Pénurie annoncée de carburant à la SAR: les précisions de Der Mond Oil and Gas


COMMUNIQUE


Contrairement à certaines informations diffusées ces derniers jours, et comme l’a
attesté un communiqué de la Société africaine de raffinage (Sar), Der Mond Oil and
Gas exécute correctement le contrat le liant à la raffinerie, gagné suite à un Appel
d’offres international, tout en sécurisant l’approvisionnement du Sénégal. Aujourd’hui,
et pour la première fois, contrairement à d’autres présents dans le secteur depuis
une quarantaine d’années, Der Mond Oil and Gas, dans son souci d’accompagner
les autorités, a prêté à la Sar prés de 40 milliards de Fcfa, soit l’équivalent de
850.000 barils et le déchargement suit son cours normal. A la date d’aujourd’hui, 672.
000 barils sur les 850.000 ont été déchargés. Il convient de préciser que les
100.000 barils supplémentaires sont la propriété de Der Mond Oil and Gas. C’est dire
que, contrairement à ce qui est insinué depuis un certain temps, il n y a aucun risque
de rupture, malgré toutes les manœuvres sur le plan national et international. A
l’opposé de certains fournisseurs, Der Mond Oil and Gas reste absolument engagé
dans sa mission au Sénégal comme elle l’est dans le reste du monde. Depuis le mois
de septembre 2018, Dermond Oil and Gas assure, à crédit et sans pénalité,
l’ensemble de l’approvisionnement en fuel du Sénégal pour un montant de plus de
100 milliards de Fcfa, vérifiable au niveau du Fonds de soutien de l’énergie. En effet,
Der Mond Oil and Gas a souvent déchargé le fuel, sans couverture contrairement à
ce qui est stipulé dans le contrat, pour éviter une rupture à la Senelec. Autant de
facilités financières qui témoignent de l’engagement patriotique de Der Mond Oil and
Gas mais qui semblent déranger plusieurs intérêts qui ont, par le passé, adopté des
postures déloyales pour contraindre les autorités à des paiements et des pénalités
souvent exagérés. Ceux qui prétendent s’inquiéter pour le pays, en attaquant sans
fondement Der Mond Oil and Gas, devraient plutôt s’intéresser aux bateaux de gaz
qui repartent du Sénégal, sans décharger et des soucis réels du détenteur du
marché à exécuter son contrat qui n’arrive pas à décharger des bateaux dont le
montant est inférieur à XOF 2.000.000.000 FCFA.
Finalement c’est à se demander qui a les épaules trop frêle !

Commentaires

commentaires