Pêche dans des zones inondées : Business en eaux troubles

pecheurEn banlieue dakaroise se pratique dans les bassins de rétention, une pêche peu commune. Les poissons tirés de ces eaux de pluie mélangées à celles usées, sont de qualité douteuse.

 

Gounas 4 Guédiawaye, au cœur de la banlieue dakaroise. Le soleil est au zénith.  Un quartier presque désert, dévasté par les inondations. Les eaux stagnantes du dernier hivernage et celles des années précédentes occupent un grand espace entouré d’herbes et d’ordures. Le bassin de rétention s’est transformé en lac où des immondices flottent à la surface. La brise transporte par volutes des miasmes repoussants. Mouches, moustiques, vers de terre et autres bestioles meublent le décor. Des moutons, des chèvres et des poulets errants profitent de cette ‘’nourriture’’ abondante. Une ménagère svelte, pagne retroussé, bassine sur la tête, déverse dans le bassin l’eau savonneuse que contenait son récipient. Quelques gamins, pieds nus, jouent à cache-cache entre herbes, débris et flaques d’eau. Joyeux, ils gambadent avec insouciance, ils courent dans tous les sens sur le rivage presque désert. A quelques mètres de là, un homme, la cinquantaine, petite taille, attire notre attention. Bravant ordures et flaques d’eau boueuse, Gorgui se fraye un chemin en slalomant entre les herbes. Il est vêtu d’un pantalon rouge qui dépasse à peine ses genoux et de chaussures en plastique enchâssées par ses petits pieds noircis de poussière. Sa chemise déboutonnée laisse apparaître une poitrine amaigrie. Sac marron sur le dos, il avance lentement vers le rivage et s’assoit au bord du bassin. Il sort son matériel de pêche. Un fil de fer muni de deux hameçons. Comme appât, Gorgui prend des intestins de poulets ou des écailles de poissons. Silencieux. Avec adresse et minutie, il lance sa ligne dans l’eau. Presque aussitôt, un poisson mord à l’appât. Quelques minutes plus tard, un autre est capturé. En un quart d’heure Gorgui moissonne quatre poissons dans ce gigantesque «bassin de rétention» entouré de hautes herbes et d’ordures. A côté de lui deux autres hommes pratiquent la même activité. Des maisons conquises par les inondations sont ainsi devenues des lieux  de pêche. Beaucoup de poissons y sont capturés aux heures propices, selon Gorgui. Plusieurs espèces sont présentes dans ces eaux. Il s’agit surtout de rougets, de tilapias, entres autres. «J’ai une fois attrapé ici un poisson de 2Kg 500», raconte-t-il. Conjoncture oblige, ce père de famille, polygame, n’a trouvé d’autre moyen de subsistance que la pêche dans ce bassin. Un business qui commence à rapporter… gros ! Les poissons sont vendus dans les marchés environnants ou à La Patte d’Oie. Sans différence visible avec les espèces de la mer, les clients ne se douteront point de leur provenance. «Mes poissons sont identiques à ceux pêchés à Soumbédioune ou au Port», soutient-il avec un brin d’énervement.  Tout en clignant convulsivement son œil gauche, il martèle avec assurance : «Tous les poissons se valent, cela personne ne peut le nier». Mieux, Gorgui et ses collègues ont leurs propres clients. Pour la plupart, ce sont des Diolas qui ont un plat spécial pour les variétés pêchées dans cet endroit. «Je les vends aussi à des clients chinois, à bon prix», explique-t-il  en un sourire laissant entrevoir des dents blanches plantées sur ses gencives rougeâtres. Il ajoute, visage assombri : «Sinon ce sont les vendeuses de poissons dans les marchés qui me les rachètent à moindre coût». Ses revenus oscillent entre 5 000 et 3 000 FCFA, confie-t-il.

 

Son vis-à-vis, teint clair, la trentaine, gagne aussi sa vie grâce à ce bassin. Une chemise blanche assortie d’un jean bleu et de bottes usées constitue la vêture plutôt élégante de ce pêcheur. Cet ancien mécanicien, déguerpi pour les besoins de la construction de l’autoroute à péage, exerce en ces lieux la même activité que Gorgui. Tous les jours, de 9 heures à 17 heures, Moussa vient pêcher sur ce bassin. Selon lui, durant les pénuries de poisson, certains pêcheurs quittent même la mer pour les rejoindre. Pour lui, l’insalubrité de l’espace n’affecte en rien la qualité du poisson. D’ailleurs, il indique que sa propre famille en consomme. «Ma femme, mes enfants  et moi consommons à chaque fois ce poisson et cela ne nous a jamais causé de problème», insiste-t-il en caressant sa tête parsemée de courts cheveux crépus.

 

 

 

Pour ces pêcheurs, le bassin est devenu un dépotoir d’ordures et d’eaux usées  parce que les gens ne peuvent faire autrement. «Le quartier est sans canalisation et les éboueurs ne viennent pas régulièrement. Nous sommes obligés de faire avec car cela n’affecte en rien la qualité du poisson», explique le pêcheur Moussa.

 

Le chef de quartier Serigne Coly, un septuagénaire à la petite taille, loue la bravoure de ces pêcheurs. Trouvé chez lui, dans sa demeure en face du bassin, M. Coly dormait à même le sol sur une petite natte. D’un geste brusque, il sursaute, s’extirpe de son sommeil. Puis il nous reçoit dans sa petite chambre. Assis sur son lit en bois, il nous fait l’éloge de ces gens frappés par le sort mais qui, refusant de baisser les bras, gagnent leur vie à la sueur de leur front en venant pêcher sur le bassin. Toutefois il n’a pas manqué de souligner que le bassin est devenu un grand danger pour les populations de ce quartier, en particulier les enfants. Ces dernières années, les bassins de rétention en banlieue dakaroise ont fait plusieurs victimes, dont deux enfants dans ce bassin de Gounass 4. Abordant la question de l’insalubrité dont ils sont victimes, le chef de quartier pointe le manque de civisme des habitants qui y jettent les ordures la nuit en cachette. «Personne n’ose le faire durant la journée, sous peine d’une sanction très sévère», soutient-t-il. Pourtant, selon lui, si l’espace était bien aménagé et entretenu, le bassin pourrait s’avérer profitable à la culture de tomate ou de riz. Pour le moment, le plus urgent est pour les riverains, d’encercler le bassin par un mur afin d’éviter de nouvelles victimes.

Commentaires

commentaires