More

    Ofnac, Cour des comptes, Ige : Ces rapports sans rapport avec leurs missions régaliennes !

    Ce qui frappe de prime abord l’attention du sénégalais, c’est que l’Ofnac, la Cour des comptes et l’Ige placés sous la tutelle du Chef de l’Etat  procèdent  d’un laxisme qui  leur enlève toute crédibilité quant aux missions régaliennes qui leur sont assignées. Le contrôle de la gouvernance démocratique et la reddition des comptes doit être leur soubassement. Mais le constat est que sous le Macky, ces corps de contrôle censés renseigner les citoyens sur la gestion des affaires publiques restent plusieurs années sans publier un seul rapport alors que la loi les y adjoint  chaque année. Un véritable déni de justice.

    Les corps de contrôle que sont l’Office National de Lutte contre la Fraude  et la Corruption  (Ofnac), la Cour des Comptes et l’Inspection Générale d’Etat (Ige) aussi différents et mitoyens du point de vue de leurs missions régaliennes, procèdent de la reddition des comptes, au contrôle et valeurs gérés par les services de l’Etat ou par les autres personnes morales de droit public, et à la lutte contre la corruption et la concussion, entre autres.
    Leurs missions relèvent donc du contrôle drastique de la bonne gouvernance afin  de promouvoir la probité dans la gestion des affaires publiques et privées.

    Mais le constat est amer au Sénégal puisque ces différents services de l’Etat soumis d’une manière générale à la reddition des comptes restent pour la plupart pendant des années sans produire un seul rapport.

    Et c’est souvent sous la pression de l’opinion qu’ils daignent souvent produire enfin leurs sésames.

    L’on se appelle en 2016 lorsque Nafi Ngom Keita, présidente de l’Ofnac a épinglé plusieurs personnalités du régime pour gestion nébuleuse, elle a été automatiquement démis de ses fonctions et remplacée par Seynabou Ndiaye Diakhaté.

    Par la suite, cette dernière aura eu, face à une polémique  procédurale sur le dossier du Coud, qui l’opposait au Procureur de la République, indiqué que ce dernier aurait reçu 19 rapports de l’Ofnac dont celui de Pétro-Tim.

    A lire également  En visite à Rebeuss: Idy promet de libérer Khalifa Sall

    Et qu’aucun dossier n’a été exploité. Egalement les rapports de la Cour des compte 2015,2016,2017 publiés en février 2020, ont décelé, plusieurs manquements qui ont pour noms défaillance des organes de gouvernance, l’inexistence de contrats de performance, mauvaise tenue de nos comptes publics, entre autres.

    Beaucoup de personnalités du pouvoir ont été épinglées, par les contrôleurs de cette haute juridiction.

    Et leur parade consistait à éplucher la terminologie utilisée par ces vérificateurs.

    Certains disaient qu’il s’agissait de manquements  et non de nébuleuses comme relaté au niveau des médias ; tandis que d’autres parlaient de recommandations et non de mauvaise gestion.

    Mais l’on notait une volonté manifeste de ces gens du pouvoir de se dédouaner par tous les moyens à la face des sénégalais.

    Ce lundi 13 juillet, l’Ige a présenté trois nouveaux rapports au Chef de l’Etat Macky Sall.

    La loi portant statut des inspecteurs généraux d’Etat impose au vérificateur général du Sénégal de présenter, chaque année, au président de la République, un rapport sur l’état de la gouvernance et de la reddition des comptes.

    A lire également  En visite à Rebeuss: Idy promet de libérer Khalifa Sall

    Pourtant, l’Ige est restée presque plusieurs bonnes années sans  publier ces rapports.

    Ce laxisme béat participe-t-il à la bonne gouvernance ? Cerise sur le gâteau, Karim Wade a été victime de la Cour de répression des enrichissements illicites (Crei) Et la suite est un secret de polichinelle.

    L’ancien maire de Dakar est  également tombé sous le coup de sa « caisse d’avance ». Point  n’est besoin d’en rajouter.

    Ces rapports sans rapport avec leurs missions régaliennes démontrent à suffisance que le compte est loin d’être bon en matière de bonne gouvernance sous le règne du président Macky.

    Et on ne rend pas service la République  dès lors que ces hautes juridictions sont enclines à se passer du délai qui leur est imparti pour édifier nos compatriotes sur l’état de notre bonne gouvernance.

    Ce qui est déjà sujet à caution aux yeux de l’opinion qui y décèle des relents politiques.

    Assane SEYE-Senegal7

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles