Privé de marchés Publics, isolé politiquement.. Bara, porté disparu

S’il y a un homme d’affaires qui n’a pas réellement profité du pouvoir de Macky Sall, c’est sans doute Bara Tall. Le patron de l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal, qui a pourtant contribué activement et financièrement, à l’élection du président de la République, n’a pas gagné de marché public depuis 2012. S’il est vrai que Bara Tall avait des ennuis financiers sous le régime de Abdoulaye Wade dont le fils Karim lui mener la vie dure, on s’attendait de voir au moins l’entreprise Jean Lefebvre participer à dans les appels d’offres. Que s’est-il passé entre Bara Tall et Macky Sall ? En tout cas, le long silence de l’homme d’affaires intrigue plus d’un. Selon les sources de Dakar7, Barbar Talla reste toujours discret et « fait la navette entre Dakar (bureau)- Thiès(ville natale)-Somone(résidence secondaire) ».

D’autres sources confient que le patron du groupe Tallix est  » frustré » de n’avoir pas obtenu « sa » part de gâteau après son soutien à Macky Sall. Président du mouvement citoyen « Yemaké » , Bara Tall n’a obtenu aucun poste dans l’actuel gouvernement. Le seul moment où son mouvement politique a été impliqué aux affaires, c’est en 2016 avec la nomination de Abdou Aziz Tall,. ancien ministre chargé du Plan Sénégalal émergent(PSE). Mais ce dernier ne va pas durer dans le gouvernement puisqu’il sera limogé par Macky Sall quelques mois plus tard. Depuis lors, l’ancien baron socialiste multiplie ses appels du pieds à travers des « tribunes parues dans certains journaux. Sans succès.

Bara et les mille et un déboires

Après avoir connu un succès fulgurant,au début de l’alternance en 2000, Bara Tall semble être poursuivi par la pouasse. Des déboires, il en connu durant sa carrière. Ses ennuis judiciaires ont démarré en 2004, avec les chantiers de Thiès. Accusé de « surfacturation », par le rapport de l’IGE, en 2014, le patron de Jean Lefebvre a été mis en prison. Mais l’intéressé nie les accusations et parle de « règlement de compte politique » entre Wade et Idy dont il paya les  » pots cassés ». Libéré à la faveur de « négociations secrètes » entre l’ancien président de la République et son ancien Premier ministre, Idrissa Seck, Bara Tall continua de subir les affres du régime libéral. Cette fois ci, ce fut avec le fils du président, Karim Wade. À l’origine, la reconstruction de la route Fatick-Kaolack. Après avoir construit ce tronçon, l’entreprise Jean Lefebvre a été contraint de reprendre les travaux car la route s’était dégradée en un temps record.. Mais Bara Tall avait refusé de s’exécuter lcar, dit-il, il avait prévenu Karim Wade, alors ministre des infrastructures et de transports aériens, des risques. « Suite à sa dégradation inévitable donc, vu le trafic non conforme à la nature de l’ouvrage, et aux péripéties judiciaires, une expertise judiciaire a évalué le coût de sa reconstruction à… 32 Milliards de francs CFA, vu les quantités de matériaux qui doivent lui conférer la solidité requise pour endurer le type de trafic qui y passe.« , avait expliqué, à époque, Bara Tall dans les colonnes du journal Le populaire.

Convaincu d’avoiravoir raison, il poursuit :  » Le juge a donc pris la décision de la faire refaire à ce coût réel, mais par son constructeur originel Jean Lefebvre. Ce que Bara Tall a accepté en écrivant une lettre au gouvernement. Ce dont Karim Wade ne veut pas entendre parler« .

Depuis cette date, Bara Tall était blacklisté des marchés publics au Sénégal. Ce qui l’avait poussé à prendre le chemin de l’exil vers la Gambie..En 2012, après la chute des Wade, le président du mouvement « Yemalé » rentre au bercail. Mais avec beaucoup de regrets. Sans doute. Dakar7 a tenté de joindre Bara Tall, sans succès.

Dakar7.com

Comments are closed.