More

    Quelle politique pour résorber le chômage des jeunes ?

    EmploiAprès plus d’un demi siècle de tâtonnements et d’errements, particulièrement dans la politique d’emploi des jeunes, force est de constater que la question de l’employabilité demeure toujours sans réponse. Et le diagnostic laisse apparaitre, qu’en général, les problèmes principaux du marché du travail au Sénégal sont le chômage et le sous-emploi, aggravés par des dysfonctionnements structurels tels que l’inadéquation de la formation, le manque d’une politique d’emploi suffisamment coordonnée etc.

    Pour une population de 13.508.715 d’habitants, le Sénégal connait, d’après l’Agence française de développement (Afd), une demande d’environ 100.000 nouveaux demandeurs d’emploi chaque année, ce qui suppose une forte pression pour le marché du travail. A cet effet, partant du postulat que la gestion d’un Etat nécessite la maîtrise du chômage des jeunes, la prise en compte de ce dernier doit être au cœur des préoccupations des autorités. Ainsi, pour faire face à ce fléau qui pénalise la bonne marche d’un Etat, il est nécessaire de mettre en place des propositions concrètes dans ce domaine. Et le contrat de professionnalisation peut être la solution pour lutter contre cette bombe sociale.

    Le contrat de professionnalisation

    Établissant un contrat entre un employeur et un salarié, son objectif est l’insertion ou le retour à l’emploi des jeunes par l’acquisition d’une qualification professionnelle (diplôme, titre, certificat de qualification professionnelle) etc. Mieux, le contrat alterne des périodes d’enseignement général, technologique et professionnel et des périodes de travail en entreprise dans une activité en rapport avec la qualification visée.

    Ciblant les jeunes âgés entre 18 et 35 ans, ce type de contrat est le plus souvent à durée déterminée pour une période comprise entre 6 ou 12 mois. Cette période peut être portée à 24 mois pour les personnes sans aucune qualification ou possédant un handicap. Toutefois, à l’issue du Contrat à durée déterminée (Cdd), le salarié ne peut bénéficier d’aucune indemnité de fin de mission. Alors que, s’il s’agit d’un Contrat à durée déterminée (Cdd), la première phase du s’effectue en alternance.

    A lire également  Terrorisme : Dakar abrite un symposium sur la question, jeudi

    S’agissant de la rémunération, elle varie selon l’âge du bénéficiaire et son niveau de formation initial, compte non tenu du fait que l’entreprise supporte les frais de scolarité de l’apprenant. Concernant le temps de travail du salarié en contrat de professionnalisation, il est identique à celui des autres salariés de l’entreprise et inclut la période de formation. De même, l’action de professionnalisation (action de professionnalisation et périodes de travail en entreprise) est située au début du contrat à durée indéterminée. Par contre, dans le cas d’un contrat à durée déterminée, elle occupe toute la durée du contrat.

    Quid des enseignements généraux, professionnels et technologiques ? Ils sont dispensés par un organisme de formation (écoles de commerce, instituts, centres de formation…) ou par l’entreprise elle-même si elle dispose d’un centre de formation interne doté de moyens distincts de ceux des services de production. Parallèlement, l’employeur désigne un tuteur qui confirme et justifie d’une expérience professionnelle avérée d’au moins 2 ans en rapport avec la qualification visée.

    A lire également  Dakar toujours sous l'emprise des ordures

    Les aides à l’embauche pour l’employeur

     

    Les employeurs de salariés en contrat de professionnalisation bénéficieront d’un certain nombre d’aides financières : Exonération des charges patronales sur les bas salaires ; ides supplémentaires en cas d’embauche d’un travailleur handicapé.

    Des avantages pour le salarié

    Une qualification reconnue en situation de travail en étant rémunéré et quel que soit le niveau de formation initial, une offre de formation adaptée à son niveau et à ses besoins et un accompagnement par un tuteur ce qui facilite l’insertion dans l’entreprise.

    In fine, le contrat de professionnalisation permet aux étudiants de se familiariser avec le milieu de l’entreprise. Et des entreprises privées et publiques tels que la Sonatel, Expresso, Tigo, la Sde, le Port, l’Artp, entre autres, peuvent, dans le cadre d’un partenariat avec l’Etat, dont les instruments mis en place pour résorber le chômage des jeunes se sont avérées inefficaces, expérimenter ce type de contrat.

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles