(Reportage) Retrait des cartes d’électeurs: C’est toujours le calvaire chez les populations

Le retrait des cartes d’électeurs fait polémique depuis quelque temps au Sénégal. Beaucoup de citoyens n’arrivent pas à récupérer leur carte du fait des lenteurs notées dans la distribution. Une situation qui a poussé le président de la République à saisir le Conseil constitutionnel pour permettre aux électeurs de voter avec d’autres pièces d’identité(permis de conduire, passeport, ancienne pièce d’identité, récépissé…). En attendant que cette haute juridiction tranche le débat, Dakar7 s’est rendu dans certaines commissions administrative pour constater, de visu, l’état d’avancement des retraits.  

Reportage. 

En cette matinée ensoleillée, il n’y a pas grand monde à l’école primaire de Patte d’oie. Un seul bureau est ouvert, alors que le centre fonctionnait avec trois bureaux. L’affluence a fortement baissé. Les citoyens viennent retirer leur carte. Certains reçoivent leur carte, d’autres devront encore patienter car, leur carte n’est pas encore disponible.  Le jeune Abdou Diop, qui vient juste de retirer la sienne, se dit soulagé. »j’ai fait trop d’aller-retour, si je ne me trompe pas, c’est la septième fois ».  Juste à coté, Abdoulaye Souané.  Le sourire aux lèvres, cet homme exprime son contentement d’avoir enfin retiré sa carte. Selon lui, la lenteur des cartes est purement politique. « Il y a de la politique dedans parce que leurs partisans reçoivent leurs cartes », dit-il.

Toutefois, Abdoulaye Souané apprécie la manifestation organisée, hier, par Me Abdoulaye Wade, même s’il n’a pas été de la partie. « je suis d’accord à 100%, il le fait pour nous tous, les cartes doivent sortir », dit-il. Au même moment, une dame nommée Valerie Dacosta de teint noir déplore la lenteur dans la distribution des cartes. « j’ai déposé depuis janvier et jusqu’à présent je n’arrive toujours pas à avoir ma carte ». Pourtant, des gens qui ont déposé au mois de mai ont retiré les leurs ». L’air désespérée, Très remontée, elle peste:  » je pense que je vais déposer à nouveau, parce que c’est nébuleux » A la question de savoir s’il faut repousser les élections législatives? Les personnes interrogées  à la Patte d’oie sont unanimes. Tous souhaitent un report. C’est le cas de Caroline Michel Diedhiou. Cette dame pense qu’on doit repousser les élections pour permettre à tous les citoyens de disposer de leur carte. »C’est logique, parce que celui qui n’a pas sa carte ne peut pas voter. On est à une semaine des élections et la majorité  n’a pas encore reçu sa carte.  Donc, qui va voter? », se demande-t-elle.

Rokhaya, une mère de famille, ne dit pas autre chose. N’ayant toujours pas reçu sa carte depuis cinq mois, elle se défausse sur les autorités. « Ce sont les autorités qui retiennent les cartes parce que la mienne est probablement prête », accuse-t-elle avant de plaider en faveur d’un report des élections. « Il faut que les autorités repoussent les élections parce que nous voulons voter aussi », dit-elle. A l’école élémentaire de l’unité 20 des Parcelles assainies, la situation est presque identique. La majorité rentre sans leur carte. Sous un arbre, un petit groupe de jeune discute. Ils dénoncent la saisine du Conseil Constitutionnel  par le président Sall. Djily Guèye, un jeune ouvrier, en fait partie. Bien qu’il n’ait pas pas reçu sa carte, il ne veut pas entendre parler de pièces  autres que les cartes d’électeurs. « Je ne suis pas d’accord pour qu’on vote avec les passeports et autres, c’est pas normal », déclare le jeune homme. El Hadj Malick Yade, lui aussi, rejette le vote par récépissé. « Depuis novembre, ils(les membres de commission) me font courir et ils ne nous parlent pas de récépissé. On n’a pas besoin de ça. Qu’ils nous rendent nos cartes. », clame-t-il. Toutefois, d’autres approuvent la proposition de Macky Sall, car, disent-ils, situation oblige. C’est le cas de Salif Ndiaye qui n’a pas sa carte depuis huit mois. « Puisqu’on a pas nos cartes, je pense qu’on a pas aussi le choix parce qu’on est à quelques jours des élections. Il va falloir qu’on vote » souligne-t-il. Ndiaye. Un avis partagé par Abdoulaye, la quarantaine. Même s’il soutient la théorie du « sabotage » dans la confection des cartes, il partage l’avis de Salif. »Je n’y vois pas de problèmes.  C’est un moyen de donner à tout le monde la possibilité de voter », dit cet homme qui court derrière sa carte depuis le 29 décembre 2016.  » Je suis fatigué », fulmine Abdoulaye. Par contre, d’autres citoyens ne sont pas intéressés par le vote. C’est le cas de Mme Ndiaye.  » Pour dire vrai, moi je n’irai pas voter, je veux juste récupérer ma carte, j’ai perdu l’ancienne et j’en ai besoin pour mon travail » à fait savoir la dame. Pour elle, « voter avec les passeports, c’est une honte et c’est inacceptable ».

Mame Birame Faye(stagiaire)

http://Dakar7.com

Comments are closed.