More

    Quatre maliens et un togolais travaillant pour une société de télécoms ont été enlevés vendredi et retrouvés morts samedi, tués par des hommes non identifiés. « Nous ne pouvons pas continuer de travailler dans l’insécurité. Tous les autres employés ont été mis en sécurité », a déclaré dimanche une source émanant de la compagnie chinoise dont cinq employés ont perdu la vie. Il s’agit de quatre Maliens et un Togolais enlevés vendredi. Les cinq ouvriers installaient des câbles de fibre optique près de la ville de Niafunke, située au sud de Tombouctou. « Le lendemain, ils ont été retrouvés tués et abandonnés le long d’une route », a annoncé un élu de Niafunke. « Venir au Mali aujourd’hui est un acte de foi » Trois compagnies chinoises de télécommunications travaillent actuellement au Mali. Jeudi, à l’occasion d’un Forum international d’investissement qui se tenait à Bamako le président Ibrahim Boubacar Keita avait reconnu devant les participants que « venir au Mali aujourd’hui est un acte de foi ». « En vous encourageant à venir investir dans les pays du Sahel, singulièrement ici aujourd’hui, nous vous devons la sécurité. Vous prenez des risques en venant à nous, cela vaut d’être respecté. Nous venons de loin, et inchallah nous irons loin », avait -il ajouté. Malgré l’intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement, des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne les pays voisins.

    L’officier de police devra purger une peine de 20 ans de prison pour le meurtre en 2015 d’un automobiliste noir, capturé sur une vidéo amateur.

    Les images avaient fait le tour du monde et choqué l’opinion publique américaine. Michael Slager a été condamné jeudi à 20 ans de réclusion par le juge fédéral David Norton, qui siège à Charleston. L’ancien policier « a agi avec malveillance et préméditation », a estimé le juge, « en tirant sur Walter Scott non armé et s’enfuyant ».

    Immortalisé en vidéo

    Les faits remontent à avril 2015, nous sommes à Charleston, en Caroline du Sud. Walter Scott, un automobiliste noir de 50 ans, est arrêté par un policier blanc, Michael Slager, pour une infraction au code de la route, un simple feu arrière défectueux.

    A lire également  Xi Jinping avance le concept de développement il y a 15 ans : la nature vaut son pesant d'or

    L’automobiliste, non armé, tente de s’enfuir, l’officier de police tire huit balles, dont cinq l’atteignent dans le dos et le tuent. Capturée sur le téléphone portable d’un passant, la vidéo devient virale et déclenche des manifestations, dégénérant parfois en émeutes, dans tous les États-Unis.

    A lire également  France: licencié par l’Élysée, Alexandre Benalla placé en garde à vue

    Michael Slager avait affirmé avoir craint pour sa vie et agi en légitime défense alors que les images amateurs le montraient en train de déposer son pistolet à décharge électrique à côté de sa victime. L’officier avait très vite été renvoyé des forces de l’ordre, une sanction rare aux États-Unis.

    La justice américaine l’a également reconnu coupable d’entrave à la justice pour ses mensonges concernant les circonstances de l’homicide de Walter Scott.

    « J’aimerais que ce ne soit jamais arrivé »

    Un premier procès non fédéral avait été annulé en décembre 2016, les douze jurés n’étant pas parvenus à s’accorder sur le verdict. Michael Slager encourait la perpétuité après avoir plaidé coupable, en mai, d’un chef d’accusation fédéral, avoir de façon volontaire attenté aux droits civiques de Walter Scott en exerçant une force excessive sous le couvert de ses fonctions. « J’aimerais que ce ne soit jamais arrivé », a-t-il dit à l’occasion de l’audience.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles