More

    RDC: Démission du Premier ministre dans le cadre de l’accord politique

    La République démocratique du Congo n’a plus de Premier ministre et de gouvernement après la démission annoncée ce lundi matin d’Augustin Matata Ponyo. Un départ attendu et qui est donc désormais officiel.

    Augustin Matata Ponyo a été reçu tôt ce lundi matin à la présidence afin de remettre au chef de l’Etat, Joseph Kabila, sa démission : « Je viens d’avoir une séance de travail avec son Excellence M. le président de la République, à sa demande, et au cours de cette séance de travail, j’ai pu déposer ma démission de Premier ministre ainsi que celle de mon gouvernement. Le dépôt de cette démission est pour répondre à l’esprit et à la lettre de l’accord global issu du dialogue initié par son Excellence M. le président de la République. Cet accord global   recommandait la formation d’un gouvernement d’union nationale, et cela va logiquement avec la démission du gouvernement existant que j’ai eu la charge de diriger depuis 4-5 ans. »

    Il est temps de mettre en œuvre cet accord politique.

    Et ce lundi, le Premier ministre n’est pas le seul à avoir été reçu à la présidence. Le bureau politique de la majorité présidentielle était là au grand complet. C’est son secrétaire général Aubin Minaku qui s’est exprimé à la sortie : « Il est temps d’appliquer l’accord pour éviter que le sang ne coule », a-t-il dit.

    Le président de l’Assemblée nationale a aussi annoncé que le chef de l’Etat s’exprimerait mardi devant le Congrès, qui réunit les deux chambres du Parlement, lors d’un discours à la nation. Enfin, il a donné une dernière information, à savoir que le président Kabila leur a conseillé de travailler en bonne intelligence avec les autres composantes du dialogue, l’opposition et la société civile qui y étaient représentées. Aubin Minaku a également confirmé que la majorité parlementaire soutiendrait le Premier ministre issu des rangs de l’opposition et que cela permettrait ainsi de ne pas violer, selon lui, la disposition de la Constitution qui prévoit que le Premier ministre est issu de la majorité.

    A lire également  Revue de presse de ce mardi 11 avril 2017 avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
    A lire également  L'Internet Research Agency : cette usine à "trolls" russe dans le collimateur de Facebook

    La délégation de l’opposition au dialogue a ensuite été reçue par le chef de l’Etat. Aucun visage particulièrement réjoui à l’issue de la rencontre qui pourrait décider de l’identité du futur Premier ministre. Vital Kamerhe, l’un des premiers ministrables, s’est exprimé au nom de la délégation : «Le président de la République nous a invité aujourd’hui pour nous annoncer officiellement le début de l’application de l’accord avec la démission du Premier ministre, la nomination du nouveau Premier ministre, la formation du nouveau gouvernement et la mise en place du comité de suivi. En ce qui nous concerne, nous avons pris acte que l’accord sera appliqué à partir d’aujourd’hui ». Mais le chef de l’Etat leur aurait également dit que l’accord resterait ouvert à ceux qui refusent encore de le signer, le Rassemblement et le MLC.

    La société civile, l’ex-facilitateur Edem Kodjo et les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui poursuivent leurs consultations, doivent également être reçus à la présidence.

    RFI.FR

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles