More

    Nécrologie: Aretha Franklin, icône de la musique afro-américaine, est décédée

    Aretha Franklin, dont les chansons “Respect” ou encore “A Natural Woman » ont marqué les esprits, est morte à l’âge de 76 ans, selon son label cité par AP. Figure incontestée de la soul aux États-Unis, elle avait pris sa retraite en 2017.

    “Cela va être ma dernière année”, avait annoncé Aretha Franklin, en février 2017. “La reine de la soul” parlait ainsi de son dernier album, “A Brand new me”, sorti en novembre 2017 sous le label Rhino records, spécialisé dans la réédition d’albums historiques et Atlantic records, la maison de disque qui produisit ses plus grands succès. Ce 42e album composé essentiellement de succès revisités avec le Royal Philarmonic Orchestra de Londres signait la fin d’une prolifique carrière longue de 60 ans.

    On savait la chanteuse malade. Elle s’est éteinte jeudi 16 août chez elle, à Detroit, a annoncé son label, cité par Associated Press. Son dernier concert remontait au 2 novembre 2017. C’était à l’occasion d’un événement caritatif de la fondation de lutte contre le Sida d’Elton John, à New York. Celle qui, chanteuse et pianiste, avait accumulé dix-huit Grammy awards dont un pour l’ensemble de sa carrière y était apparue amaigrie et fatiguée.

    En 2010, certains médias révélaient qu’elle souffrait d’un cancer du pancréas. Une annonce qu’elle a immédiatement niée. Mais en 2011, la diva avait admis souffir d’un problème de santé sans préciser lequel. Ses apparitions se sont faites par la suite rares. En août 2018, sa famille a annoncé qu’elle était dans “un état critique” à Detroit, dans le Michigan où elle a grandi et vivait. La diva qui voulait consacrer plus de temps à ses petits-enfants a finalement trouvé la mort.

    A lire également  Coronavirus : Décès d’un « modou-modou », originaire de Kaffrine, en Italie

    Talent précoce

    Les titres de son répertoire ont bercé, fait danser, ému plus d’une génération. Aretha s’est quasiment érigée au rang d’icône de la musique noire américaine et de la soul, un genre qui a bouleversé la vie artistique et sociale américaine à partir de la fin des années 50. Avec la chanson « Respect » d’Otis Redding, l’autre roi de la soul mort précocement, qu’elle reprend en 1968, elle s’oppose au machisme et dénonce les violences sexuelles et racistes qui sévissent dans les ghettos américains. Peut-être une manière de se libérer de la figure hégémonique de son père, le révérend Clarence Franklin, un pasteur baptiste. Bien que militant des droits civiques et compagnon de Martin Luther King, il lui inculqua un sens aujourd’hui rétrograde de la hiérarchie entre les sexes.

    A lire également  Macky Sall: "L'électricité coûte cher au Sénégal"

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles