More

    PROGRAMME D’APPUI AUX COMMUNES ET AUX AGGLOMÉRATIONS : Les opportunités de l’intercommunalité expliquées aux élus locaux

    Les enjeux de l’intercommunalité ont été expliqués jeudi aux élus locaux pour leur permettre de mesurer toute l’importance attachée à ce concept, mais aussi de voir les voies et moyens pour pouvoir l’opérationnaliser au niveau de leurs territoires. Ils ont été invités à aller ensemble pour bénéficier des investissements de grande envergure prévus dans le cadre du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations (PACA-SEN).


    Des maires, des présidents de Conseils départementaux ont été invités par l’Agence de développement municipal (ADM) à réfléchir, au cours d’un séminaire, sur les modèles d’intercommunalité à adopter dans le cadre du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations (PACA-SEN).

    L’expérimentation de l’intercommunalité a connu des hauts et des bas avec l’Acte 2 de la décentralisation, et avec la nouvelle réforme, les élus veulent un chemin complètement balisé. Ils ont relevé entre autres griefs les lourdeurs administratives qui, a leur avis, constituent un facteur de blocage, l’allègement de certaines procédures, le sous-équipement de certaines collectivités locales, la faiblesse des moyens financiers et des ressources humaines.

    Selon Mbagnik Patar Diouf, Conseiller technique du ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, des lenteurs existent certes, mais, a-t-il assuré, le processus suit normalement son cours. « L’évaluation a déjà été faite et des propositions et recommandations concrètes sont mises sur la table, il s’agit de passer à la phase de validation qui ne saurait tarder pour démarrer la seconde phase de l’Acte III de la décentralisation », a dit M. Diouf.

    Le directeur général de l’ADM a, pour sa part, noté que l’intercommunalité va occuper une place extrêmement importante dans le PACA-SEN doté d’une enveloppe de 120 milliards et dont l’entrée en vigueur est prévue en janvier 2017. Selon Cheikh Issa Sall, elle sera bénéfique pour les communes qui accepteront de se mettre ensemble pour gérer ensemble les projets qui leur sont communs. La meilleure des intercommunalités, a-t-il souligné, est celles qui viennent de la volonté des communes, mais pas une intercommunalité imposée comme ce fut le avec l’entente CADAK CAR et la communauté urbaine ». À son avis, il faudrait que ces intercommunalités viennent de la volonté individuelle des maires qui sentent le besoin de se regrouper pour gérer ensemble des projets qui leur sont communs. Dans le cadre de ce nouveau projet, des investissements de grande envergure sont prévus et pour cela, a-t-il souligné, il faut sortir des territoires communaux, regrouper le maximum de communes, les pousser à travailler ensemble pour avoir plus de résultats pour les populations.

    A lire également  Dividendes de Bolloré en 2015 : Le Pad touche une enveloppe de plus de 224 millions

    L’intercommunalité, a-t-il noté, occupe une place extrêmement importante sur les trois volets du PACA-SEN. Il s’agit des projets communaux qui seront exécutés dans les territoires communaux, des projets intercommunaux nécessitant le regroupement de plusieurs communes pour l’exécution d’un projet ou la gestion commune de compétences bien déterminées et aussi les projets structurants dépassant les limites des départements et pouvant toucher plusieurs régions.

    Il a également assuré que l’intercommunalité sera bénéfique aux communes qui accepteront de se mettre ensemble pour gérer ensemble certains projets, surtout ceux liés à la gestion des ordures. « C’est un aspect que tout le monde reconnait, les moyens des communes ne permettent pas de gérer efficacement les ordures. Certaines communes ont les moyens, la logistique alors que d’autres n’en ont pas, mais ont l’espace pour accueillir les ordures dans de bonnes conditions. Il faut mettre ensemble ces communes pour leur permettre de gérer ce domaine de compétence avec beaucoup plus d’efficacité », a-t-il indiqué.

    Les communes de Sokone (département de Foundiougne) et de Mekhé (département de Tivaouane) vont donner l’exemple. Ces deux collectivités signent ce vendredi un cadre de coopération qui va se focaliser sur des aspects économiques, de jeunesse entre autres.

     

    LEJECOS

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles