Plainte contre la série «Maîtresse d’un homme marié»: JAMRA auditionnée par le CNRA

«Le peuple du Sénégal souverain est profondément attaché à ses valeurs culturelles fondamentales qui constituent le ciment de son unité nationale». Ce préambule de la Constitution de notre pays a toujours conforté l’ONG islamique JAMRA dans sa conviction que la créativité artistique mérite d’être encouragée et soutenue, dès lors qu’elle est au service d’une finalité humaine et sociale positive. A l’opposé de certaines dérives audiovisuelles, souvent de déplorables chefs-d’œuvre de mimétismes de sous-cultures occidentales, qui inculquent subtilement à nos enfants des comportements déviants, comme le voyeurisme, voire le libertinage sexuel. A l’instar de cette obscénité langagière, rendue tristement célèbre par la série qui fait polémique, «Maîtresse d’un homme marié» : «Sama lii maa ko moom ku ma nééx laa koy diox» (Je suis libre de coucher avec qui je veux) !

JAMRA, qui a célébré en février dernier ses 36 ans de combats pour la défense légitime des nobles valeurs que nous ont généreusement léguées nos vaillants ancêtres, ainsi que les grandes figures religieuses qui reposent en terre sénégalaise, n’a jamais dit ou écrit quelque part, depuis qu’elle a été portée sur les fonts baptismaux en février 1983, qu’elle était «contre la création artistique». JAMRA s’inscrit plutôt en faux contre toute œuvre qui banalise voire promeut la dégradation des valeurs de notre société, par le biais des mass-médias. C’est ce qui avait d’ailleurs motivé cette Marche pacifique de protestation que JAMRA avait organisée le 19 août 2000 (voir photo), contre la scandaleuse série télévisée, «Confessions érotiques», qui agressait mentalement et moralement nos enfants, jusque dans leur dernier retranchement: le havre sécurisant de la cellule familiale. Le mémorandum, bien documenté, que nous avions déposé auprès du ministre tutelle, Mamadou Diop Decroix, et du président du HCA (Haut conseil de l’audiovisuel), le défunt magistrat Babacar Kébé, n’avait pas tardé à porter ses fruits. En effet, au terme de notre manifestation pacifique qui, répétons-le, ne visait intuitu personae aucun créateur audiovisuel, mais plutôt à défendre nos valeurs sociétales (un droit absolu pour tout citoyen attaché à la sauvegarde de ce patrimoine national) contre ces dérives audiovisuelles, le HCA (ancêtre du CNRA d’aujourd’hui), conformément aux objectifs qui lui sont assignés par la loi 98-09 du 02 mars 1998, a purement et simplement ordonné l’arrêt de la diffusion de «Confessions érotiques», qui avait déjà suffisamment scandalisés nombre d’éducateurs, de mères et de pères de familles, soucieux de l’équilibre de la Jeunesse, avenir de toute Nation.

Comme le rappelait souvent le regretté Professeur Assane Sylla, lorsqu’on vit en société «Agir librement, c’est agir en responsable. Il n’y a pas de moralité là où il n’y a pas de responsabilité individuelle». Or, cette série, «La maîtresse d’un homme marié», banalise ce qu’il y a de pire dans la vie normal de tout adulte responsable: le mensonge systématique, la fornication décomplexée, l’adultère, la violence, l’arrogance, la vulgarité. Bref, le contraire de la base même de notre système social, culturel et identitaire ! Que nous nous devons tous de sauvegarder jalousement. JAMRA n’est donc pas contre la créativité audiovisuelle locale, mais se fait plutôt le devoir de dénoncer ces minables «roy-dax», qui ont déjà suffisamment fait perdre à notre jeunesse des repères culturels fondamentaux. Il y a lieu donc de limiter les dégâts, en encourageant notamment un retour aux sources de ces valeureuses séries télés de jadis, à l’image de «Jamonoy téy», «Daaray kocc», etc., dont s’en délectaient volontiers les parents, en compagnie de leurs enfants, à qui ces productions authentiquement sénégalaises inculquaient de hautes valeurs morales et civiques.

Comme les lois de ce pays nous en donnent le droit, JAMRA s’est donc constituée partie plaignante en se liguant avec le «Comité de défense des valeurs morales» (regroupant une vingtaine d’associations religieuses et de la Société civile) dirigé par l’honorable Serigne Bassirou Mbacké Cheikh Astou Fall (neveu du Khalife de Touba Serigne Mountakha Mbacké et arrière-petit fils de Cheikh Ibra Fall). Une plainte a été dument déposée, par les soins de Ouztas Adama Mboup, coordonnateur de ce comité, sur le bureau du Président du CNRA, M. Babacar Diagne. Lequel, après avoir déclaré recevable cette plainte commune aux deux structures, contre les auteurs de la série «Maîtresse d’un homme marié», a entendu (voir photo), pendant deux tours d’horloge, entouré de ses conseillers, les responsables des structures plaignantes – qui n’excluent toujours pas d’organiser une Marche de protestation, en fonction du traitement qui sera réservé à leur requête. La partie adverse sera, quant à elle, entendue à son tour le jeudi 28 mars prochain. Le CNRA entrera ensuite en conclave, avant de rendre public sa délibération.

Dakar, 27 mars 2019

Les Bureaux exécutifs de

JAMRA et MBAÑ GACCE

Commentaires

commentaires