Rapport public de l’Ige pour 2015 : La Suneor, la Sspp, l’Anrac, l’Adie, l’Aspit, l’Anida etc. épinglées

Macky & Ve¦ürificateurDans son rapport présenté, hier, au Chef de l’Etat, l’Inspection générale d’Etat, a épinglé nombre de structures dont la Suneor, la Sspp, l’Anrac, l’Adie, l’Aspit et l’Anida, entre autres.  Pour sa part, le Président Macky Sall a assuré que des correctifs seront apportés à ces manquements.

«Pour ce qui est de la gouvernance économique et financière, les exemples concrets se réfèrent à la privatisation de la Société nationale de commerce des oléagineux du Sénégal (Sonacos), à la réalisation du projet cœur de ville de Kaolack et à la gestion de la société sénégalaise de presse et de publicité (Sspp) – Le Soleil – et de diverses agences d’exécution», a révélé, hier, le Vérificateur général présentant le rapport de l’Ige au Président Macky Sall. Pour François Collin, la liste est loin d’être exhaustive car «l’Office national de la relance des activités socio-économique Casamance (Onrac), l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie), l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (Aspit) et l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida)» ont fait entorse aux textes.

Des manquements qui portent «sur l’absence pernicieuse de contrôle, la conclusion par l’Etat de convention et de contrat parfois inéquitable, la récurrence d’irrégularité au plan de la gestion comptable et financière ainsi que la non application des règles de passation des marchés publics». Pour corriger ces failles, M. Collin pense qu’il s’avère capitale, pour l’avenir, que des mesures urgentes soient prises dans le sens des recommandations formulées en vue de remédier aux dysfonctionnements relevés. Notamment «la gestion des archives dans les organismes publics et en particulier de la conservation des documents financiers et comptables». Car, souligne-t-il, «la mauvaise tenue des archives et leur destruction peuvent être sources de distraction de ressources financières de l’Etat et de perte pour la nation un important patrimoine matériel comme immatériel».

Quant au Chef de l’Etat, il a assuré que «ce rapport fera l’objet d’un examen attentif de sa part pour en déduire toute les mesures idoines». Ainsi, Macky Sall a exhorté le Premier ministre et les membres du gouvernement à en faire autant «en prenant toutes les diligences de leur ressort pour remédier, le cas échéant, aux pratiques de gestions déficientes qui sont relevées». Car, rappelle-t-il, «c’est pour moi une exigence de première ordre. Je ne souhaite pas que les anomalies, même commises de bonne foi, se répètent. Et vous savez combien me tiennent les principes de bonne gouvernance pour l’amélioration de notre performance.

 

Commentaires

commentaires