More

    Paris concède le nul face à Bordeaux (2-2)

    ParisAprès vingt-cinq premières minutes sans grand intérêt, au cours desquelles le PSG a ronronné, malgré quelques gourmandises et une frappe cadrée de Di Maria (24e), il a fallu une grosse erreur de Carrasso, qui profita à Cavani (1-0, 27e), pour réveiller tout le monde. Bordeaux a égalisé dans la foulée par Saivet, de la tête, sur un corner de Khazri (30e), puis le PSG a enfin accéléré. Il a alors logiquement pris l’avantage, grâce à Cavani, encore, sur coup franc (34e) et aurait pu se détacher par Matuidi (38e), Cavani (38e) et Di Maria (42e).

    En deuxième mi-temps, malgré une occasion pour Matuidi, contré in extremis par Pallois (55e), Paris est carrément retombé dans ses travers. Bordeaux aurait déjà pu le punir, par Crivelli, dont la tête a été déviée par un Trapp cette fois vigilant (68e). Mais malgré l’expulsion de Saivet (77e), la punition est arrivée par Khazri, qui a profité d’une incroyable bourde de Trapp pour arracher le point du nul (2-2). Car Lavezzi, mis en échec par Carrasso (83e), comme Cavani (88e) et Aurier (90+1e), qui ont tiré au-dessus, ne sont pas parvenus à offrir au PSG un cinquième succès en autant de matches de L1 (2-2).

    A lire également  Kalidou Koulibaly et Sadio Mané dans l’équipe type d’ Afrique 2017

    Le fait : Trapp et Carrasso se trouent

    On pensait que la bourde monumentale de Cédric Carrasso, qui a repoussé le ballon de la poitrine au moment de s’en saisir, pour offrir le premier but parisien à Cavani (27e) allait rester dans les mémoires. Mais c’est finalement Kévin Trapp, auteur d’une grosse faute sur une tête de Saivet (30e), puis surtout d’un contrôle raté sur une passe anodine de Marquinhos, offrant la deuxième égalisation à Khazri (79e), qui demeurera comme le grand fautif de la soirée. Le gardien allemand, qui n’avait pas vraiment été inquiété en ce début de saison, a fait preuve de fébrilité.

    A lire également  Boycott de USO: Mbour Petite Côte revient sur sa décision

    Le joueur : Cavani est de retour

    Jusqu’à la 88e minute, il avait été d’un réalisme glacial. Car Edinson Cavani avait alors réussi un doublé sur ses deux seules occasions, un enchaînement contrôle orienté et tir du droit sous la barre après la bourde de Carrasso (27e), puis un coup franc enroulé, toujours du pied droit, qui a laissé le gardien bordelais sans réaction (34e). Mais à la 88e minute, sa frappe du gauche s’est envolée. Il devient quand même co-meilleur buteur de L 1 avec Fékir (quatre réalisations).

    lequipe.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles