non application de la Convention collective Aux journalistes-agents l’État : Le Directeur de la Solde « défie » Macky.

Au moment où l’État est en train de procéder à la revalorisation du régime indemnitaire et à l’augmentation des salaires des enseignants et d’autres corps dans l’administration, les journalistes et techniciens de la communication agents de l’État qui font office de Chargé de communication, de Conseiller en communication et d’attaché de presse dans les ministères et directions tirent le diable par la queue. Pour cause, depuis janvier 2019, ils courent derrière l’application de la nouvelle Convention collective nationale qui est entrée en vigueur au mois de janvier de la même année. Pourtant, selon notre source bien imprégnée du dossier « le Président Macky Sall avait, en plein conseil des ministres en juillet 2020, donné des instructions fermes pour l’application optimale de la Convention collective aux journalistes et techniciens de la communication agents de l’État qui sont au nombre de 15 ».
À en croire notre interlocuteur, «  c’est le Directeur de la Solde, Charles Ciss et ses techniciens qui sont responsables du blocage du paiement des salaires depuis décembre 2021».
Malgré « les instructions du Président de la République, Macky Sall, l’avis du ministre des Finances Abdoulaye Daouda Diallo et du Directeur général du Budget, Moustapha Ba, nous peinons à percevoir nos salaires de la nouvelle Convention collective en raison du dilatoire du Directeur de la Solde et de ses techniciens », fulmine-t-il.
Nous avons, poursuit-il, rempli toutes les démarches administratives pour que la Solde puisse nous payer nos salaires. Malheureusement, le Directeur de la Solde, Charles Ciss est resté dans le dilatoire de décembre jusqu’au moment où nous vous parlons. « C’est au mois de mars dernier qu’il est sorti de son confort pour proposer l’élaboration d’un décret, afin de pouvoir appliquer la Convention collective », déplore notre source. Pis, jusqu’à présent, « le projet de décret proposé par le Directeur de la Solde n’a pas évolué d’un iota », déplore-t-il.
Or, à l’état actuel, « rien n’empêche à la Direction de la Solde de revaloriser notre solde globale, de payer les indemnités, les primes et nous payer les 23 mois d’arriérés », souligne notre interlocuteur.
Très en verve, notre interlocuteur renseigne que « nous avons fait un travail de simulation sur l’augmentation du solde global de chaque agent selon sa classe, son ancienneté qui tient compte des différentes augmentations de salaires de 1994 à nos jours. Nos représentants ont remis le tableau de simulation au Directeur de la Solde »
En effet, il serait bon de faire un bref rappel des différentes démarches entreprises par les journalistes agents de l’État pour mieux comprendre la galère qu’ils ont endurée depuis 2019 pour que la nouvelle Convention collective leur soit appliquée. Selon notre interlocuteur, pour que la nouvelle Convention collective soit appliquée aux journalistes et techniciens de la communication agents de l’État, le ministère de la Fonction Publique avait demandé à ce qu’un « Arrêté d’extension qui engage l’État » soit pris comme ce fût le cas en 1994. Et c’était au ministère du Travail d’initier l’Arrêté d’extension. «  Pour satisfaire à la demande du ministère de la Fonction publique, nous étions entrés en contact avec le Directeur général du Travail, Karim Cissé. Il nous avait notifié avant que l’Arrêté d’extension ne soit pris, il faut au préalable que la Convention collective soit publiée au Journal Officiel. Ce qui a été fait le 09 novembre 2019 sous le numéro 7223 », précise notre source. Et, l’Arrêté du n° 9565 du ministère du Travail portant extension de la Convention collective du secteur de la presse à tous les employeurs et travailleurs dudit secteur d’activité a été publié au Journal officiel le 05 mai 2020.
Dès lors, renchérit notre interlocuteur « le ministère de la Fonction publique devait procéder à l’élaboration des actes de reclassement des agents pour permettre à la Solde de pouvoir payer les nouveaux salaires ».
Malheureusement, se désole-t-il, le ministère de la Fonction publique avait exigé à nouveau au mois de mai 2021 « un avis de non-objection du ministère des Finances pour pouvoir établir les actes de reclassement des journalistes et techniciens de la communication agents de l’État au nombre de 15 ». Et il a fallu attendre, selon notre source, le mois de juillet 2021 pour que « le ministère des Finances et du budget émette un avis de non-objection pour permettre à la Fonction publique d’élaborer les actes de reclassement des journalistes et techniciens de la communication agents de l’État ».
C’est au mois de décembre dernier, informe notre source, que le ministère de la Fonction publique a élaboré les actes de reclassement. « Nous avons déposé depuis décembre 2021 nos actes de reclassement à la Solde. Mais, nous peinons toujours à entrer dans nos fonds », rouspète notre source.
Pour rappel, l’article 1er et alinéa 2 de la nouvelle Convention collective stipule clairement : « Sauf accords collectifs ou individuels particuliers plus favorables aux travailleurs, elle s’applique à tous les contrats en cours à sa date d’entrée en vigueur dans les entreprises régies par le Code du travail, les services de l’État, les établissements publics ou parapublics ou les établissements universitaires ». Donc, nous pouvons espérer que nos confrères de l’administration pourraient bientôt voir le bout du tunnel.

Comments are closed.