More

    Porte-paroles de Partis, sans base affective : Focus sur ces tonneaux vides, en manque de légitimité

    PORTE-PAROLEAucun Parti politique ne peut fonctionner, convenablement, sans porte-parole. A la fois stratégique et ingrate, cette fonction de porte-parole donne de la visibilité et de l’aura à la personne investie de cette mission.

    A cet effet, au Sénégal, le choix de ces porte-paroles est moins lié à leur représentativité politique qu’à la confiance qu’ils ont de leur leader ou à leur capacité à s’exprimer facilement dans un français et un ouolof (langue nationale) qui font chavirer leurs auditoires.

    Toutefois, un acteur politique tirant, d’abord et avant tout, sa légitimité de sa base affective, Actusen.com, à travers ce mini-dossier, dresse le profil de quelques uns de ces ‘’tonneaux vides’’ qui n’existent que par la volonté de leurs…chefs.

    Outre leurs chefs de file respectifs, les porte-paroles des Partis politiques font partie des acteurs du landerneau, qui sont les plus connus du grand public. Mais il y a un mais à cette notoriété ! Car s’ils ne sont pas les poulains préférés de leurs mentors politiques, si ce n’est pas à cause de leur don oratoire, les porte-paroles de Partis partagent un piètre dénominateur commun : être des poids-plumes dans leurs fiefs politiques respectifs.

    Du Parti démocratique sénégalais, à l’Alliance pour la République, en passant par l’Alliance des forces de progrès, le Parti de l’indépendance et du Travail….ils sont tous des tonneaux vides. Incapables d’aider leurs formations politiques à se tirer d’affaire, au soir d’un scrutin.

    Babacar Gaye, porte-parole Pds

    Nommé en 2008, porte-parole du Parti démocratique sénégalais (Pds) à la faveur de la disgrâce de l’ancien ministre de la Santé, Abou Fall, Babacar Gaye est l’un des militants les plus fidèles à Me Abdoulaye Wade. Cette proximité lui avait valu, à l’époque, sa promotion  au niveau interne et étatique.

    Député,  Président du Groupe parlementaire ‘’Libéral et démocrate’’, Directeur de cabinet politique du Président de la République d’alors, puis Président du Conseil régional de Kaffrine, Babacar Gaye aura gravi les échelons. Mais son parcours politique n’est pas à la hauteur de son poids électoral. En effet, le porte-parole du Pds souffre d’un manque de charisme qui lui permet d’avoir une base politique solide. Conscient, sans doute, de ses limites politiques, Babacar Gaye a préféré, d’ailleurs, ne pas se lancer aux élections locales de 2014.  Catalogué ‘’faucon’’ par les réformateurs du Pds, celui qui porte la voix des libéraux semble, aujourd’hui, renoncer à ses ambitions au profit de Karim Wade, dont il a été le mandataire lors du comité directeur extraordinaire tenu, en 2015, qui a vu ce dernier investi comme candidat du parti à la prochaine présidentielle.

    Abdourahmne Diouf, porte-parolede Rewmi

    L’homme est d’un talent oratoire qui ne laisse aucun observateur indifférent. En véritable alchimiste, il a le don de se faire écouter par ses plus grands contempteurs. Flamboyant, c’est un porte-parole de poche dans les bras duquel aucune formation politique ne se jetterait, pour l’enrôler, si l’envie de quitter le Président du Conseil départemental de Thiès l’en démangeait.

    Mais à la différence de son leader, Idrissa Seck, le Dr. Abdourahmane Diouf n’a pas de base politique solide. Natif de Rufisque, le porte-parole de Rewmi n’a apparemment pas conquis le cœur des siens par son discours. Candidat malheureux aux dernières élections locales de 2014, ce juriste-consultant international semble handicapé par ses nombreux voyages à l’étranger. La nature ayant horreur du vide, l’ancien Directeur général de la SONES (il n’aura duré à cette station que le temps d’une courte réflexion, du fait de sa liberté de ton) devra, nécessairement, faire un choix, s’il veut s’affirmer comme acteur incontournable dans le vielle ville.

    Dr. Malick Diop, porte-parole de l’Afp

    Il a été la révélation des élections de 2009. Vainqueur de ce scrutin face aux Wade, Dr. Malick Diop, ancien maire de la Commune de Point E-Fann-Amitié, avait fini d’entrer dans l’histoire politique. Mais son aura va s’effriter, au fil des ans. Peint comme un homme ‘’suffisant’’ par ses détracteurs, le Directeur de l’ASEPEX  sera défait, lors des élections locales de 2014 par la Coalition ‘’Taxawu Dakar’’ conduite par Palla Samb. Nommé porte-parole de l’Alliance des forces de progrès (AFP) en 2012, en remplacement de Hélène Tine, Dr. Malick Diop devra reconquérir sa base affective qu’il semble avoir perdu. Dans son fief d’antan, il ne jouit plus d’une cote d’enfer. Et à la différence de Babacar Gaye et Dr Abdourahmane Diouf, porte-paroles du Pds et de Rewmi, Dr Malick Diouf ne s’imposent pas comme un génie en puissance, en termes de manie de la langue de Molière. En attestent ces face-à-face avec les journalistes où il a très souvent vraiement mangé son pain noir.

