NOUVEAU RAPPORT DE L’UNICEF : SOS pour les 28 millions d’enfants migrants et réfugiés

Dans son nouveau rapport paru hier, l’UNICEF lance un appel à assistance pour les 50 millions d’enfants réfugiés et migrants victimes de conflits et d’abus de toutes sortes.


Monde injuste s’il en est, les enfants paient le plus lourd tribut des conflits dont ils ne sont aucunement responsables. Ils sont 28 millions à être déplacés de force par les conflits et la violence, à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières. C’est un nouveau rapport de l’UNICEF, paru aujourd’hui, qui révèle ces graves chiffres. Au total, ils sont 50 millions, dans le monde, à vivre hors de leur pays de naissance. Poussés à migrer pour fuir divers sortes de dangers, dans l’espoir de trouver une vie meilleure, plus sûre.
Souvent traumatisés par les conflits et la violence qu’ils fuient, ils sont confrontés à d’autres dangers, dont les risques de noyade lors des traversées, la malnutrition et la déshydratation, la traite des êtres humains, l’enlèvement, le viol et même le meurtre. Dans les pays qu’ils traversent, et même une fois arrivés à destination, ils sont souvent victimes de xénophobie et de discrimination.
Intitulé « Déracinés : Une crise de plus en plus grave pour les enfants réfugiés et migrants », ce nouveau rapport de l’UNICEF montre que « les enfants constituent environ le tiers de la population mondiale, mais à peu près la moitié de tous les réfugiés. »
« Déracinés » révèle également que de plus en plus d’enfants traversent seuls les frontières. En 2015, plus de 100 000 mineurs non accompagnés ont demandé l’asile dans 78 pays, soit trois fois plus qu’en 2014. Ce qui les expose aux risques d’exploitation et d’abus, notamment par les contrebandiers et les trafiquants.
L’Unicef qui pointe du doigt les maux qui accablent les enfants réfugiés et migrants, la déscolarisation, la xénophobie, le harcèlement, entre autres, préconise toutefois des solutions pour lutter contre les fléaux qui les accablent. Ces mesures visent à leur offrir les conditions normales d’un retour à l’école, l’accès aux services de santé et à d’autres services de qualité, la promotion du regroupement familial, etc.

Amadou BA

Comments are closed.