More

    (Reportage) « Keur Serigne bi »: Dans l’univers d’une zone de non droit.

    L’endroit est devenu presque un mythe. Keur Serigne Bi », situé en plein coeur de Dakar, résiste au temps malgré les menaces de fermeture dont il a plusieurs fois fait l’objet. Connu pour son commerce illicite de médicaments, « Keur serigne bi » renvoie à une zone de nom droit  où tout est permis. Ici, on y vend toute sorte de médicaments sans la moindre ordonnance. Une pratique qui pose véritablement un problème de santé public. Mais le cas Keur Serigne Bi » soulève plusieurs questions: D’où proviennent ces médicaments? Comment ces médicaments parviennent-ils à échapper à la vigilance des douaniers? Vend-on des armes à feu dans cette maison? Pourquoi les autorités n’osent pas fermer les lieux ? Qui contrôle ce business?

     Dakar7.com a tenté de briser le mystère qui entoure ce business florissant.

    Reportage

    En cette matinée de jeudi où le soleil est encore chaud, ça bouge au marché Pétersen. Des allés et retours captent notre attention. A quelques mètres de là, se trouve  «Keur Serigne-bi», la célèbre maison où le commerce médicaments est pratiqué de manière illicite. En toute impunité. Le lieu est animé. A l’entrée des lieux, des étals sur lesquels sont exposés des médicaments et autres produits sceptiques, obstruent le passage. Difficile de se frayer un chemin. Les passants sont interpellés par des badauds dès  le premier regard. « Vous allez à Keur Serigne Bi »? demande quelqu’un. « Vous voulez des médicaments? « , harcèle un autre. Il s’agit en réalité des personnes servant d’intermédiaires entre le client et les gros commerçants de médicaments qu’on ne voient presque jamais. Ils ont un pourcentage dans chaque produit vendu. Mais, le véritable business se déroule à l’intérieur de cette  « pharmacie » pas comme les autres.  Ici, n’y entre qui veut. L’accès des visiteurs est très limité. Le système est très organisé, malgré les apparences.

    Pour percer le mystère, Dakar7 s’est fait passer pour un client. A notre grande surprise, un jeune homme d’une quarantaine d’années, vêtu d’un jeans bleu bic et d’une chemise blanche avec des rayures noires, nous demande de le suivre dans un coin de cette maison digne d’un labyrinthe. La porte franchie, nous observons la présence d’une femme qui vend du petit déjeuner. Quelques clients sont assis sur des bancs. D’autres sont debout et discutent. Tantôt, ils nous jettent un regard méfiant. Le jeune intermédiaire nous soufflent discrètement dans les oreilles. « Vous voulez quel  médicament? ».  « Cicatryl », lui-a-ton répondu, pour ne pas être soupçonné. Tel un pharmacien professionnel, il nous relance.  » Il s’agit  d’un comprimé? D’une pommade ou encore un sirop ». « Une pommade », rétorque-t-on. Il sort pour chercher le médicament chez ses autres camarades. Après 15 minutes d’attente dans cet endroit envahi d’odeur de cigarette, il revient. Visiblement découragé, il nous annonce que le médicament est en rupture de stock. Toutefois, il informe que la commande sera très bientôt passée. Du bluff!

    A lire également  Urgent- Dagana: une collision entre une ambulance et une Citroën fait 3 morts.

    « Ici, nous vendons du tout »

    A peine sortie de Keur Serigne Bi, Cheikh (Nom d’emprunt), un autre intermédiaire, la trentaine sonnée, se lance à notre trousse. Arrivé à notre hauteur, il nous interpelle avec la même la rengaine. « Vous voulez quel médicament? « , nous demande-t-il. Jouant le jeu, nous lui indiquons le même nom(Cicatryl), tout en sachant qu’il ne va pas le trouver. Tenant coûte que coûte à nous servir, il revient à la charge. « C’est seulement ce médicament que vous voulez? », demande-t-il. « Avez-vous autres choses à me proposer », lui dit-on. « C’est à vous de me dire ce que vous voulez? Parce qu’ici, nous vendons du tout », révèle-il. Le mot est donc lâché.  Inconsciemment, il subodore que qu’on peut même y trouver des armes à feu Keur Serigne bi. Mais le pari est risqué pour lui face à une inconnue.

    A force de vouloir lui tirer les vers du nez, Cheikh se montre très méfiant. « Oui, nous vendons des médicaments mais aussi nous avons des produits cosmétiques et diététiques. Tout ce que vous voulez en tout cas. Je m’en limite là ». Une réponse qui a son pesant d’or.

    Mais une source, qui connait bien les lieux ont confirmé ce que nous cherchions à savoir. D’un ton goguenard, notre interlocuteur dit:  « A Keur Serigne Bi, on y vend tu tout sauf un être humain; on y trouve des armes à feu artisanales comme automatiques ».

    Le « deal » avec les pharmacies.

    Mais pour ne pas réveiller le soupçon de Cheikh, nous avons changé de sujet qui le rassure. Nous avons abordé la qualité des médicaments vendus à Keur Serigne Bi.  « Nos produits sont de bonnes qualités. » Pour mieux nous convaincre, il propose de nous conduire à la pharmacie du coin et de nous fournir  la preuve.  « Nous avons notre pourcentage la-bas. C’est un deal entre nous », révèle cet intermédiaire.

    Cette révélation semble confirmer ce que beaucoup pensaient tout bas: une complicité entre certains pharmaciens et les commerçants. Avec ces cambriolages fréquents dans les pharmacies, ces temps-ci, tout doute est permis.

    Aida kane. Dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles