More

    QUESTION SUR LE 3e MANDAT – LA COLÈRE DE OUATTARA : « ÇA SUFFIT COMME ÇA ! »

     Ciel gris, quelques fines gouttelettes de pluie qui en tombent, Abidjan a sorti son costume classique pour le jour le plus long en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui se joue une partie importante de sa destinée. Nous sommes dans un quartier résidentiel de la commune de Cocody.

    C’est ici, au lycée Sainte Marie, que le président sortant Alassane Ouattara a voté, vers 11 heures. Avant son arrivée, c’est très tôt le matin que le centre a été ceinturé par un imposant dispositif sécuritaire. Brigade spéciale, Renseignements généraux, sécurité présidentielle, c’est la grosse artillerie qui est de sortie dans cet établissement scolaire grand standing. Pelouse taillée de près, parking géré avec minutie, aucun détail n’est laissé au hasard et il faut montrer patte blanche pour y avoir accès.

    M. Paul Ndri est un des privilégiés. Sa carte d’électeur lui aura suffi à accéder aux lieux et, pendant que les observateurs de la CEDEAO et de l’UA se télescopent, il a l’honneur d’être le tout premier électeur à avoir plongé une enveloppe dans l’urne du bureau de vote numéro 6. Celui là même du candidat à sa succession, Alassane Ouattara. « Je suis fier d’avoir fait mon devoir. J’ai le sentiment d’avoir accompli mon devoir et je ne me permettrai pas de juger un autre sur ses choix. Tant que chacun fait ce qu’il fait sur la base de ses convictions et de son amour pour le pays, ça me va », déclare-t-il à sa sortie du bureau, sans chercher à masquer à sa fierté.

    Quand ADO est venu, accompagné de son épouse et de son cercle restreint, il a multiplié les salutations, laissé deviner son sourire sous le masque et respecté les différentes étapes du vote, devant une forêt de caméras de la presse nationale et étrangère, venue couvrir l’événement du 31 octobre 2020. À sa sortie, contrairement au citoyen Ndri, Ouattara s’est montré très offensif.

    D’abord à l’endroit des opposants qui ont appelé au boycott et à la désobéissance civile. « Je vois beaucoup de monde ici et j’ai eu un compte rendu du ministère de l’administration du territoire il y a une demi-heure, pour me dire qu’à part quelques endroits isolés, disons une dizaine, le vote se déroule bien et les Ivoiriens sont sortis nombreux pour voter. Je suis certain que nous tenons à respecter la Constitution, qui dit que l’élection présidentielle doit avoir lieu le 4e samedi du mois d’octobre de la 5e année du mandat du président de la République », note-t-il dans une envolée aux allures de cours de Droit constitutionnel. Puis, il fait la leçon à ses opposants. « C’est un jour important pour la démocratie, qui ne peut pas souffrir de changement de textes par rapport à l’évolution de la situation… » lancera le candidat à un troisième mandat, dans une diatribe à l’endroit de ses contempteurs qu’il accuse d’être coupable des morts qu’il y a eu pendant la campagne électorale : « J’en appelle à ceux qui ont lancé ses mots d’ordre de désobéissance civile, qui ont conduit à des morts d’homme, qu’ils arrêtent, parce que la Côte d’Ivoire a besoin de paix. »

    A lire également  France: la justice ordonne un procès contre Dieudonné pour dissimulation de son patrimoine
    A lire également  Rapport 2014 de la Cour des comptes : Quand la Caisse des Dépôts et Consignations double les primes...

    Mais, c’est à l’endroit des journalistes européens que Ouattara s’est montré encore plus offensif. À une question sur la légitimité de sa candidature à un troisième mandat consécutif, le président ivoirien s’est littéralement déchainé : « En France, vous aviez combien de mandats avant que Sarkozy ne change la constitution ? Aux Etats-Unis, avant que Roosevelt ne change la constitution, ul y a combien de mandats ? En Chine, il n’y a pas de limitations. En France il n’y en avait pas jusqu’il y a 20 ans. En Allemagne Madame Merkel est en train de faire son 4e mandat. Pourquoi vous n’en faites pas un problème ? En Italie, c’est la même chose. Et puis vous devez arrêter d’imposer des normes de l’Occident aux Africains. Nous sommes suffisamment rameurs pour gérer nos pays. C’est au nom de la stabilité que j’ai accepté de faire ce mandat auquel j’avais renoncé. Je crois que ça suffit comme ça ! », s’est-il emporté, avant de s’engouffrer dans sa rutilante Mercedes Maybach

    Articles récents

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Entretien explosif avec un ex-pensionnaire des centres de redressement de Kara

    Il se nomme Moustapha Mbaye, un ex-pensionnaire des centres de redressement de Serigne Modou Kara Noreyni. Âgé seulement de 25 ans, ce...

    BRT : LES IMPACTÉS REÇOIVENT PLUS DE 4 MILLIARDS F CFA

    Les personnes affectées par le projet (PAP) Bus rapid transit (BRT) ont reçu plus de quatre milliards F CFA, en guise d’indemnisation....

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles