Le Fmi soutiendra le Sénégal dans ses efforts de renforcement de mobilisation de recettes intérieures

sénégal fmiLe programme de travail du Fonds monétaire international (Fmi) publié au cours de ce mois de juin 2016, vise avant tout à remettre l’économie mondiale sur une trajectoire de croissance à la fois plus forte et plus sûre durant ces douze prochains mois. Le Fmi entend collaborer avec les autres agences spécialisées qu’elles soient de nature sociale, politique, démographique, environnementale, biologique ou technologique, afin de développer son expertise dans ces domaines, et s’employer à renforcer et affiner ses conseils au sujet de ces questions émergentes. En effet, selon le communiqué de l’institution financière internationale, ces questions peuvent avoir des effets considérables sur les économies des Etats membres. Aussi, le Fmi continuera d’intégrer les questions touchant au changement climatique et à l’énergie dans ses activités de surveillance. De même qu’il est en train de mettre au point un outil pour évaluer toutes les mesures pouvant être prises, sur le plan budgétaire, pas seulement, pour atténuer les effets du changement climatique. L’institution s’intéresse aussi au rôle particulier du changement climatique et des catastrophes naturelles dans l’économie des petits États et des autres économies vulnérables. Le programme de travail développé par le Fmi pour ces douze prochains mois est conforme aux orientations énoncées dans le Plan d’action mondial ainsi que dans le communiqué paru en avril dernier du Comité économique et financier international. Ce programme concerne en particulier les activités du Fmi de nature à promouvoir les actions à mener sur les plans monétaire, budgétaire et structurel pour raviver la croissance. Ainsi, il présente aussi le travail à accomplir pour aider les États membres à s’attaquer aux problématiques émergentes (telles que le changement climatique et les inégalités) et renforcer le système monétaire international. Quant à l’action à mener au niveau des politiques économiques, la Directrice générale du Fmi, Mme Christine Lagarde soutient que l’économie mondiale « est affaiblie par une croissance qui est trop lente depuis trop longtemps ». Voilà pourquoi, sur fonds d’affaiblissement de la croissance mondiale, le programme de travail vise à aider les pays à mieux doser leurs politiques économiques et à leur donner plus de vigueur. De la même manière que le Fmi continuera d’étudier les conséquences des politiques monétaires non conventionnelles et leurs répercussions sur les autres économies, en particulier les pays émergents, en s’intéressant aussi au domaine connexe de la gestion des flux de capitaux. Au cours de l’année à venir, le Fmi examinera comment les États membres ont géré les flux de capitaux ces dernières années, en cherchant à mieux identifier les risques qui en découlent pour la stabilité macroéconomique et financière. Le Fmi entend aussi approfondir son analyse macro-financière ainsi que ses travaux sur le renforcement des cadres de surveillance et de réglementation des États membres. Face à l’accentuation des risques pour la stabilité financière mondiale, le Fmi fera le point des progrès accomplis en matière de réforme de la réglementation financière aux niveaux mondial et régional. Le programme de travail porte aussi sur plusieurs aspects de la gestion des vulnérabilités du secteur financier et de la réduction des risques. En particulier, le Fmi analysera les facteurs à l’origine de l’évolution observée des relations de banque correspondante, ainsi que les conséquences de cette évolution, en réfléchissant au rôle qu’il pourrait jouer à cet égard. L’institution de Bretton Woods compte également lancer une nouvelle initiative de soutien aux politiques d’infrastructure, pour aider les États membres à accroître l’efficacité des investissements publics et, le cas échéant, à identifier les possibilités d’accroître de façon soutenable leurs dépenses d’infrastructure. Cette initiative — menée à titre expérimental dans plusieurs pays — devrait permettre de déterminer les mesures à prendre en priorité pour que les investissements d’infrastructure contribuent à une croissance forte et durable. Pour des Etats comme le Sénégal qui sont à faible revenu, le Fmi continuera de soutenir les efforts qu’ils déploient pour renforcer la mobilisation de recettes intérieures. Il prévoit en outre de définir un cadre dans lequel il développera les capacités de gestion des finances publiques dans les États fragiles. Sur le plan des réformes structurelles, le Fmi compte accorder une plus grande attention au rôle des réformes structurelles dans l’amélioration de la productivité et de la croissance. À cet égard, une panoplie d’instruments sera mise au point à l’intention des équipes-pays pour leur évaluation annuelle des économies des États membres, qui leur permettra de tenir compte de facteurs tels que le stade de développement du pays considéré, la position du pays dans le cycle économique et la marge de manœuvre existante pour procéder à des réformes.

WWW.DAKAR7.COM

 

Comments are closed.