Recrudescence de la criminalité :JAMRA et DARUL KHURANN réclament un référendum sur le rétablissement de la peine capitale


A l’occasion de la Présidentielle américaine du 08 novembre 2016 (Trump/Clinton),
trois Etats avaient saisi l’occasion pour organiser des consultations, afin de
permettre à leurs administrés de se prononcer démocratiquement sur l’opportunité du
rétablissement de la peine capitale. Précédemment abolie, sous la pression constante
des droits-de-l’hommistes, les viols suivis d’homicides, l’assassinat de mineurs
victimes de pédophiles, les meurtres de personnes âgées avaient atteint des
proportions telles que les exécutifs locaux durent se résoudre à retourner la parole à
l’électorat. Au terme de référendums locaux, couplés à la Présidentielle, l’Etat du
Nebraska, qui était «abolitionniste» il y avait juste un an, dû rétablir la sanction
suprême avec 61% de «Oui». Suivi de près par les Etats de Californie et d’Oklahoma.
C’était une banalité, avant l’avènement de l’Islam, que les membres d’une tribu, dont l’un
des leurs était victime d’un assassinat, s’en prennent sans discernement aux proches
parents de l’assassin. Il en résultait une vendetta effroyable, qui se soldait souvent par des
dizaines de morts, alors qu’il n’y avait qu’un seul fautif : l’assassin. La Loi du Talion est alors
venue préconiser une rectification de ce déséquilibre en appliquant une sanction strictement
limitée au seul auteur du crime. Le «Fiqh» (droit islamique), à travers ses légitimes
dépositaires que sont les «Oulamaou-tafsir» (exégètes), toutes jurisprudences confondues
(Anafit, Chafit, Anbalit et Malikit), est donc formel : la Loi du Talion a pour vocation de
constituer un préventif contre les représailles disproportionnées et de prévenir toute
escalade de la violence dans la société. En ce qu’elle dissuade surtout les familles éplorées
de céder à la tentation de vouloir se faire justice elles-mêmes. Au demeurant, la notion de
«légitime défense», prônée par le droit positif moderne, procède du même esprit, en
exigeant que toute riposte ne soit pas disproportionnée par rapport au préjudice subi.
A ce titre, la loi du talion se définit comme un facteur d’équilibre social. En effet, le Tout-
Puissant, tout en réaffirmant la sacralité de la vie humaine, reste Intraitable contre ceux qui
n’ont aucun respect pour la vie humaine ! Le Créateur s’en explique amplement dans
«Sôtatul Bakhara», verset 179 : «C’est dans la Loi du Talion que vous aurez la préservation
de la vie, ô vous doués d’intelligence, ainsi atteindrez-vous la piété». Et Allah de prévenir
que même si les proches de la victime acceptent le «diyeu», ou «prix du sang», sous forme
de compensation financière, ou consentent tout bonnement à pardonner, cela n’absoudra
pas pour autant le tueur, dont le Seigneur affirme que Son courroux le poursuivra à jamais,
pour avoir délibérément ôté une vie innocente, et que l’enfer sera sa demeure éternelle!
Sauf…, ajoute-t-Il, s’il est appliqué au tueur la Loi du Talion, seule à même de lui résorber,
ici-bas, ce péché mortel, et de lui épargner ainsi la Géhenne, dans l’Au-delà.
Des droits-de-l’hommistes, qui prétendent dénoncer une «instrumentalisation de la Charia»,
ont fait dire au Coran ceci : «Quiconque tue un seul être humain c’est comme s’il a tué toute
l’humanité». Ce verset existe, effectivement. C’est la Sourate 5, Al-Maidah, La Table servie,
v32. Mais pas comme il a été présenté. On y a tronqué un passage important. Allah dit
exactement ceci : «Quiconque tue un seul être humain, NON CONVAINCU DE MEURTRE

Commentaires

commentaires