Non disponibilité des cartes, confusion sur le nom des électeurs… Tout ça pour… 50 milliards F Cfa

Les autorités disent avoir dépensé 50 milliards dans la confection des cartes d’identité dites biométriques. Mais, on est tenté d’en douter au regard des nombreux couacs constatés dans le processus. Car, en plus de ne peut pas pouvoir produire toutes les cartes d’électeurs avant le 30 juillet 2017, date des élections législatives, les autorités du Ministère de l’Intérieur font preuve de légèreté dans la confection de ces cartes. Sinon comment peut-on expliquer ces confusions notées sur le nom de certains électeurs(Voir photo) avec les ressources humaines dont dispose la Direction de l’automatisation du fichier? Comment peut-on comprendre qu’un électeur puisse disposer de deux cartes avec des adresses distinctes avec un système dite biométrique?  La société malaisienne IRIS Corporation Berhad, qui a gagné le marché dans des conditions douteuses, a-t-elle vendu du vent aux autorités?

En tout cas, le président Macky Sall devrait tirer cette affaire au clair au nom de la transparence. Cette demande est d’autant plus légitime que c’est pour les mêmes raisons que  l’ancien ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, aurait été traqué  par la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Souvenez vous que le leader de « Libéral ca Kanam » avait été cité dans le scandale des passeports numérisés par le journal Libération. Nos confrères avaient révélé que l’ancien premier flic du pays a été suspecté d’avoir attribué, le 03 septembre 2007, ce marché d’un montant de 118 milliards de francs Cfa à la société Iris Technologies Berhard corporation de Malaisie sur 20 ans pour la commande de ces documents; ce en toute « illégalité ». Même si Me Ousmane Ngom, qui a transhumé vers les pairies.. marron, a toujours nié les faits.

Quoiqu’il en soit, l’audit de ce marché des cartes d’identité et d’électeurs numérisées s’impose. A moins que…

http://Dakar7.com

Comments are closed.