More

    Reportage – Périmètres maraichers de la zone des Niayes : le dur quotidien des saisonniers

    Les saisonniers engagés dans les cuvettes maraîchères de la zone des Niayes travaillent dans des conditions extrêmement difficiles. Se réveillant en pleine nuit, vers 3H du matin,  ils ne se reposent qu’au crépuscule. Faisant fi de la rigueur du froid, ils sont interdits de port de chaussures. L’Obs s’est intéressé à leur dur quotidien. 

     

    arton11062 (1)Souleymane Diagne sue à grosses gouttes. Pieds nus, ce natif du quartier Pikine de Saint-Louis marche difficilement. Il tient solidement entre ses bras, deux seaux remplis d’eau, qu’il verse sur un plant d’oignons. Après cet exercice, il retourne sur ses pas et se dirige vers un bassin dans lequel il jette adroitement les deux récipients. A l’aide d’une corde, il manœuvre et tire à nouveau les deux seaux contenant le liquide précieux. Il repart arroser. Ce bout d’homme, 24 ans seulement, se réveille chaque jour à 3H du matin, fait cette même activité jusqu’à 10H, avant de reprendre à 11H, pour terminer à 13H, le temps de préparer le repas. Souleymane Diagne est à Niayéme, dans les périmètres maraichers de cette localité de la zone des Niayes. Il y travaille comme saisonnier pour le compte d’un exploitant agricole. Tout comme ce Saint-Louisien, plusieurs jeunes, originaires des quatre coins du pays et même de la Sous-région, ont déposé leurs baluchons dans les villages situés dans la zone des Niayes, notamment Potou, Gabar,  Léona, Niayéme,  Mboyène, Sague Sathiel, Gal Damel…  à la recherche de travail.

     

    Travail à la bête de somme

    Trouvé en train d’enlever les mauvaises herbes qui poussent dans ses plants d’oignons, Oumar Ndiaye, natif de Thiar (département de Louga), est conscient du calvaire qu’il vit quotidiennement. «Nous n’avons pas le choix, ce travail est dur, mais il vaut mieux que le vol», dit-il. «Chaque jour, je me réveille à 4 heures pour aller aux champs. A cette heure, il fait très sombre, j’utilise donc une torche pour pouvoir arroser normalement. Je puise de l’eau à partir d’un puits de 6 mètres de profondeur. Je fais la navette jusqu’à 9 heures pour prendre mon petit-déjeuner. Je prends une pause de 20 minutes et généralement je termine à 15 heures. Après le repas, je prends le thé et à 16 heures, je retourne au champ, pour cette fois-ci, enlever les mauvaises herbes. J’y reste jusqu’au crépuscule. Je me repose la nuit», raconte-t-il. Souleymane a trouvé un patron qui a les moyens d’acquérir  une motopompe alimentant les bassins d’eau. Il témoigne : «Certes, je ne puise pas l’eau dans un puits, comme le fait une bonne partie de mes collègues, mais mon travail est tout aussi très pénible. Quand je me réveille à 3 heures du matin, je ne me  repose qu’à 10 heures pour faire du thé. Je dois arroser, chaque jour, plus de 700 plants. C’est moi qui prépare mes deux repas. La journée, je mange du riz au poisson fumé et la nuit, je prends ce même plat, mais sous forme de bouillie (Mbakhal). Je dors dans case aménagée à l’intérieur du champ. Les conditions de travail sont intenables, mais je suis un homme, je ne peux pas me permettre de vadrouiller dans les rues de Saint-Louis, tendre la main, alors que j’ai la force pour travailler», confesse-t-il. Ce travail pénible n’est pas l’apanage des hommes. De jeunes filles sont, elles aussi, employées dans les périmètres maraichers. Fatim Sarr, la vingtaine dépassée, travaille pour le compte d’un exploitant agricole. Rencontrée à Niayéme, elle puisait de l’eau à l’aide de deux seaux, dans un puits d’une profondeur de plus de 08 mètres. Pieds nus, elle passe par de petites allées pour éviter de marcher sur les plants de carottes et d’oignons. Après avoir parcouru quelques mètres, elle s’essouffle et s’arrête un bon moment, avant de renouer avec son supplice. Visage fermé, la jeune fille, est très avare en paroles. «Inutile d’insister, attends le propriétaire du champ. Aucun métier n’est facile», lance-t-elle à la figure.

     

    Gains dérisoires

    Les travailleurs saisonniers qui ont tout abandonné au bercail pour gagner de l’argent dans des conditions de travail parfois inhumaines, gagnent parfois des miettes à la fin de la saison. Car, après la vente de la récolte, le gain est partagé équitablement entre deux parties : le travailleur et son patron. Seulement, avant le partage, toutes les dépenses, à savoir l’achat des semences, des intrants, des pesticides, du gasoil (pour ceux qui ont des motopompes), seront défalquées de la somme générée par la vente totale. Ainsi, ce dernier pourrait se retrouver avec des sommes très dérisoires. Dame Faye, plus connu sous le sobriquet de «Baol-baol», domicilié dans la ville de Diourbel, qui vient de boucler sa 16eannée à Potou, traîne comme un boulet sa campagne de l’année 2014. Telle une machine à remonter le temps, ce marié et père de 4 enfants rappelle : «En 2014, après le partage de la vente, je m’étais retrouvé avec une somme de 30.000 FCfa, alors que j’avais contracté au village une dette de 25.000 Cfa. En entrant dans ma maison à Diourbel, je n’avais que 200 FCfa en poche. C’était très dur, mais les autres années, je gagnais des sommes acceptables. Une fois, je m’étais retrouvé avec une somme de 400.000 FCfa, après  une campagne de 3 à 4 mois.» Soudou Diagne est du même avis. Ce natif de Fatick travaille à Potou depuis 4 ans. Il renseigne : «Ici, le travail est dur et les gains sont aléatoires. Quand malheureusement, mon oignon était en maturation, les prix étaient très bas, c’est pourquoi, je n’avais amassé que 250.000 FCfa.»  Mody Boireau, alias Gambien, confie : «Ici, l’on retrouve toutes les nationalités de la Sous-région. Nous formons une Union africaine en miniature, parce que des Maliens, des Burkinabè, des Guinéens, des Gambiens… sont employés dans les périmètres maraichers.»

    A lire également  Abdoulaye Khouma « déboute » Y en a marre et avertit
    A lire également  Crise dans l’Education nationale : Prendre le taureau par les cornes !

     

    Cohabitation difficile avec les employeurs

    Les relations entre les travailleurs saisonniers et leurs patrons sont parfois conflictuelles. Le différend est souvent lié à des revendications. Dame Faye explique : «L’alimentation  du travailleur est assurée par son employeur. Certains parmi eux, après quelques mois, commencent à diminuer la ration. Cela est généralement source de conflits, car l’employé qui travaille comme un âne doit manger, sinon il meurt. C’est pourquoi, il n’hésite pas à monter sur ses grands chevaux pour exiger une nourriture suffisante. Des problèmes surviennent également à la période de maturation des récoltes. Parfois, l’employeur peut imposer au travailleur de continuer les arrosages, ce qu’il refuse souvent. Un conflit peut aussi éclater à l’heure du partage des gains générés par la vente de la récolte, car les dépenses sont souvent surestimées par le patron qui peut même recourir à une surfacturation». Soudou Diagne renchérit : «Autrefois, certains patrons, à l’heure de la récolte, utilisaient des astuces pour écarter le travailleur. Ils leur tendaient souvent des pièges, en passant par leurs femmes. Mais, avec l’implantation de la Gendarmerie de Potou, des conflits du genre sont maintenant dépassés.» Cependant, d’après des sources judiciaires, à chaque fin de campagne, des dossiers opposant employeur et employé atterrissent souvent à la Gendarmerie. Les pandores, habitués à résoudre des problèmes similaires, appellent souvent les deux parties à une médiation. Les plus délicats seront envoyés au parquet de Louga. L’année passée, une dizaine de dossiers ont été suivis et examinés.

     

    Pourquoi les travailleurs ne portent pas de chaussures

    Les saisonniers qui travaillent dans les champs en pleine nuit et parfois, sous le froid glacial, n’ont pas le droit de porter des chaussures. Ils les enlèvent à l’entrée de la cuvette maraichère. Plusieurs interprétations ont été avancées par les concernés pour expliquer ce fait. «Nous sommes toujours au contact avec l’eau, donc pendant la période du froid, nos pieds sont complètement lacérés. Certains marchent en boitillant, mais personne n’ose porter de chaussures», explique Amadou Bâ du village d’Affé Djolof dans le département de Linguère. En effet, selon certaines sources, l’on interdit aux travailleurs de porter des chaussures pour éviter qu’ils marchent sur les semis ou qu’ils referment les allées par lesquelles ils passent pour arroser les plants.  D’un autre point de vue, les plus superstitieux avancent que «les chaussures charrient souvent des souillures fatales aux plants. Aussi n’est-il pas permis à un travailleur saisonnier de porter des chaussures dans les champs».

     

    Mamadou Bâ, Diameyodi, président de l’Association nationale pour le développement de l’horticulture (Andh) et président de l’association pour le développement de la zone des Niayes : «Les exploitants agricoles veulent s’affranchir des saisonniers»

    «Nous employons ces travailleurs saisonniers malgré nous. Parce qu’ils nous coutent très cher. C’est nous qui leur assurons la nourriture, pendant toute la campagne, sans compter les autres dépenses relatives aux produits phytosanitaires, aux semences et aux intrants. Donc, après le partage, nous nous retrouverons avec  des sommes dérisoires. C’est pourquoi,  nous nous battons pour acquérir du matériel agricole. D’ailleurs, nous sommes très loin dans ce dossier qui préoccupe également le président de la République. Vraiment, nous comptons nous affranchir des travailleurs saisonniers, car si nous avions du matériel comme le goutte-à-goutte ou le tourne quai, une seule personne  pourrait  faire tout le travail.»

    ABDOU MBODJ

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles