More

    Pas de quoi pavoiser sur un projet de budget insuffisant de 3000 milliards de F Cfa pour 2016 !

    F CfaDAKAR7.COM : Le porte parole du gouvernement exprime le besoin de communiquer sur le montant du projet de budget pour la loi de finance 2016 avant sa présentation devant la représentation nationale. Ce besoin abusif de communication sur le montant s’apparente à de l’anticipation sur des débats parlementaires futurs, ou plus exactement, à de l’extrapolation en agissant sur la magie des chiffres pour faire croire que des montagnes ont été déplacées, alors qu’il n’en est rien. Pourtant, il aurait pu en même temps, ou, au préalable, communiquer sur l’exécution du budget 2015 dont le solde affichera un déficit certain, au dessus des critères de tolérance de l’Uemoa ; lequel déficit ne sera pas, évidemment, un bon résultat en fin d’exercice. Préférer surfer sur des prévisions insuffisantes de recettes pour 2016, alors qu’on n’est pas sûr de les atteindre, ou, encore pis, en dépenser plus qu’on en possède en provoquant des déficits importants, me parait avoir une attitude non économique ou politicienne, pour les besoins d’une précampagne électorale. Car, si les montants étaient suffisants, il n’y aurait pas de déficits en fin d’exercice, or, les déficits budgétaires de l’Etat du Sénégal sont récurrents de nos jours.

    Mais, ce qui est plus grave, c’est de présenter le montant du projet de budget 2016 autour de 3000 milliards de F Cfa comme une panacée si l’on tient compte du niveau de l’inflation et de la taille de la population en soutenant que, «jamais dans l’histoire du Sénégal ,un budget n’a atteint ce niveau». Que diront les générations futures à l’horizon 2035 fixé par le Pse comme point d’ancrage de l’émergence où la population du Sénégal doublera avec un budget qui atteindra 12000 milliards en suivant le trend ? Tous les budgets du monde s’accroissent naturellement, comme évolue la puissance démographique et la masse critique des contribuables, ainsi que le niveau général des prix. La vraie problématique est de voire, en comparant des montants à des périodes lointaines, quelles sont les valeurs actuelles des expressions monétaires des budgets en tenant compte du niveau de l’inflation et du niveau de la population. A ce niveau, nous constaterons que les premiers budgets du Sénégal indépendant avaient un solde excédentaire en fin d’exercice, ce qui est le plus important. Nos argentiers sont-il victimes du phénomène de l’illusion monétaire ?

    Autant le régime du Président Abdoulaye Wade nous avait habitué à un surdimensionnement de l’argent et à son culte par rapport à ses possibilités réelles et à ses capacités de nuisance de ce ‘’funeste compagnon’’ comme disait le président Senghor en reprenant Karl Max, autant le régime actuel agit sur les mêmes latitudes. En effet, le Président Abdoulaye Wade, contrairement au Président Senghor et au Président Abdou Diouf avait un rapport singulier avec l’argent au point de déclarer, en arrivant au pouvoir en 2000, que ‘’nos soucis d’argent sont terminés’’. Peut-être que dans sa longue traversée du désert, il n’a pas pu se départir de cette tare congénitale d’un rapport particulier avec l’argent en gérant les deniers publics au point d’être victime de l’illusion monétaire.

    C’est pourquoi, au lieu de s’appuyer sur la république des valeurs, la république des contre valeurs a fait jour durant son magistère, notamment sur la course aux richesses, non pas, au moyen de culte du travail, mais, par le développement de l’affairisme d’état ayant crée, la baisse de la croissance économique, le creusement des inégalités et l’effritement de la cohésion sociale. D’ailleurs, sur l’aspect transformationnel de l’économie sénégalaise du modèle de croissance du Pse, on insiste plus sur le capital financier que sur le capital humain, alors que dans nos pays en Afrique, nous avons un avantage comparatif sur le facteur travail qui demande une meilleure prise charge, notamment, sur le secteur informel qui occupe plus de 70% de la population active. La transformation de l’économie sénégalaise passera par le développement du secteur informel et de la compétitivité des entreprises sénégalaises pour conquérir les marchés régionaux et du monde.

    A lire également  Malick Gackou sur la marche du 14 octobre: “Nous sommes en face d’une vraie dictature. Ce qui s’est passé est inadmissible"

    Si bien que l’apologie de l’argent a trouvé ses lettres de noblesse sous le précédent régime avec l’exhibition, à tout bout de champs, de la magie des chiffres en termes de milliards de nos pauvres francs. Le scénario d’hier semble continuer de nos jours si l’on remarque tout le tintamarre fait autour du montant du projet de budget 2016 de 3000 milliards de F Cfa dont on n’est pas sûr des réalisations en le présentant comme une panacée. A ce titre, les prévisions budgétaires ne doivent pas être présentées comme un résultat. Ce qui est important dans les prévisions budgétaires, c’est :

    A lire également  Rapport Ofnac 2015: Nafi Ngom Keita épingle des services publics

    – D’abord le financement du budget pour apprécier du niveau de la dette, or sur ce plan, nous en sommes presque à 50% d’emprunt pour le financement du projet de budget 2106, nous confinant toujours dans une position d’assistanat, nous ne pouvons pas nous glorifier de cette situation.

    – Ensuite, la qualité de la dépense publique et, à ce niveau, seules les réalisations effectives et leur impact sur le développement économique et le progrès social pourront à terme nous édifier.

    – Enfin, sur le solde budgétaire de base, or, sur ce plan, un déficit de plus 3% au dessus des critères de convergences de l’Uemoa apparaitra en fin d’exercice, au vu de l’évolution des besoins, toutes choses restant égales par ailleurs. (Nous faisons remarquer aussi bien en 2013, 2014 qu’en 2015 et, très probablement pour 2016, les déficits budgétaires ont dépassé la barre des 4%).

    A l’indépendance du Sénégal, le budget national était autour de 50 milliards de F Cfa (non de 19 milliards de F Cfa comme certains l’affirment) pour une population de 3 millions d’habitants avec un niveau général des prix soixante fois inférieur par rapport au niveau actuel. C’est dire, qu’en actualisant les revenus, il y a plus de soixante ans, la valeur de 50 milliards en 1960 pour une population de 3 millions d’habitants vaut plus que la valeur actuelle de 3000 milliards pour une population de 14 millions (coefficient de multiplication=50). Par exemple, une villa qui pouvait couter 500 000 F Cfa en 1960 peut couter plus de Cfa50 millions de F aujourd’hui, il suffit de voir la valeur actuelle des maisons dans la Médina à Dakar.

    De deux choses l’une, ou bien nos argentiers sont victimes du phénomène de l’illusion monétaire en pensant que nos problèmes sont réglés à partir du moment où nous disposons d’un minimum d’argent pour des besoins immenses, ou bien ils voudraient impacter sur la psychologie des masses en agissant sur la magie des chiffres pour faire l’apologie de politiques publiques qui n’ont pas produit de résultats probants. Dans les deux cas les effets pervers ne tarderont pas à apparaitre.

    Kadialy Gassama, Economiste

    Guest Éditorial

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles