More

    Prix des cinq continents de la Francophonie : Albena Dimitrova célèbre le français comme «une terre d’accueil»

    Les représentants des cinq Comités de lecture ont sélectionné 10 ouvrages finalistes représentant 10 pays pour la 15ème édition du Prix des cinq continents de l’Organisation international de la Francophonie. Parmi eux, figure la Bulgare Albena Dimitrova avec son roman « Nous dînerons en français » (Galaade Editions).

    L’écrivain bulgare Albena Dimitrova a rejoint la France quelque mois avant la Chute du mur de Berlin. A son arrivée à Paris, les seuls mots dont elle dispose en français sont « bonjour » et « voyage ». Depuis, cette langue est devenue pour elle une terre d’accueil. Avec ce premier roman « Nous dînerons en français » (Galaade Editions), elle a choisi d’écrire en français et non en bulgare. Albena Dimitrova livre une histoire d’amour portée par une langue « avec accent », à la fois forte et poétique.
    Extrait :

    « (…) Peu après ce jour, j’ai découvert l’enfant dans mon ventre. J’ai cessé de voir mes amis. Une seule de mes amies avait été mise dans la confidence, mais à elle non plus, je n’avais pas pu dire la vérité. Elle me voyait périr et croyait que je pleurais la fuite de Christo. Jour après jour, elle voyait Gueo venir et croyait que le père venait excuser le fils.
    Gueo s’efforçait de ne pas faire attention. Nous en parlions rarement et c’était pour l’oublier. Nous parlions de tout et de rien pour éviter les nouvelles courbes de mon corps, de mon ventre qui enflait, de mes hanches qui prenaient du large. Gueo les évitait de ses yeux, de ses mains. Nous faisions l’amour à quatre pattes, nous accouplant dans le noir complet, dans des postures de possédés. Gueo aimait les enfants. Dieu, qu’il les aime ! Il en avait fait un paquet, comme si parsemer ce monde de nouveau-nés allait taire la solitude du premier cri de tous les orphelins. Il aurait pu y avoir un poste spécial à plein-temps dans les services du Politburo pour surveiller uniquement les poussées de sa sève transformée en bipèdes. Des dossiers à étaler sur des rayons entiers. Mais il n’avait que des garçons. Toujours des garçons. Je lui ai menti, je lui ai menti par rage, vengeance, douleur.

    A lire également  Après une longue absence pour emprisonnement : Thione annonce son retour sur la scène musicale
    A lire également  Après une longue absence pour emprisonnement : Thione annonce son retour sur la scène musicale

    Je n’en savais rien. De quel sexe était notre enfant ? J’avais prétendu que oui, que c’était une fille. Je n’en savais rien. Ils m’avaient endormie, et à la sortie du banal centre ambulatoire de la ville de Sofia, Gueo m’attendait dans la voiture, un bouquet de fleurs rouges à l’arrière. Je déteste les fleurs rouges. Les yeux encore errants dans les effusions d’une somnolence, droguée par l’anesthésie, je lui lance à la figure sans le regarder : « C’était une fille. Je l’ai appelée Gaia. »
    Il nous conduit à la maison. J’y habite seule depuis peu, mon bureau face à la fenêtre, les livres partout sur le sol. Je m’allonge sur le lit et je vomis doucement des mots. « Elle est morte, ce matin. »

    Je délire avec indifférence, ma voix en camaïeu incolore. « Gaia avait tes mains. Elle avait mes cheveux, elle n’a pas crié, tu sais, elle a été sage. » (…) »

    lesoleil

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles