Référendum : La campagne électorale biaisée par la disproportion des moyens des partisans du Non et du Oui

David contre Goliath. Tel semble être le combat entre le camp du Non et celui du Oui au référendum du 20 mars prochain. En effet, si les partisan du Oui ont déployé une terrible armada de guerre, eu égard à leur position de tenant du pouvoir, ceux du Non font avec les moyens du bord. Et, pour s’en convaincre, il suffit de faire le tour de la Dakar où des affiches appelant les électeurs à voter Oui sont placardées sur les panneaux publicitaires et les poteaux électriques. Une publicité démesurée qui coute cher, trop cher même. Idem sur les plateaux de télévision où les partisans du Non sont quasi-absents d’autant que ces médiums leur demande de passer à la caisse alors que les opposants ne voient même pas les deux bouts pour tirer. Et ce, à la décharge de ces télévisions publiques qui n’ont bénéficié d’aucun appui de la part de l’Etat pour assurer une couverture médiatique équilibrée de la campagne électorale. Le même constat est fait dans les différents journaux en ligne où les responsables de l’Apr, trônant à des postes stratégiques, paient des pub pour appeler à voter Oui. Egalement, des sources de dakar7.com informent que plus de 100 mille tee-shirts ont été confectionnés par les partisans du Oui dont le leader sillonne le pays sans bourse déliée. D’autant, qu’en sa qualité de Président, il utilise, sans gêne, les moyens de l’Etat, donc du contribuable sénégalais.

En face, les partisans du Non se contentent de caravane pour tenter de convaincre les électeurs à rejeter le projet de référendum du Président Macky Sall. Aussi, usent-ils de médiums très efficaces, à savoir les réseaux sociaux, pour faire triompher le Non. Un procédé qui leur réussi et sur lequel ils ont une longueur d’avance. En effet, il est rare, très rare même, de voir les internautes se prononcer en faveur du Oui pour le référendum. Par conséquent, si le Oui l’emporte au soir du 20 mars prochain, les moyens financiers auront considérablement pesé sur la balance. D’où la nécessité de plafonner les budgets de campagne de toutes les élections afin que les différents protagonistes briguent les suffrages des Sénégalais à chance égale. Mieux, il faudrait faire en sorte que les tenants du pouvoir, qu’ils soient ministres, députés, Dg ou encore Administrateurs, puissent ne pas utiliser honteusement les moyens de l’Etat pour le maintien de leur leader au pouvoir. Un point essentiel non pris en compte par le référendum du 20 mars prochain.

WWW.DAKAR7.COM

 

Comments are closed.