More

    Pollution Atmosphérique : Les décès coûtent 225 milliards de dollars à l’économie mondiale

    La pollution atmosphérique s’est hissée au quatrième rang des facteurs de risque de décès prématurés dans le monde, et il s’agit de nos jours du type de pollution le plus meurtrier.

    Les pertes de revenus du travail imputables à ces décès se sont chiffrées à environ 225 milliards de dollars en 2013, selon les conclusions d’une nouvelle étude qui vient souligner le fardeau que fait peser la pollution de l’air sur l’économie mondiale.
    Cette étude, intitulée en anglais The Cost of Air Pollution: Strengthening the economic case for action, est le fruit d’une collaboration entre la Banque mondiale et l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME). Elle a pour but de mesurer le coût des décès prématurés liés à la pollution de l’air afin de fournir des arguments économiques en faveur de la lutte contre ce type de pollution et de faciliter la prise de décisions prioritaires dans un contexte de rareté des ressources. On estime que les maladies liées à la pollution de l’air extérieur et intérieur ont provoqué la mort de 5,5 millions de personnes en 2013. Des pertes en vies humaines qui sont sources de souffrances mais aussi synonymes d’entraves au développement économique.
    Si les jeunes enfants et les personnes âgées en sont les premières victimes, la mortalité prématurée liée à la pollution atmosphérique a également de lourdes retombées pour la population d’âge actif, en termes de pertes de revenus du travail.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles