More

    Polémique sur le décès d’une enseignante : Les jeunes s’opposent à un enterrement à Cambérène

    Le corps d’une dame, décédée dans des conditions inconnues, a été valsé entre les cimetières de Cambérène et de Yoff et la maison mortuaire, car les jeunes du premier village cité se sont opposés à son enterrement. Dans ce contexte, ces comportements deviennent monnaie courante dans la capitale.

    Avec le Covid-19, même les morts ne sont plus respectés. Hier, les jeunes de Cambérène se sont opposés à l’enterrement au cimetière de leur village d’une femme dont le corps a été découvert dans sa chambre en état de putréfaction. Finalement, elle a été inhumée à Yoff.
    Ce comportement indigne Dr Cheikh Sadibou Diop, médecin-chef du centre de santé de Cambérène, qui dénonce l’attitude des jeunes de cette localité à l’égard de la défunte qui était professeur de mathématiques et de physique-chimie dans un Cem à l’Unité 7 des Parcelles Assainies. «Nous avions eu une opposition au niveau du cimetière de Cambérène. Les jeunes qui étaient sur le balcon d’une maison sont descendus pour demander des renseignements et s’opposer à son enterrement, craignant que la défunte soit positive au Covid-19», dit-il. Le reste est un parcours du combattant. «On a retourné la dépouille dans la chambre mortuaire. C’est le lendemain (dimanche) à 8h que les sapeurs-pompiers ont repris la dépouille pour l’enterrer à Yoff», raconte le médecin qui ne comprend pas ces agissements. «Au-delà de 23h à 1h du matin qui est l’heure du couvre-feu, j’imagine mal que des jeunes puissent se balader et venir s’opposer à une décision administrative ou judiciaire. La deuxième chose, c’est un problème d’humanisme pour dire que les gens ne savent pas ou ne comprennent pas qu’au-delà d’une personne décédée, il y a derrière un humanisme», dit-il. Une façon de faire comprendre aux habitants que la vie n’est pas figée sur une seule réalité. «Ça veut dire à la fois ça peut te toucher, toucher ta famille. Et à ce moment, tu devrais être en mesure de raisonner autrement. C’est-à-dire que les cimetières n’appartiennent à personne. Ils sont le destin fatal, la dernière demeure de toutes les personnes. Considérant Cambérène comme une cité religieuse bâtie sur un humanisme, il serait préférable que les gens reviennent à la raison. Que les autorités recadrent ces jeunes», renchérit-il.
    En même temps, le médecin tente de lever les doutes qui entourent le décès de cette enseignante. Estimant que «la victime serait morte d’un malaise en tentant d’ouvrir la porte de sa chambre où on l’a retrouvée couchée sur le dos», Dr Cheikh Sadibou Diop révèle qu’un «prélèvement sur le corps pour savoir si elle avait le Covid-19 n’a pas été fait parce que le corps était en état de décomposition». Pourquoi ? «Le moindre mouvement peut éclater le corps. C’est l’avis des sapeurs-pompiers. Le commissaire et le procureur ont été informés et sont d’accord pour l’enterrement du corps», tient à préciser le médecin.
    Agée environ d’une trentaine d’années, la victime était originaire de Rufisque où vit sa famille et avait rejoint son nouvel appartement il y a quelques jours. Elle n’avait même pas eu le temps de déballer ses bagages qu’elle a été terrassée par la grande faucheuse dans des conditions encore inconnues.
    Il faut rappeler que la découverte de ce corps avait plongé les populations de Cambérène 2 dans la psychose à cause du Covid-19. Perturbés par une odeur nauséabonde qui se dégageait d’une des pièces de leur immeuble, les habitants ont forcé la porte de la chambre suspecte. Grande fut leur surprise de constater le corps d’une dame en état de putréfaction très avancé. Aussitôt après, le périmètre est sécurisé par des éléments de la police et des sapeurs-pompiers qui ont ensuite transféré la dépouille au cimetière de Cambérène avant d’être éconduits par des jeunes qui montent la garde au niveau de plusieurs cimetières. Triste spectacle !

    Articles récents

    NECROLOGIE : DECES DU MINISTRE BAMBA NDIAYE

    Deces de l'ancien ministre BAMBA NDIAYE un combattant de la cause islamique et de la coexistence religieuse.
    A lire également  Sénégalais tué en France: Le meurtrier s'est livré lui-même à la police
    L’ homme...

    MARCHÉ SANDAGA : LA DÉMOLITION REPORTÉE APRÈS LA TABASKI

    Nouvel report de la démolition du marché Sandaga. Prévu ce vendredi, Aly Ngouille Ndiaye, en visite sur les lieux, ce 3 juillet...

    Coronavirus : les nouvelles mesures prises par le Palais pour protéger Macky et le personnel

    Après plusieurs cas positifs au coronavirus enregistrés au Palais de la République et dont le président Macky Sall, a failli être victime,...

    Réhabilitation du Building administratif : Le «curieux» avenant de 330,5 millions sur des travaux déjà effectués!

    Le building administratif rénové a été inauguré depuis février 2019 par le Président de la République Macky Sall. Mais, les avenants sur...

    CORONAVIRUS : UNE QUARANTAINE DE PAYS DONT LE SÉNÉGAL EN INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE

    C’est l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) qui sonne l’alerte. Dans un rapport sur les perspectives de récoltes et...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles