More

    Reprise des cours : Faut-il sauver l’école Sénégalaise et exposer des vies !

    Au moment où le covid-19 étend de plus en plus ses tentacules dans notre pays, les autorités peaufinent une reprise des cours dans un climat empreint de zones d’ombre. A l’évidence, même si l’on craint une année blanche dans un contexte marqué par la propagation du coronavirus, procéder à la reprise des cours pour les élèves et étudiants en classe d’examen relève de l’acrobatie. Pour ce faire, la question est de se demander s’il urge de sauver l’école Sénégalaise et exposer ainsi la vie des apprenants ?

    C’est en Conseil des ministres de ce mercredi que la date de la reprise des cours a été arrêtée à compter du 02 juin 2020 pour les élèves en classe d’examen. Concernant l’Enseignement supérieur, le Conseil a recommandé aux académies, de réfléchir sur les modalités de reprise globale des enseignements dans la période du 02 au 14 juin. Le quantum horaire spécifié par le décret 2019-1363 relatif aux trimestres et à la durée des congés et vacances dans les établissements scolaires pour l’année scolaire 2019-2020 était de 1296 heures. Même si ce quantum était perturbé par un certain nombre de facteurs liés à la récurrence des grèves, des facteurs exogènes tels que des calamités naturelles ou autres, l’affectation tardive des enseignants, la problématique des abris provisoires, le retard dans la mise à disposition des budgets et du matériel aux écoles et établissements, entre autres ; ces retards n’ont jamais débouché sur une année blanche. Mais avec la survenance du covid-19 sous nos cieux, il s’agit en définitive de sauver des vies de cette maladie érigée en pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le Sénégal totalise 1433 cas confirmés au coronavirus, 493 patients guéris et 12 décès, selon les dernières estimations du ministère de l’intérieur de ce mercredi. A l’échelle mondiale, le Sénégal affiche un bilan global minime même s’il est avéré que seul le temps peut juger de ce virus au visage hideux. Syndicalistes et enseignants s’évertuent à jauger la situation de l’année académique en cours sous différents angles. Mais le moins qu’on puisse dire, est que la sacralité de le vie des Sénégalais prime inexorablement sur le sauvetage de l’année scolaire. On ne peut s’employer à sauver une année académique à la place de la vie de nos élèves et étudiants. Ce n’est même pas responsable si tant est que les autorités persistent dans leur option. En effet non seulement apprendre jamais ne passe mais aussi et surtout, il s’agira de corriger les problématiques déjà liées à l’enclenchement de cette année scolaire perdue d’avance. Car, nul ne sait d’où nous mènera le coronavirus à ce stade de la situation. Pour un Gouvernement soucieux de la préservation de la vie de ces citoyens, il serait plus judicieux de fermer les écoles jusqu’à ce que le covid-19 soit neutralisé.
    Assane SEYE-Senegal7

    Articles récents

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020 
    A lire également  Querelles de clochers à Dakar Dem Dikk
    Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Entretien explosif avec un ex-pensionnaire des centres de redressement de Kara

    Il se nomme Moustapha Mbaye, un ex-pensionnaire des centres de redressement de Serigne Modou Kara Noreyni. Âgé seulement de 25 ans, ce...

    BRT : LES IMPACTÉS REÇOIVENT PLUS DE 4 MILLIARDS F CFA

    Les personnes affectées par le projet (PAP) Bus rapid transit (BRT) ont reçu plus de quatre milliards F CFA, en guise d’indemnisation....

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles