More

    Ong : D’où  proviennent les financements ?

    financeQuelles sont les sources de financement des Organisations non gouvernementales (Ong) ? Sont-elles d’origine douteuse ? La question ne manque de tarauder les esprits de certains. Et le quotidien Enquête de ce mardi 7 juin qui a sorti un dossier sur le mode de fonctionnement des Ong, tente de lever un coin du voile. Ce, dans un contexte marqué par la volonté des puissances publiques à resserrer les lignes du régime particulier dont bénéficiaient ces organisations. Désormais, selon l’article 36 du décret 2015-145 fixant leurs modalités d’intervention : « Les ONG sont soumises à des contrôles sur leurs financements et sur l’origine de leurs fonds par les services compétents de l’Etat sans que le secret professionnel ne soit opposable ». Une disposition qui n’agrée guère Mouhammadou Mbodj du Forum civil. « Je trouve qu’on essaie de restreindre les libertés avec cette question de financement. Ce n’est pas l’argent du contribuable sénégalais. Qui va demander des comptes à deux privés qui font leurs transactions ? Ce n’est pas une affaire publique. Sauf s’il y a des problèmes de sécurité nationale, ça ne regarde pas l’Etat », défend M. Mbodj dans les colonnes du quotidien Enquête. Le financement dépend toutefois des Ong ou association qui reçoivent aussi bien des fonds publics que privés, ou les rejettent. Pour une Ong comme Amnesty International, elle voit 74,6% de ses fonds provenir de la générosité du public. Les 25,4% restants proviennent de fonds propres issus de la vente de produits, des cotisations, des abonnements. Pour Médecins sans Frontières, 77,4% de ses ressources provenaient en 2010 de la recherche de fonds, c’est-à-dire de la générosité du public. I faut noter qu’au Sénégal, le mode de financement est différent du modèle de ces organisations du Nord. Il varie selon les Ong sénégalaises, avec une constante presque commune à toutes : les subventions étatiques ne sont pas la bienvenue. L’Etat qui se voit bousculé dans son identité traditionnelle de pourvoyeurs de services doit composer avec le surgissement de ces Ong qui captent les financements de partenaires techniques et financiers. C’est ainsi que selon le secrétaire général de la Raddho, dont le budget est compris entre 500 et 600 millions de FCfa annuels, son organisation reçoit principalement des fonds extérieurs de partenaires au « même titre que les Etats ». Il reconnait que c’est « l’Union européenne qui finance les activités de la société civile sur la base d’appels à propositions. Nous ne prenons pas l’argent des Etats africains ». Ensuite viennent des bailleurs comme les fonds mondiaux des Nations-unies, puis, à un degré moins le financement des ambassades accréditées au Sénégal. Le président de la Ligue sénégalaise de droits de l’homme, Me Assane Dioma Ndiaye bombe même le torse : « Le mérite des organisations des droits humains au Sénégal est que c’est le seul secteur qui n’est pas subventionné par l’Etat ». « Toutes les Ong ne sont pas comme neige, mais elles se plient le plus généralement aux dispositifs de transparence », renseigne-t-on du côté du ministère de l’Intérieur. C’est pourquoi les flux d’argent venant de l’étranger font désormais l’objet d’un contrôle strict pour enrayer tout financement suspect. Le déclenchement de l’affaire Imam Ndao, accusé d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et complicité d’actes de terrorisme et de complicité de blanchiment de capitaux sert de prétexte aux autorités pour durcir le contrôle. L’organisation Jamra déclare se démarquer les « traqueurs de financement ». D’ailleurs, révèle Mame Makhtar Guèye, Jamra avait reçu une proposition, il y a trois ans, de construction d’un centre de santé niveau 3, qu’il lui serait loisible, une fois, réceptionné de l’offrir à l’Etat du Sénégal. Et Mame Makhtar Guèye de poursuivre : « L’ambassadeur d’un pays du Proche-Orient qui a fait l’offre ne s’est plus signalé quand l’ONG a posé la condition d’une déclaration préalable auprès des services compétents de l’Etat ».

    A lire également  PCA DE L’IPRES, PCA DE L’ASPT, VICE-PCA DE LA CSS, PDG DU KING FAHD…: Mamadou Racine Sy le plus grand cumulard de tous les temps
    A lire également  Après Ngolo Kanté, Sadio Mané ravit les internautes avec sa coupe de cheveux (photo)

    DAKAR7.COM

     

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles