More

    RDC: Fin du mandat de Kabila, la contestation s’essouffle

    En RDC, même si à Kinshasa, Lubumbashi ou Goma, il y a encore eu des violences ou des vagues d’interpellations, le mouvement de contestation s’essouffle. A l’origine de ce mouvement de protestation, le maintien de pouvoir de Joseph Kabila après la fin de son deuxième et dernier mandat. Des négociations sont en cours entre le pouvoir et l’opposition sous l’égide de l’Eglise catholique. Elle ne cache pas sa crainte de voir la situation de devenir incontrôlable et pourtant, comme les autorités s’en félicitent, l’explosion de violences annoncées n’a pas eu lieu.

    Pas d’apocalypse ni d’hécatombe, c’est ce que soulignent les autorités. Plus encore, le caractère localisé de cette vague de protestation. L’un des conseillers du président assurait que cela prouvait sans équivoque le soutien de la population au président Joseph Kabila. Mais la plupart des grandes villes du pays sont toujours quadrillées.

    L’armée prête main-forte à la police pour empêcher tout rassemblement, comme à Goma où une vingtaine de militants d’un mouvement citoyen ont été arrêtés alors qu’ils venaient à peine d’entamer un sit-in de protestation. Toute manifestation politique est interdite, ceux qui tentent ces actions sont déclarés hors-la-loi.

    A lire également  RDC : Un policier condamné à perpétuité

    Au moins 22 morts

    Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme s’est régulièrement inquiété ces deux dernières années de la restriction de l’espace politique. Pour la majorité, cela prouve surtout le rejet par la population de l’opposition qui ne saurait pas représenter une réelle alternative. Le nouveau Premier ministre issu des rangs de l’opposition a parlé de l’espoir créé par l’annonce de la nomination d’un gouvernement d’union nationale.

    Pour les forces de sécurité, c’est la preuve de leur professionnalisme. C’est ce que le porte-parole de la police a encore dit hier au cours d’une conférence de presse. Le bilan officiel fait état de 22 morts et de 275 personnes arrêtées. Un bilan encore provisoire. Dans les quartiers contestataires de Kinshasa, les habitants parlaient – eux – de la- de la peur de mourir, de la nécessité de manger et de l’espoir créé par les négociations qui se poursuivent sous l’égide de l’Eglise catholique.

    RFi

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020 
    A lire également  France : Le présumé meurtrier de Lamine Senghor arrêté à Rouen
    Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles