More

    Rétrospective : James Bond 007, la légende exposée

    Son nom est Bond, James Bond, et il représente la plus grande saga cinématographique jamais 81fbf53565ec30c8f02dbce2e83e4603_XLproduite. L’agent secret, créé par l’écrivain britannique Ian Flemming dans les années 1950, a vécu 24 épisodes sur le grand écran dans la peau de six acteurs différents. Pour lui rendre hommage, une vaste rétros­pective a rassemblé plus de 500 objets qui ont bâti sa légende. Après Londres, Shanghai, Moscou, Madrid, Rotterdam et Mexico, «James Bond 007, l’exposition – 50 ans de style Bond» fait jusqu’au 4 septembre escale à la Grande halle de la Villette à Paris.

     

    «007, la marque déposée du plus célèbre gentleman des services spéciaux qui a carte blanche pour tuer et licence de séduire» nous rappelle l’extrait du film projeté dans l’exposition. Que ce soit en smoking, combinaison spatiale ou maillot de bain, James Bond a su séduire dès sa première apparition sur l’écran en 1962.
    «A la fin des années 1950, les films d’espionnage étaient des films noirs, sombres, explique Laurent Perriot, spécialiste Bond en France. James Bond a eu l’impact d’une carte postale vivante. Il nous montrait un style de vie qui n’est pas le quotidien de l’agent secret : se balader un peu partout dans le monde, conduire des voitures, rencontrer de jolies femmes, des cascades, l’apport et l’utilisation des gadgets… James Bond a imposé ce style qui est finalement entré dans la pop culture, d’abord anglaise et ensuite mondiale, un peu comme les Beatles à l’époque. Tout ça n’existait pas avant.»

    Précurseur et visionnaire
    Le secret du succès, c’est ce style précurseur, visionnaire qui, en même temps, colle à son époque. « Dans Moonraker, par exemple, Bond prend une navette pour aller dans l’espace. C’était juste deux ans avant que la première navette spatiale aille dans l’espace ! Bien entendu, les producteurs se sont rapprochés de la Nasa. De même que les gadgets, notamment ceux des années 1960, le homer device dans Goldfinger, une espèce d’ancêtre du Gps, ça impressionne les gens. Évide­m­ment aujourd’hui, ce n’est pas im­pres­sionnant. Néanmoins, ni vous, ni moi, n’avons des voitures qui aillent sous l’eau, avec des sièges éjectables, des missiles ou des mitraillettes.»
    Pour accéder à l’exposition, les visiteurs traversent le fameux canon du générique de 007. De l’autre côté, le choc : une femme morte, allongée sur un lit, nue et couverte de peinture dorée, la réplique d’une scène de Goldfinger.

    A lire également  FESPACO: 2 million aux deux lauréates sénégalaises
    A lire également  Histoire: Le Pr. iba Der Thiam souhaite l'enseignement de l’œuvre de Thierno Sileymaani Baal dans les écoles

    Chapeau-guillotine et chaussures aux lames
    Puis, l’émerveillement : une salle dédiée à Casino Royale, avec des costumes somptueux, mais aussi avec des quantités d’armes plus ou moins discrètes, y compris un chapeau-guillotine et des chaussures aux lames intégrées et le premier gadget dans l’histoire de James Bond. «C’est la fameuse valise que Q donne à Bond, en 1963, et qui jette un gaz et de la poudre et dotée d’un couteau rétractable. Évidemment l’Aston Martin DB5, c’est aussi très iconique et symbolise James Bond comme son Walther Ppk, sa vodka martini secouée et non agitée ou son smoking. Si je pouvais, je les emporterais tous.»

    Rfi.fr

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles