More

    Rappel à Dieu de Serigne Cheikh Khady Mbacké : L’extinction d’un sceau de la sainteté

    serigne-cheikh-khadiWWW.DAKAR7.COM Serigne Cheikh Khady Mbacké, affectueusement appelé Baye Cheikh, s’est éteint ce mercredi 06 Janvier 2016 à Darou Mouhty, deuxième bastion du Mouridisme. Khalife de Mame Thierno Birahim Mbacké, Ndamal Darou, dont il est le fils, le Saint-homme connu pour sa frugalité, laisse un grand vide en raison de ce qu’il fit et ce qu’il fut auprès des disciples.

    Il a vécu quatre-vingt-treize (93) ans. D’autres disent plus. Mais il a eu la chance d’avoir bénéficié de la bénédiction directe de Khadimoul Rassoul et de celle de son illustre père auquel il fut profondément lié comme un lierre dans son attachement. Ce dernier, Mame Thierno Birahim Mbacké, petit-frère, ami et confident de Cheikh Ahmadou Bamba, est une icône de la confrérie mouride qui assura l’intendance de la Voie lors de l’exil de celui-ci au Gabon. Baye Cheikh porte d’ailleurs son nom, Cheikh Ahmadou, et faisait partie des patriarches témoins de plusieurs faits et actes épiques dans la lutte contre les forces du mal et les assauts du colonialisme.

    Sa mère, la vénérée Sokhna Khady Diouf, fut une épouse modèle inextricable aux vertus islamiques, aux valeurs de l’enseignement de Khadimoul Rassoul et aux principes moraux de Mame Thierno Birahim Mbacké. Mais la particularité du défunt saint-homme fut son aversion pour les biens et les jouissances terrestres. Pendant plus d’une décennie, il a été l’autorité morale et religieuse de Darou Mouhty en demeurant sobre dans son retranchement spirituel, loin des bâtisses et des mondanités.

    Il était plus présent à Yarri Dakhar, un petit village effacé situé à des lieues de Darou Mouhty, où il se retirait permanemment, consacrant sa vie à la prière, à la dévotion, à la lecture du Coran et des écrits de Cheikh Ahmadou Bamba. Il est le fondateur de ce village, Yarri Dakhar, déformation de Niari Dakhar, signifiant les deux tamariniers parce que seuls ces deux arbres servaient de repère pour identifier son emplacement dans cet espace de végétaux et d’essieux où seul Allah est l’unique et éternel compagnon.

    A lire également  Facture téléphonique de l'Etat: Macky Sall impose l'austérité

    Pourtant Baye Cheikh est un bâtisseur. Il a fait agrandir la mosquée de Darou Mouhty avec plus de trois milliards tout en demeurant enfermé dans son village où il vivait dans une case de fortune, loin des aisances matérielles. Il fut, en fait, un saint-homme dédaigneux de toute richesse et de tout apparat, ne se sentant à l’aise que dans sa case ou sur sa natte de prière qu’il ne quittait point. Il fut très rare de le voir dans une cérémonie officielle, préférant déléguer ses frères et neveux au nom de qui s’exprimait Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khoudoss, son porte-parole.

    A lire également  Après Mame Mbaye Niang, "Prodac": Gorgui Ndongue épinglé par l'ARMP

    Baye Cheikh entretenait des relations étroites avec les Cheikhs et autorités religieuses de la communauté mouride, n’hésitant jamais à envoyer un émissaire s’enquérir d’eux. Généreux et d’un humanisme désintéressé, ouvert et passionné de connaissances mystiques, il fut de ces soufis qui ne possèdent rien et ne sont possédés par rien si ce n’est Allah et le Coran.

    Dans son enseignement, chaque créature était considérée comme un signe de la grandeur divine. Tout, chez lui, relevait de la théophanie. Aimé, adulé et sollicité pour ses prières, son immense sagesse et sa dimension mystique, il fut un guide religieux d’une profonde et vaste spiritualité. Un sceau de sainteté vient ainsi de s’éteindre. C’est ce mercredi 06 janvier 2016. Le soleil se levait et son âme extatique se pâmait au giron d’Allah. Que son œuvre soit éternelle et que la Grâce divine illumine son demeure céleste. C’est la prière que formulent, dans un solidaire, les disciples endeuillés.

    Pape Sarr (www.dakar7.com)

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles