Nour-Eddine Saïl: « Le Festival du cinéma africain de Khouribga est parti ‘d’un militantisme culturel’’

Le Festival du cinéma africain de Khouribga, dont la 20-ème édition s’est ouverte samedi soir, est parti ‘’d’un militantisme culturel’’ et ‘’d’une volonté absolue des ciné-clubs du Maroc, a rappelé le président de Fondation organisatrice, Nour-Eddine Saïl.
‘’On peut dire que ce festival est parti de rien. Non, il n’est pas parti de rien. Il est parti d’une passion. Il est parti d’un militantisme culturel. Il est parti d’une volonté absolue des ciné-clubs du Maroc, du ciné-club de Khouribga, de la volonté de certains militants, ici à Khouribga, des intellectuels, des historiens, des géographes, des professeurs’’, a-t-il dit lors de la cérémonie d’ouverture.
Il a ajouté : ‘’Il est parti d’une passion du cinéma, d’une passion pour parler du Maroc, et d’ici, la ville de Khouribga, qui, traditionnellement, était connue comme la capitale mondiale du phosphate, mais qui n’avait pas marqué l’histoire universelle par sa créativité culturelle. Qu’on le veuille ou non. Et elle n’est pas la seule’’.
Cette volonté de venir à Khouribga, pour faire émerger quelque chose, ‘’je le dois et le partage avec ceux qui, en 1977, y ont cru. Ils y ont cru tellement que, aujourd’hui, avec beaucoup d’émotion je vois que certains d’entre eux sont toujours là’’, a-t-il souligné.
Nour-Eddine Saïl a dit que pour lui, Khouribga, ‘’c’est des visages de ces militants qui ont fait ce festival, dont certains ne sont plus là’’, rappelant l’engagement de Mohamed Dahan, secrétaire général de la Fédération des ciné-clubs (décédé), qui a présidé le jury, ‘’quelqu’un de formidablement amoureux de cette ville’’.
‘’Il y a beaucoup d’absents, mais il y a beaucoup de présents, a poursuivi Saïl. La présence de ceux qui sont ici aujourd’hui, compense symboliquement et puissamment l’absence des autres.’’
Le président de la Fondation du festival du cinéma africain de Khouribga a relevé que cette manifestation, c’est aussi ‘’des images inoubliables’’, celles du film ‘’Yeleen’’, de Souleymane Cissé, ‘’un film d’une rigueur et d’une symbolique extraordinaires, de ‘’Moolaadé’’, qui montre ‘’la possibilité de construire une fiction africaine, par l’immense Ousmane Sembène, de ‘’Pégase’’, ‘’où un public pas habitué aux complications du récit, trouve qu’il y a du plaisir à suivre le délire construit de Mohamed Mouftakir’’.
Source: APS

Comments are closed.