    A lire également  Documentaire: Irak, l'un des plus grands mensonges du siècle

    Moussa Sarr, porte-parole de la Ld

    A la Ligue démocratique, la (re) conquête de base politique n’a jamais été une obsession. Car Moussa Sarr, porte-parole de la Ld ne s’est jamais pris le risque de se peser, électoralement. Pour éviter, sans nul doute, de tutoyer le ridicule dans les urnes. Faiseur de Roi devant l’éternel, son Parti n’a jamais dépassé la barre des 5% aux élections présidentielles. Et entretient avec le flop une relation de longue date.

    Ni base affective, ni mandat électif, Moussa Sarr est à ranger dans le cercle des porte-paroles qui flottent sur les eaux troubles de la représentativité politique, comme un navire en perdition. Et semble bien s’accommoder de ce statut de Parti ‘’yobaléma’’.

    Samba Sy, Porte-parole du Pit

    Cette logique à la Ligue démocratique est aussi valable au Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT). Son porte-parole, Samba Sy, ne saurait se réclamer d’aucune base affective. Peu connu par le grand public, ce poulain de Amath Dansokho ne nourrit, manifestement, aucune ambition politique, si ce n’est pas servir de caisse de résonnance à son parti. Très influent et nuisible,  le PIT fait plus partie des formations politiques qui comptent que ceux que l’on compte.

    A lire également  Documentaire: Irak, l'un des plus grands mensonges du siècle

    Seydou Guèye et Abdou Mbow, respectivement porte-parole et adjoint de l’APR

    L’Alliance pour la République fait partie, certes, des Partis que l’on compte dans le landernau, mais ceux qui ont en charge de porter sa parole n’ont aucune représentativité dans leurs fiefs respectifs. Seydou Guèye, porte-parole de l’APR, a été laminé lors des élections locales de 2014 par Bamba Fall, maire de Médina. Une défaite qui lui a valu sa disgrâce. Limogé de son poste de Secrétaire général du Gouvernement, il sera nommé Directeur de cabinet adjoint.  Avant d’être ‘’réhabilité’’ à la Primature comme porte-parole du Gouvernement.

    A part le verbe, Seydou Guèye n’est plus. Son nom, il l’a inscrit au chapitre des porte-paroles laminés par un drame personnel : incapable de revendiquer un seul Centre de vote de sa circonscription. Seul maître à bord de son vide politique, Seydou Guèye est de la trempe des porte-paroles, qui au soir d’un scrutin, lorsque tombent les premiers résultats, ne savent plus discerner la proue de la poupe, la vie de la mort.

    En plein tangage politique, Seydou Guèye n’existe qu’à travers les médias et dans la langue de Molière. Pour s’attaquer aux adversaires politiques de Macky Sall, cet ex-homme de gauche sait, dans un français simple, choisir les mots qui font le plus mal. Mais au-delà de ce don, en termes de représentativité politique, il est prisonnier de son corpos comme un plongeur dans son scaphandre.

    Son adjoint, Abdou Mbow, lui, sera plus veinard. Car, ombre égarée, Abdou Mbow n’existe que par la volonté de son chef Macky Sall. La preuve, malgré ses nombreuses débâcles devant l’indéboulonnable maire de Thiès, Idrissa Seck, il sera propulsé tel une météorite à la vice-présidence de l’Assemblée nationale.

    Prompt à réagir dans les médias, Abdou Mbow est, cependant moins loti que Babacar Gaye, Dr Abdourakhmane Diouf, Moussa Sarr, Seydou Guèye, entre autres porte-paroles. Qui sont tout en technique, surtout quand il s’agit de s’exprimer dans un français captivant et de nature à forcer le respect à son auditoire.

    Abdoulaye Wilane, porte-parole du Ps

    Lui, fait l’exception. Abdoulaye Wilane, porte-parole du Parti socialiste, n’existait que dans les médias, quand sa formation politique participait aux élections, sous sa propre bannière. Mais depuis l’avènement de Benno Siggil Seneegal puis de Benno Bokk Yakaar », il semble s’extraire de la catégorie des porte-paroles sans âme politique. Incapables de transformer le plomb en or, l’abattement en euphorie, au soir d’une élection, dans leurs fiefs politiques respectifs.

    Depuis quelques années, il a réussi là où on l’attendait le moins. Elu pour un deuxième mandat à la tête de la Mairie de Kaffrine, Abdouaye Wilane a fini par « prouver » sa légitimité au sein de sa famille politique, où la querelle de leader fait rage. Fougueux, et volubile, le maire de Kaffrine, proche de Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Ps, peut, aujourd’hui, revendiquer valablement sa part d’héritage dans cette formation.

    Toutefois, réellement, que pèserait Abdoulaye Wilane, si sa formation politique allait à une élection, sous sa propre bannière. Rien, répondrait-on, si on se fiait à la suprématie de Mata Sy Diallo, qui, jusqu’à un passé récent, régnait sur un empire d’adulateurs, dans cette partie de Kaffrine.

    Actusen.com   

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles