More

    Période de froid à Dakar: «Ruux gaïndé», «Règlement de comptes»,«Kaay wouly ma»… , ces encens en vogue

    Lorsque l’on allume de l’encens c’est toute une atmosphère magique qui se crée autour de nous. En effet, ils favorisent la relaxation, la paix de l’âme, le bien-être intérieur. Les températures basses qui sont enregistrées  au Sénégal, comme Dakar, ne font pas que des heureux.  Les célibataires sont en train de payer un lourd tribut à cause du climat et de la fraîcheur, certains vendeurs, comme ceux spécialisés dans la vente d’encens, de bin-bin (ceintures de perles), se frottent les mains. Ce qu’ils  avouent d’ailleurs, en affirmant que leur chiffre d’affaires a connu une hausse. Reportage! 

    A Dakar, c’est l’affaire de bon nombre de commerçants, comme ceux qui sont spécialisés dans la vente d’encens. Communément appelé «Thouraay» en wolof, l’encens est fortement prisé ces  derniers jours à Dakar avec la fraîcheur qui pointe son nez. Un tour au marché de grand Yoff, chez les vendeuses d’encens, en dit long sur l’esprit créatif de la Sénégalaise, quand il est question de séduire son homme. Amy Sylla, une vendeuse d’encens et de perles se prononce: « comme on est célibataire, l’encens est notre arme».

    L’encens, une arme de séduction

     Dans l’intimité d’une chambre à coucher, une silhouette bien coupée de femme, taille de guêpe ou avec des rondeurs là où il faut, c’est selon, toutes lumières éteintes, avec comme seule vision, des perles lumineuses en vert fluo, de l’encens qui dégage…, il faudrait être un Saint dans une autre vie, pour rester impassible. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi à cette période de froid qui sévit depuis un mois à Dakar, fait l’affaire de bon nombre de commerçants  spécialisé dans la vente d’encens. Devant la boutique Bara Sy vendeur  spécialisé à  l’encens  et  parfum chambre,  explique comment les célibataires et femmes mariées raffolent de ses produits. Le « Thiouraay » constitue l’une des denrées les plus prisés par les femmes, mariées comme célibataires, en cette période de fraîcheur. Parmi les Thiouraay, nous pouvons citer, entre autres, «Ruux gaïndé» le kilogramme c’est à  1500f, «45 minutes de silence» 2000f le kilogramme, , «Règlement de comptes» 5000f le kilogramme, «Kaay wouly ma»15000f. «Diël ma ci suuf», «Moss mossaat», «Roffo», «  Nak  simple»  et le «  ngowei saff  »  qui sont les  mieux vendus. On y trouve aussi de poutre arrosé.

    Les vendeurs se réjouissent

     Ainsi, face à cette forte demande, les vendeurs de «  Thiouraay » du marché de Grand Yoff semblent être favorisés par les  circonstances. Tellement la température profite bien à leur commerce, parce que leurs chiffres d’affaires sont largement en hausse. Lassana Sall, vendeur de son état, ne dira pas le contraire. Trouvé dans son commerce, entrain de mélanger des parfums, il  se confie : «Le froid fait notre affaire, les femmes se ruent vers nous pour acheter de l’encens. Parmi les plus vendus, on peut citer «Naak bi», «Sossou kâni», entre autres, indique le jeune commerçant d’encens. Son voisin Fatma, qui ne dément ce que dit Lassana, affirme que les ventes se passent très bien. «En cette période de fraîcheur, parmi les articles les plus vendus figure l’encens. Et Dieu merci, on fait beaucoup de bénéfices, que ce soit les pots ou les sachets ou encore le kilogramme, tout se vend très bien. C’est à 2 500 francs Cfa qu’on vend les 250 grammes. Il y a aussi des pots de 2 000 francs, 1000 francs ou Il y a aussi des pots de 2 000 francs, 1000 francs ou encore des sachets à 500 francs ou 100f pour le « ngowei . Mon souhait est que le froid demeure toujours », prie-t-elle avec un éclat  de rire en se tapant les mains.

    A lire également  Règlement de comptes : 4 collégiennes tabassent et déshabillent leurs victimes avant de poster la vidéo...
    A lire également  Le meurtrier d'A. Ciss aux Hlm 4 déféré au parquet : une semaine avant son crime, Cheikh Fall avait menacé de mort son père

    Comment impressionner son homme dans la maison ?

    Les promenades, sorties ou balades nocturnes entre amoureux ne sont plus à l’ordre du jour depuis que la fraîcheur s’est installée. Cette situation qui, selon des témoignages, n’arrange pas les célibataires, fait l’affaire des mariés, surtout les épouses. Certaines d’entre elles interpellées aux environs de grand Yoff, expliquent les raisons. Fata, jeune dame, la trentaine, est très heureuse de cette situation. Car, depuis que le froid s’est installé, son homme ne sort plus les soirs. «Cela fait deux mois que mon mari ne sort plus à cause de cette fraîcheur. En fait, il sortait auparavant pour aller voir ses amis maintenant avec la fraîcheur, il est toujours à la maison. J’en profite alors pour embaumer la maison d’encens. En plus de cela, je mets des tenues sexy qui le font rêver. Et du coup, il est bloqué à la maison. », confie-t-elle, tout en souriant.  Mère Astou comme l’appellent ses collègues, âgée de 53 ans, vendeuse de l’encens de perle et de pagne depuis 5 ans au marché de grand Yoff, nous expliquent  les types de femmes qui achètent la marchandise. «Les femmes raffolent de petits-pagnes, surtout les épouses des émigrés qui, esseulées pendant des mois, voire des années, ont besoin d’amour. Ces dames-là ne lésinent pas sur les moyens pour s’offrir le matériel nécessaire pour rendre fou leur époux. Les accessoires les plus en vogue sont « Crème glace», «Vibreur», «Lumineuses». » explique-t-elle. Avant d’ajouter: « Mais maintenant le monde a changé ce qui fait que les jeunes filles de 20 ans ne connaissent pas les pagnes ou bien elles pensent que c’est  n’est plus à la mode. Quant aux femmes plus mûres, elles achètent des pagnes en paillette ou le « Djiby drame » qui peut coûter 2000 ou 1500f Cfa ».

    Coumba Babou(stagiaire)

    http://Dakar7.com

     

     

     

     

     

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles