Quelles réformes pour relancer une économie en panne ?

Macky-AmadouDe la Direction générale des Impôts et Domaines (Dgid) au ministère de l’Économie et des Finances, Amadou Bâ s’est révélé comme un grand connaisseur de la comptabilité publique. En atteste la réussite du Groupe consultatif de Paris qui a permis au Sénégal de bénéficier de promesses de financements colossales pour le financement du Plan Sénégal émergent (Pse). Toutefois, la gestion de la comptabilité publique diffère de l’économie pure et dure, surtout de la macro-économie des États comme le nôtre qui nécessite de profondeurs réformes pour accroitre la compétitivité. D’où l’idée agitée par de brillants économistes de scinder le ministère de l’Économie et des Finances en deux départements. A savoir : un département des Comptes publics, incluant toujours le ministère du Budget, et un département essentiellement dédié à l’Economie dont la principale mission sera d’identifié les obstacles à la compétitivité de notre économie et de préconiser des réformes.

Ainsi, le Sénégal va s’inspirer dans la France, l’ancienne puissance coloniale, où Michel Sapin gère le département des Finances et des Comptes publics. Sous sa tutelle, Christian Ecker occupe les fonctions de Secrétaire d’Etat, Chargé du Budget. Alors qu’Emmanuel Macron trône à la tête du département de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Il est assisté dans sa mission, dont la principale porte sur les réformes, par deux Secrétaires d’Etat.

Commentaires

commentaires