Naufrage du «Joola»: non-lieu confirmé par la justice française

jola

Le 26 septembre 2002, le Joola chavirait au large de la Gambie alors qu’il reliait Ziguinchor, au sud du Sénégal, à Dakar. La catastrophe avait fait 1 863 morts et disparus selon le bilan officiel, plus de 2 000 selon les associations de familles de victimes. Seules 65 personnes avaient survécu. Mardi dernier, on vient seulement de l’apprendre par un des avocats des victimes, la cour d’appel de Paris a confirmé le non-lieu que la justice française avait rendu en première instance, en 2014. Une bataille de plus perdue pour les familles. Au Sénégal, la procédure est enterrée depuis 2003, moment où la justice sénégalaise a conclu à la seule responsabilité du commandant de bord, disparu dans le naufrage. Les familles des victimes s’étaient alors tournées vers la justice française puisque dix-huit Français font partie des victimes. En août 2003, une information judiciaire est ouverte, en France, pour homicides involontaires. Le navire transportait 1 928 personnes, alors que la capacité d’embarquement était limitée à 536 passagers. Le ferry n’était pas en état de prendre la mer, les secours avaient tardé à arriver. Il s’agit cependant de la première bataille perdue pour les familles. La justice française écarte, en effet, de la procédure, deux anciens ministres, protégés par leur immunité. En octobre 2014, deuxième bataille perdue avec la justice française qui rend une ordonnance de non-lieu, au nom d’une jurisprudence. Les avocats font appel et c’est cet appel qui vient d’être rejeté.

Rfi.fr

Comments are closed.