leur fût concédée, afin de «leur permettre
pouvoir écouler leur restant de stock» ! Mais l’Etat resta ferme sur sa position.
Alors que les éducateurs, pères et mères de familles, venaient à peine de se remettre de ce
cauchemar, que leur avaient fait endurer «Namp-bi» et «Salañ-Salañ», voilà que les médias
révèlent cette semaine qu’une nouvelle dosette, baptisée «Jakarta», fait des ravages
alarmants dans les quartiers populaires, au point d’avoir causé la mort de quatre
adolescents, pendant qu’une demi-douzaine d’autres gamins, accros’, seraient «sursitaires».
Les vendeurs-détaillants, pour mieux appâter leurs victimes, n’hésitent pas, profitant du sens
critique fragile de leurs jeunes victimes, à venter intelligemment, les «mérites» de ces
dosettes alcoolisées, en soutenant sans vergogne, sous le regard candide des écoliers, que
«mbir mi dafay lééral xél» (ça vous éclaircie les idées) !
En ciblant cette tranche d’âge précise pour leur marketing, les promoteurs véreux de ce
maudit breuvage visent un objectif sans équivoque : conditionner dès le bas âge de futurs
ivrognes et fidéliser par anticipation une clientèle qui viendra peupler les débits infects de
«l’eau de feu». Ayant à son actif des millions de victimes de cirrhose du foie, le fléau de
l’alcoolisme, qui est une des préoccupations majeures de l’Organisation mondiale de la
santé (Oms), en tant que facteur important de l’absentéisme au travail, des accidents de la
circulation et de la criminalité, continue de déstabiliser les ménages, en produisant sous
divers cieux de nombreux impotents, qui coûtent des fortunes au contribuable, et sapent les
plus vaillantes initiatives de développement économique et social.
Dakar, le 18 avril 2019
Les Bureaux Exécutifs de
JAMRA & Mbañ Gacce
ongjamra@hotmail.com

Commentaires

commentaires