Quatre millions d’agents fédéraux américains victimes d’une cyber-attaque, les Chinois soupçonnés

Des pirates informatiques ont forcé au mois d avril les accès des ordinateurs du gouvernement américain, mettant la main sur les données personnelles d environ quatre millions d agents fédéraux, en activité ou à la retraite.

C’est une cyber-intrusion de grande ampleur qui a touché les États-Unis il y a quelques semaines. Le gouvernement américain a annoncé jeudi 4 juin avoir détecté le piratage informatique d’ordinateurs contenant les données personnelles de quatre millions d employés fédéraux – en activité ou à la retraite.

Cette cyber-attaque a été détectée en avril 2015 par l Office of Personnel Management (OPM), agence qui gère les effectifs du gouvernement et attribue des centaines de milliers d accréditations aux fonctionnaires fédéraux chaque année.

[Ce piratage] aurait été piloté depuis la Chine, selon les premières informations [du Washington Post] , a indiqué Stanislas de Saint Hippolyte, le correspondant de France 24 à Washington. Si cette hypothèse se confirme, il s’agirait du deuxième piratage majeur de l’OPM perpétré par la Chine. On ne sait pas encore le degré de sensibilité des informations volées sur ces ordinateurs , a ajouté le journaliste de France 24. Vol d identités, espionnage ? L objectif des pirates n est pas clair.

Ironiquement, l’attaque a été menée au moment même où l OPM se dotait de nouvelles procédures de sécurité. Le FBI a indiqué dans un bref communiqué qu’il enquêtait sur cette affaire et qu’il prenait au sérieux toutes les attaques potentielles contre les systèmes du secteur public et privé .

La Chine – via son ambassade à Washington – n a pas tardé à réagir, accusant les États-Unis de tirer des conclusions hâtives. Un comportement irresponsable et contre-productif , selon les mots de Zhu Haiquan, son porte-parole.

Commentaires

commentaires