More

    Portrait: Abdalah Dionne, le porteur d’eau du Palais

    En arrivant à la tête du gouvernement du Sénégal en 2014, l’ancien Premier ministre, Mahamat Boun Abdalah Dionne avait gagné la sympathie de l’opinion publique compte tenu de son profil de technocrate-bosseur qu’il dégageait. Mais à force de côtoyer les politiciens, l’actuel ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence en est devenu un professionnel, au point de renier ses principes. Pris par l’ivresse du pouvoir, Dionne défend, depuis quelques temps, des positions très controversée. La dernière en date, c’est celle relative au mandat présidentiel. «L’histoire du président Macky Sall avec le peuple sénégalais n’est pas encore terminée, et ça va vers 2035», avait-il déclaré sortie lors du forum des jeunesses républicaines qui s’est tenue dans la banlieue le week end dernier. Une déclaration qui a suscité une grosse polémique au moment où l’opposition sénégalaise soupçonne Macky Sall de vouloir briguer une 3e mandat. Même si le ministre et beau-frère du président, Mansour Faye a tenté de rectifier le tir en reprécisant la pensée de Dionne, la méfiance a fini de gagner une partie de l’opinion.

    La limitation des mandats présidentiels en question

     Alors qu’on n’a pas fini d’épiloguer sur cette bourde politique, voilà que le secrétaire général de la Présidence en rajoute en exprimant ouvertement son opposition à la limitation des mandats présidentiels. «Je me pose la question : est-il pertinent d’abord de limiter le nombre de mandats ? Au plan de la doctrine, il faut réfléchir. Et pourquoi ce n’est pas valable au niveau du Législatif ?», se demande l’ancien Premier ministre dans une interview accordée à la chaine I-TV. Mais cette question est loin d’être innocente et annonce vraisemblablement un coup fourré de la part de l’actuel régime décidé à conserver le pouvoir par tous les moyens. Et pourtant, le président Macky Sall, lui-même, avait défendu la position contraire à ce sujet. Dans une interview accordée à nos confrères de France 24, en 2014, le chef de l’Etat disait ceci :  «Au Sénégal, nous avons réglé cette question puisque notre Constitution de 2001 a limité le nombre de mandats à deux. Il y a eu une variation et c’était sur la durée. Et moi-même j’ai été élu sur le régime du septennat. Et pour revenir à une norme, deux mandats de cinq ans, j’ai décidé d’appliquer une réduction sur mon propre mandat. Donc, je suis favorable à la limitation des mandats dans le temps.»

    Dionne, le devin

    Entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Macky Sall a finalement fait un mandat de 7 ans et entretient le mystère autour d’un éventuel 3e mandat. Mais il pourra toujours compter sur le devin Dione pour préparer l’esprit des Sénégalais à cette éventualité comme il l’avait déjà pendant la campagne présidentielle de février 2019.

    Alors que le système de parrainage est décrié par l’opposition, le ministre d’Etat avait annoncé que le nombre de candidats n’allait pas dépasser 5. Et il n’avait pas tort. Ce n’est pas tout. Au soir du scrutin, Dionne affirmait que son candidat Macky Sall allait gagner au er tour avec plus de 57%. Là aussi, il avait vu juste. L’opposition cria au hold-up électoral, mais la pilule finira par être avalée.

    A lire également  Soutien: Le grand Serigne Pape Diagne vote Benno

    Né le 22 septembre 1959 à Gossas, Mahammed Dionne est l’un des fidèles compagnons du président Macky Sall dont il fut le directeur de cabinet entre 2007 et 2008 à l’Assemblée nationale. Après la disgrâce de son mentor et son départ de l’hémicycle, Dionne quitte le Sénégal et rejoint les organismes internationaux. Il est nommé représentant de l’ONUDI en Algérie jusqu’en décembre 2010. De 2011 à mars 2014, il exerce les fonctions de coordinateur sénior de la coopération industrielle sud-sud puis, comme chef du programme de l’ONUDI pour l’Afrique et les pays les moins avancés.

    Le rapport de l’Ofnac,  fromage et le « Toubab»

    En 2013, ce diplômé de l’Institut d’informatique d’entreprise revient au bercail suite à sa nomination comme ministre chargé du Suivi du Plan Sénégal Emergent. Jugé «discret» et «docile», Dionne gagne la confiance de Macky Sall qui, en 2014, fera de lui le Premier ministre en remplacement de Aminata Touré.

    Un poste qu’il occupe jusqu’en 2019. Le poste de Premier ministre étant supprimé, Dionne rejoint le Palais de la République dont il est le secrétaire général. Cette «rétrogradation» ne change rien de son dévouement et de sa loyauté vis-à-vis de Macky Sall. Au contraire, il multiplie ses attaques contre l’opposition, et n’a pas hésité à qualifier «fromage hollandais», le rapport de l’OFNAC épinglant la gestion de l’ancien Directeur du Centre des Œuvre université de Dakar(COUD), Cheikh Oumar Hann. «j’ai vu des gens présenter, je ne sais pas si c’est un livre ou un rapport… J’ai dit que ce n’est pas un livre, c’est un rapport sans contrepartie. Ce livre est intitulé “Scandale je ne sais où… Je dis qu’il n’y a pas de scandale, encore moins au cœur de la République, parce que le Président Macky Sall est un homme de vertu, un démocrate, un champion de la bonne gouvernance», avait déclaré Dionne. Il faisait allusion au livre du journaliste Pape Alé Niang intitulé : « Scandale au cour de la République : le dossier du COUD ». Toujours dans ses dérives langagières, Dionne ira jusqu’à dire que l’auteur du rapport Pape Ibra Kébé, n’est pas Sénégalais mais plutôt un « français ». Mais sur ce coup-là, Dionne, le medium de la République, passe à côté de la plaque. Car, le concerné n’a pas tardé à le démentir dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. «Non ! je ne suis pas un toubab. je m’appelle Pape Ibra Kébé. J’habite Touba et je suis né au Saloum. J’ai étudié à Kaolack, au lycée Abdoulaye Niasse. Ensuite je suis allé à Strasbourg faire mon master 1, puis à Lille où j’ai fait 2 masters. ; ensuite à Paris Dauphine où j’ai fait mon master 2, de la recherche et le Doctorat». Mais cette douche froide n’a apparemment pas tempéré les ardeurs de l’ancien Premier ministre. Comme s’il voulait donner des gages à son patron Macky Sall dans un contexte de guerre de succession au sein de l’APR, Dionne symbolise, aujourd’hui, l’éminence grise du Palais. Réussira-t-il ses plans ? wait and see !

    A lire également  Les avocats du maire de Dakar: "Khalifa Sall n'acceptera pas d’être entendu tout en étant en état de détention".

    Daouda Gbaya(Guestuinfo.com)

    Articles récents

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 30 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 30 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles