More

    Réforme constitutionnelle et méformes politiques

    indexTanor, Porte-parole du Président

    Ousmane Tanor Dieng avec un empressement à la limite puéril, défend la position du Conseil constitutionnel et bat campagne pour un OUI massif.. Ses sorties répétées dans les medias agacent plus d’un et indisposent ses militants qui découvrent, en même temps que le commun des Sénégalais, la position de leur parti. Celle-ci étant par ailleurs égale à la position du SG. Mais qu’est ce qui fait courir OTD au point de porter le fardeau de la « méforme » constitutionnelle ?

    Récemment, dans une célèbre émission de radio, le leader des Verts avait affirmé que son parti respectera la position du Conseil constitutionnel pour ne pas fragiliser l’Institution. Posture républicaine pourrait-on dire. Seulement, on peut rappeler qu’en 2007, l’opposant et candidat Ousmane Tanor Dieng avait rejeté et réfuté les résultats électoraux proclamés par le Conseil constitutionnel. La conséquence sera le boycott des Législatives de la même année. En 2012, lors de la très controversée candidature de Wade, la coalition de Tanor avec toute l’Opposition et la Société civile avaient farouchement rejeté la décision du Conseil validant la candidature de Wade. Posture d’opposant peut être. Mais la vérité est que le Conseil n’a pas changé. Il a les mêmes textes, les mêmes règles de fonctionnement. Les hommes ont certes changé mais l’Institution demeure.

    En défendant bec et ongles la position du Président de la république, Tanor Dieng rappelle qu’il ne peut être que second, c’est-à-dire au service de…Après avoir servi Diouf, le voilà aux ordres de Macky. « Les hommes passent, les institutions demeurent » dit l’adage. « Le Conseil décide, Tanor change » serait-on tenté de dire. Ou simplement, les Présidents passent, Tanor reste dans l’impasse. Tragique destin !

    A lire également  En garde à vue: L'homme qui s'était jeté sur les pieds de Macky Sall finalement libéré

    Autre méforme : la position du PDS

    Les militants et responsables libéraux ont choisi délibérément ou simplement par coïncidence de faire profil bas après le discours du Président. Ils digèrent mal leur position d’alors consistant à respecter et à demander le respect des décisions et avis du Conseil constitutionnel. Leur mutisme traduit l’inconfort dans lequel ils se retrouvent coincés entre le marteau du reniement et l’enclume de l’incompréhension. La candidature de Wade avait entrainé le pays dans une relative instabilité avec son lot de mort, d’arrestations et de brimades. Ils se retrouvent alors groggy et timorés. Personne ne pourra comprendre cinq ans après Wade, ils remettent en cause le wakh wakhete après avoir été les teigneux défenseurs de leur mentor. Ils payent aujourd’hui leur absence de liberté. Comme quoi, en politique, il faut se fier à ses convictions plutôt qu’aux nauséeuses combinaisons.

    Macky et le risque 60

    En décidant de soumettre le projet de révision au référendum, le Président Sall a pris un énorme risque. La réforme vidée de sa substance a perdu de sa saveur. A vrai dire, la réduction rétroactive du mandat intéresse plus les citoyens. Il faut dès lors craindre une forte abstention d’autant plus que les partis politiques vont peiner à faire respecter leur mot d’ordre. Les électeurs voteront selon leur conviction ou choisiront peut être de rester simplement chez eux. Un référendum avec un taux de participation de moins de 60% et un OUI à moins de 60% sonneraient le glas du régime de l’Apr. Ce sera à coup sûr le début de la descente aux enfers. Prélude d’une chute fatale pour le Président bien élu. Risque 60.

    A lire également  Bolel (Linguère): 6 personnes meurent dans un accident

    MINIELLE

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles