Pourquoi il faut sauver le patrimoine équestre de l’Afrique

Le premier festival équestre d’envergure en Afrique subsaharienne devrait s’ouvrir en février 2018 à Ouagadougou. Une initiative salutaire en faveur d’un trésor méconnu du patrimoine culturel continental.

Il y a urgence. Un pan entier du patrimoine culturel de l’Afrique est en train de s’écrouler sous nos yeux, dans l’indifférence générale – y compris celle des Africains eux-mêmes. J’évoque ici le patrimoine équestre d’un continent qui a connu de nombreux empires cavaliers : l’empire du Kanem-Bornou (nord du Tchad), l’empire du Mali, l’empire songhaï (Afrique de l’Ouest), pour n’en mentionner que quelques-uns… Tous ont dû leur gloire à la possession de cavaleries efficaces et à la maîtrise des arts équestres.

Il y a peu, on pouvait encore voir, au nord du Nigeria, du Cameroun ou du Bénin, de touchantes survivances de l’époque où, en Afrique comme dans le reste du monde, le cheval – signe de richesse et de pouvoir – était l’indispensable attribut de l’aristocratie et où, habillés de somptueux harnachements, des cavaleries d’apparat faisaient la fierté de sultans et autres chefs traditionnels, en particulier dans le vaste espace sahélien.

La coutume se perpétue par endroits

Et puis la modernisation, la mécanisation, l’urbanisation, mais aussi la sécheresse, l’appauvrissement des chefferies, les guerres (notamment du Darfour), le pillage et dernièrement le terrorisme, avec Boko Haram, ont contribué à la disparition de ces cavaleries, des fêtes et des cérémonies qui y étaient associées.

Il y a bien, ici ou là, des lieux où la coutume se perpétue : la Gaani, à Nikki (au nord-est du Bénin, près de la frontière avec le Nigeria), continue à être l’occasion de beaux rassemblements équestres ; au Burkina, les Peuls du département de Barani, non loin de la frontière malienne, continuent chaque année, au moment de la Tabaski (l’Aïd-el-Kebir), à exhiber ce qui reste de leur cavalerie. Mais ces réjouissances n’ont plus le lustre d’antan.

Et il est à craindre que la situation ne s’améliore guère dans les décennies qui viennent, où les démographes annoncent un doublement des populations – et donc une aggravation de la pauvreté – dans ces régions déjà souvent touchées par des famines.

S’inspirer des nations cavalières pour conserver l’équestre du continent

Comment sauvegarder ce qui peut encore l’être ? Toutes les grandes nations cavalières d’Europe ont créé des conservatoires afin que leur savoir-faire équestre ne disparaisse pas définitivement. En Espagne, c’est l’École royale andalouse d’art équestre de Jerez ; à Lisbonne, l’École portugaise d’art équestre ; en Autriche, l’École – dite « espagnole » – de Vienne.

Même les Russes cherchent actuellement à réunir les moyens de créer à leur tour un établissement de ce genre, dans une des merveilleuses écuries construites par le tsar Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg.

La France, qui dispose à Saumur d’une École nationale d’équitation et où l’État entretient (pour combien de temps encore ?) un groupe d’écuyers classiques, connu sous le nom de Cadre noir, a réussi quant à elle à faire admettre « l’équitation de tradition française » par l’Unesco et à obtenir en 2011 son inscription sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité.

Le chorégraphe et metteur en scène Bartabas a en outre redonné vie à la grande écurie du château de Versailles, abandonnée depuis la Révolution, pour en faire, en s’appuyant sur la tradition, un lieu de création, une sorte de corps de ballet équestre.

 

Comments are closed.