More

    Oui le pouvoir rend fou !:.. Fatalisme coupable ou résignation par dépit ?

    Peu de gens sont assez sages pour préférer le blâme qui leur est utile à la louange qui leur trahit », La Rochefoucauld

    Après un week-end chargé en émotions avec l’inauguration de l’échangeur « Sénégal 92 » par le président de la république et un combat de lutte qui a retenu le souffle des amateurs, des décisions politiques ont marqué le début de la semaine. Un inspecteur des impôts et domaines, leader d’un parti politique et la présidente de l’orr2ffice national de lutte contre la fraude font les frais d’un système qui tient à préserver son intimité, qui semble t-il aurait été violée. Les garants de ce même système grégaire qui écrase tout un peuple depuis plusieurs décennies, crient au scandale et agitent le symbole de la victimisation, sanctionnant au passage un supposé coupable de << manquements à la rectitude déontologique et au devoir de réserve d’un haut fonctionnaire >>, tout en débarquant sans façon celle qui a osé dénoncer la gestion scabreuse de certains directeurs généraux proches du pouvoir, et commencé à poser des jalons pour rétablir l’ordre. Apparemment la déclaration de patrimoine est une offense extrême pour certaines autorités, sans parler des autres dossiers compromettants qui croupissent dans les tiroirs; puisque contrairement à ce qui a été avancé, en ce qui concerne maintenant l’ex présidente de l’OFNAC,  son mandat en question expire en Mars 2017.

    Ainsi, les choses se font naturellement sous le nez et la barbe d’un peuple hagard, qui semble plus absorbé dans sa majorité comme spectateur des événements que acteur dans la réalisation du spectacle de sa propre destinée. Le gap est énorme entre son expression sur la passion qu’il voue au sport, notamment à la lutte, et son attentisme quand les politiciens jouent avec son devenir. Un fatalisme presque criminel sur le second point, loin de la foi qui dans ces conditions là, doit faire appel à la raison. Un élu a l’obligation de rendre compte de sa gestion selon les règles établies, dans toute forme de justice, en toute transparence. Le divin ne cautionne aucunement cette forme de suicide collectif, qui appelle à fuir ses responsabilités derrière le voile simpliste d’un destin déjà tracé. La volonté divine est une base, une fondation, mais c’est à nous de construire le reste, en cherchant à se battre pour réaliser le meilleur pour nous, pour notre descendance. Même si quelque part, nombreux sont ceux qui ont décidé de jeter l’éponge face aux multiples trahisons des marchands d’illusions, il ne faut jamais abandonner. La résignation par dépit nous sera fatale, car le parvenu lui n’a pas de limite et reste un danger potentiel pour tout le monde.

    Un citoyen engagé, qui se bat au nom de la justice doit être soutenu à tous les niveaux. Combattre l’injustice sous toutes ses formes est un devoir moral, religieux, citoyen. Le mutisme complice d’une certaine élite, devrait nous pousser encore plus loin dans la réflexion: qui défend réellement les intérêts de ce peuple ? Comment peut-on être inaudible à ce point si on incarne une certaine autorité morale ou religieuse, face aux vicissitudes de ces quelques individus véreux, une minorité qui tient en otage toute la population. Les hordes d’arrivistes sont toujours dangereux pour l’avenir d’une Nation, car ils ont une revanche à prendre de la vie, dans leur vie, et se trompent presque toujours d’ennemis. L’aigreur, l’acrimonie peut rendre tellement cruel. Au lieu de chercher à équilibrer la société dans laquelle il évolue, au nom d’une justice sociale, le parvenu essaie de se hisser le plus haut possible sur l’échelle, tout en écrasant les doigts à ceux qui l’y ont installé.

    A lire également  Contrat d'affermage: La Sde zappée
    A lire également  Cybercriminalité: Le couple, qui arnaquait des personnalités sur facebook, tombe

    C’est une lapalissade que de dire que nos élus ne font pas leur boulot, mais avec notre passivité, notre mutisme complice donc coupable, nous leur avons trop facilité la tâche. Il ne s’agit pas de toujours descendre dans la rue pour un oui ou pour un non, mais de mettre en avant ce sentiment de patriotisme quand il le faut. Hurler à tue-tête, être prêt à se battre lors d’un événement sportif est presque normal chez un amateur. Alors c’est une nécessité de se lever pour notre destin commun, parce que ce combat là est vital, pour notre survie au nom de tout ce que nos ancêtres ont construit ensemble, ces valeurs intrinsèques qu’ils nous ont léguées et qui restent enfouies en chacun de nous. Quand le destin de toute une Nation se joue, cela dépasse tout le reste; la ligne doit être droite avec une vision claire et des ambitions nobles. Le degré d’engagement comme l’ambition personnelle de chaque citoyen debout, pèsent forcément sur la solidité, la stabilité du groupe auquel il adhère. Ainsi la cupidité et l’envie de paraître seront toujours présentes, mais la foi du véritable combattant désintéressé prendra le dessus sur l’opportunisme ambiant.

    Quoi de plus normal qu’un pays comme le nôtre inaugure des dizaines de ponts, de routes et d’échangeurs, à fortiori en 2016 ?! Un non événement qui nous a encore une fois rappelés sous quelle République est-ce qu’on vit. Un président de la république peut même se faire chiper son micro en plein discours, par un ministre pour chanter les louanges de ses ancêtres. Le folklore du larbinisme ambiant. Ce type de griotisme intellectuel qui n’a fait jusqu’ici que nous tirer vers le bas; penser devoir à quelqu’un qui lui-même doit tout au bas peuple est un manque de respect criard. Mais la sanction d’un récidiviste doit être au moins proportionnée à la hauteur de ses forfaitures.

    Bocar GUEYE

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles