Pénurie d’eau aux Parcelles Assainies: La SDE clouée au pilori

La commune des Parcelles Assainies a soif. A l’Unité 7 et  26, les robinets ne coulent plus. Une situation qui dure depuis presque deux mois. Chaque jours, les populations font du porte-à-porte à la recherche du liquide précieux. Devant la porte de la maison Layènnes, un groupe de femmes fait la queue pour s’approvisionner en eau. A l’intérieur, une pompe à eau y est installée. Tout au long de la devanture, elles étalent leurs bidons, sceaux, et bassines vides.
. « J’en ai vraiment marre de cette pénurie d’eau »
Arame Camara, la trentaine, pagne mal noué, marche à petits pas. Bassine remplie d’eau sur la tête, Arame exprime son amertume. « J’en ai vraiment marre de cette pénurie d’eau. Cela fait presque deux mois, l’eau ne coule pas de nos robinets. Et en temps normal,  il faudra veiller tout au long de la nuit pour avoir de l’eau », se désole-t-elle.
Fatou Diouf partage le même calvaire que Arame. Trouvée devant un puits, à Cambéréne Deggo, Fatou Diouf, la trentaine,  étale sa colère.  «Vouloir effectuer les tâches ménagères avec le peu d’eau que nous puisons, est impossible. Je n’’ai pas de réserve dans ma  maison et j’habite au deuxième étage. C’est vraiment dur de faire monter l’eau par les escaliers. Nous sommes constamment obligées de demander de l’aide aux gardiens. Et en ce mois de ramadan, cela devient pire avec la chaleur et  la fatigue. Nous vivons vraiment la galère», se plaint notre interlocuteur. Elle est accompagnée par son fils de 13 ans qui l’aide à remplir ses cinq grosses bouteilles.
« Ce qui me  fait le plus mal est que nos factures sont les mêmes. »
 La même situation est vécue par les habitants de l’unité 26 des Parcelles Assainies. Ici, l’ eau n’a pas coulé le début du mois de ramadan. Pour avoir de l’eau, les populations sont obligées de se déplacer vers les quartiers environnements. Le transport de l’eau est assuré par les charrettes. Il est 18h 30. Nous sommes à quelques minutes de la rupture du jeûne. Devant une  quincaillerie, Awa Ba est là pour  récupérer ses bouteilles d’eaux. Cette dame d’une vingtaine d’années, portant son enfant sur le dos, n’a pas mis de gants en s’attaquant à la société des eaux. «La SDE a une mauvaise gestion de cette liquide précieux.  Cela fait presque deux mois que nous veillons  devant les robinets, en vain. » Awa est d’autant plus révoltée que cette pénurie n’a aucun impact sur les factures bimestrielles. Elle se sent arnaquée. «Ce qui me  fait le plus mal est que nos factures sont les mêmes. Aucun changement n’a été noté », tonne-t -elle.  
En plus de la pénurie d’eau, la zone des Parcelles assainies est aussi sevrée d’électricité. « C’est vers 2 heures du matin que je me lève dans l’obscurité la plus menaçante pour voir si les robinets sont ouverts ou pas. Vraiment nous demandons à la SDE de rétablir la situation au plus vite », supplie-t-elle.
« Je paye chaque jour un taxi 1000 francs Cfa  de Grand Yoff à mon appartement des Parcelles pour m’apporter de l’eau. « 
Si certains se contentent des eaux de pompes où des puits, cet homme d’une trentaine d’années, lui, s’en méfie. Pour cause, sa femme n’en veut pas pour des raisons sanitaires. « Ma femme est en enceinte, et ce n’est pas sûr qu’elle boive cette eau. Cependant,  je me charge d’amener de l’eau à la maison. Je paye chaque jour un taxi 1000 francs Cfa  de Grand Yoff à mon appartement des Parcelles pour m’apporter de l’eau. Vraiment cette situation devient difficile pour moi. La SDE doit agir », dit cet homme marié.
Par ailleurs, cette pénurie d’eau perturbe le sommeil de certains riverains qui sont dérangés dans leur quiétude par les querelles de borne fontaine. « Je suis la première dans les rangs, il est inadmissible que vous soyez devant moi », râle une femme dans une maison à l’unité 7. Il a fallu l’intervention de la propriétaire de la pompe à eau pour mettre fin à cette bagarre. « Depuis 6 heures du matin vous êtes là pour faire la queue. Svp soyez compressifs les uns des autres », tempère la dame. Il en est ainsi presque tous les jours.
 Dakar7.com
 

 

Comments are closed.